L'ODJ Média




Un nouveau mandat pour PEDRO SANCHEZ


Le Premier ministre espagnol et candidat du Parti socialiste (PSOE) à sa réélection, Pedro Sanchez, applaudit à côté de la ministre espagnole du Budget, Maria Jesus Montero , au lendemain des élections générales espagnoles, au siège du Parti socialiste espagnol (PSOE) à Madrid, le 24 juillet 2023. La droite espagnole devance de peu les socialistes de Pedro Sanchez, qui conserve une chance de rester au pouvoir par le jeu des alliances. (Photo Pierre-Philippe MARCOU / AFP)



Écouter le podcast de cet article :


Par Mustapha Sehimi

A situation de crise, élections de crise. Les Espagnols ont voté ce dimanche 23 juillet pour élire les 350 membres du Congrès des députés et 208 des 250 membres du Sénat. 

Ce sont des législatives anticipées convoquées par Pedro Sanchez, premier ministre socialiste. Une décision qui fait suite à l'échec de sa formation, aux élections régionales du 28 mai dernier.  Un scrutin qui a vu s’affronter le PSOE, le Parti populaire (libéral conservateur), Sumar (Extrême gauche) et Vox (extrême droite).

Le PP s'est classé en tête avec 136 sièges (33,05% des voix) en forte progression de 48 sièges. Le PSOE, lui, a remporté 122 sièges (31,9%) et a progressé de 2 sièges.

Les sondages n'ont pas été, de nouveau, d'une grande précision. S’ils ont bien donné 12,6% pour Vox- ce parti en a obtenu 12,3%, mais ils avaient donné 35% des votes pour le PP et quelque 150 sièges.

Ce qui avait conduit même à avancer que ce parti pourrait alors gouverner avec une majorité absolue (176 sièges). Pedro Sanchez a bien pris un risque avec un passage à l'offensive des élections anticipées pour essayer de maintenir sa majorité au pouvoir.

I1 voulait profiter de sa présidence semestrielle à l’UE depuis le 1er juillet et valoriser ainsi sa visibilité internationale. Il entendait également ne pas laisser son cabinet connaître une sorte de purgatoire d'ici décembre prochain, échéance normale de la présente législature ; enfin, i1 ne laissait pas le temps au PP de s'organiser et de se relancer durant des mois et ce dans le foulée de son succès aux élections régionales de la fin mai dernier.

Clivage gauche-droite

En 1'état, le PP n'a pas la majorité absolue. Et nul doute qu'il y aura plusieurs semaines de discussions avec Vox pour un accord. Ces deux partis ne totalisent que 169 sièges, soit sept en -dessous de la majorité absolue. Comment faire ? Avec qui ?

En tout état de cause, une entrée d'un parti d'extrême droite comme Vox au gouvernement serait inédite. C'est dire que cette coalition est bien potentielle. Celle du PSOE de Pedro Sanchez l'est moins. Les partis régionalistes et nationalistes seront de nouveau les arbitres décisifs pour la formation du futur cabinet espagnol.

Quelles autres observations tirer de ce scrutin du 23 juillet ? La prégnance du clivage gauche-droite, surtout en dehors des territoires tels que la Catalogne ou le Pays-Basque au sein desquels le clivage nationaliste est déterminant. Des études affinées ont identifié 16 segments idéologiques de l’électorat espagnol (clusters).

10 d’entre eux sont pratiquement homogénéisés ou par la gauche ou par la droite ; trois autres sont faiblement concurrentiels ; et il s’en suit que seuls 3 segments font l’objet d’une réelle concurrence entre les partis de gauche d’un côté et ceux de droite de l’autre. Une faible porosité entre la gauche et la droite qui tient assez largement à la forte superposition des clivages en Espagne : les enjeux sociétaux, institutionnels et économiques.

Ainsi, plus un électeur est favorable à la République, progressiste sur les questions culturelles et redistriutif- voire anti-libéral-, plus il sera de gauche.

A l’inverse, plus il sera monarchiste, conservateur et libéral et plus il sera de droite. Il faut ajouter que ce n'est pas le positionnement des grands clivages mais son intensité qui sépare la gauche modérée de la gauche radicale ; il en va de même pour les droites.

 

Un vote utile

Dans ce scrutin, le vote contre a été sans doute le moteur du vote utile. Il paraît reposer largement sur le rejet de la coalition adverse. Les coalitions probables ( PSOE/ SUMAR et PP/VOX) pâtissent de cet état d'esprit.

C'est encore plus vrai pour la coalition éventuelle PP/VOX qui est rejetée par 65% des électeurs espagnols, dont 51 % "totalement".

L'on comprend mieux pourquoi le PSOE de Pedro Sanchez a brandi le "risque" de voir Vox accéder au pouvoir. Il active ainsi le vote utile au détriment de SUMAR dans les segments plus à gauche.

A droite, à noter que cette logique du vote utile a opéré de manière symétrique avec pour levier principal 1'alliance du PSOE avec SUMAR. Vote utile et mobilisation de l'électorat ont pesé sur les résultats de ces élections. La participation électorale qui a été de 70,3% s'est améliorée de 4,1% par rapport à 2019.

Pedro Sanchez et son parti, le PSOE, ont résisté à la vague de droite de la fin mai dernier. Reste à pouvoir mettre sur pied une majorité. Faute de quoi après quatre élections législatives entre 2015 et 2019, il faudra s'attendre à un autre scrutin sans doute tout aussi problématique...

Rédigé par Mustapha Sehimi sur QUID



Mardi 25 Juillet 2023


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page