L'ODJ Média




Un remaniement, pour quoi faire ?


La rumeur court depuis longtemps déjà quant à un possible remaniement gouvernemental, mais ces derniers temps elle insiste, la rumeur. Il est question de remodeler l’équipe Akhannouch en changeant des ministres, en en révoquant d’autres pour nommer des nouveaux, et peut-être même désigner des secrétaires d’Etat. Le gouvernement n’est pas encore à son mi-mandat, mais on pense déjà à le reconfigurer. La question est : pourquoi et pour quoi faire ?



Écouter le podcast de cet article :


Par Aziz Boucetta

Le terme remaniement tire son origine de la médecine, et plus spécialement du très petit monde chromosomique. Ainsi, tout remaniement du nombre ou de la structure des chromosomes est appelé anomalie chromosomique. Si on change le terme chromosome par ministre/ministère, on comprend alors qu’un remaniement ministériel est le fruit d’une anomalie dans le fonctionnement ou dans le rendu d’un gouvernement.

Si remaniement du gouvernement Akhannouch il y a, c’est que donc anomalie(s) il y a aussi. On s’y était fait, à la longue, ce qui est bien regrettable car cette équipe, dans sa très large majorité, est formée d'excellentes individualités.

Un remaniement est politique ou technique. Politique si la structure du gouvernement change, par exemple au niveau des grands portefeuilles ou des partis composant la majorité.

Dans notre cas, celui du gouvernement actuel, les grands portefeuilles ne relevant pas vraiment d’Aziz Akhannouch, si un ou plusieurs de leurs titulaires changent, la lecture sera faite en profondeur, sur le régalien, sur la conduite de la politique de l’Etat. Quant à la majorité tricéphale et tripartite, il n’y a pas de raison qu’elle change, bien que parfois, sous nos cieux, la politique a ses raisons que la raison ignore…

Il reste le changement technique, qui est bien plus probable puisque le gouvernement Akhannouch, hors ministères de souveraineté (Intérieur, Affaires étrangères, Affaires islamiques, Administration de la défense nationale…), est un gouvernement de technocrates.

Mais rien n’est simple avec cet exécutif finalement, car là où la lisibilité devient opaque est que certains ministres sont des régaliens « membres » de partis (cas de Chakib Benmoussa à l’Education nationale), d’autres sont des technos « indépendants » (comme Khalid Ait Taleb à la Santé), et d’autres encore sont plutôt régaliens, un peu technocrates, proches de partis politiques mais sans... en être membres (exemple de Fouzi Lekjaâ).

Alors un remaniement chromosomique pour changer la génétique, ou pas, d’un gouvernement qui n’en a pas trop, cela servirait à quoi ? Remplacer un ou deux ministres pour problème de santé ou grave problème d’efficacité n’est pas un remaniement, mais un ajustement ; cela ne changerait en rien le quotidien des populations.

Et remanier en profondeur est encore prématuré, sauf à reconnaître les préoccupantes erreurs de casting commises à la formation du gouvernement par Aziz Akhannouch. Un vrai remaniement, qui fasse vraiment sens, passerait par le départ de son chef, mais cela s’appelle une crise, voire un séisme, politique, ce qui est difficile dans un Maroc réputé pour sa stabilité institutionnelle.

 

Plus importantes, bien plus significatives seraient des nominations à la haute fonction publique, cette fonction d’encadrement – étroit – de l’action gouvernementale. Les gouvernements passent et trépassent, les institutions demeurent, pourrait-on dire.

Bank al-Maghrib, le Haut-commissariat au Plan, la Cour des comptes, le Conseil de la Concurrence, le Conseil économique, social et environnemental, la Haute Autorité de la communication audiovisuel ou encore la Société nationale de radiodiffusion et de télévision, les différents Fonds et Fondations ou autres organismes stratégiques, Maghreb Arabe Presse… Autant d’institutions et d’établissements qui incarnent la continuité de l’Etat et de la politique de l’Etat, la politique générale, à ne pas confondre avec les politiques publiques.

Les salons et les sachants bruissent et frémissent, discutent et se disputent, débattent et s’ébrouent à chaque nomination à la tête de ces organismes, les médias les commentent, les réseaux persiflent et la société civile observe et opine, ou non, à ces changements.

Pour les nominations de ministres ou, un cran plus bas, de secrétaires d’Etat, un entrefilet paraît dans les médias, un ou deux coups de téléphone passés entre gens intéressés et c’est tout. Leur intérêt vient grandement, et peut-être uniquement, du fait qu’ils ont été nommés par le roi.

Les hauts cadres de la non moins haute fonction publique sont les premiers de cordée, les membres (non régaliens) du gouvernement les seconds couteaux ; quant aux troisièmes larrons, ils n’ont d’autre importance que celle, exagérée et déraisonnable, qu’ils s’accordent à eux-mêmes.
 
Rédigé par Aziz Boucetta sur Panorapost 



Jeudi 18 Mai 2023


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Avril 2024 - 02:25 France/Maroc, le point d’inflexion ?

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page