Menu

11 janvier : Du Manifeste de l’indépendance au nouveau modèle de développement

La volonté de faire avancer le Maroc comme constante


Il y a 77 ans, le parti de l’Istiqlal a présenté à feu Mohammed V et au Résident général de France au Maroc le Manifeste de l’indépendance.12 ans après, les Marocains se sont émancipés du protectorat français. Entre temps, il a fallu lutter pour recouvrir la souveraineté du royaume. Plus de trois quart de siècles après, le Maroc trace un nouveau cap vers son développement.



A lire ou à écouter en podcast :

Mémorial du Manifeste de l'indépendance à Fès
Mémorial du Manifeste de l'indépendance à Fès
11_janvier_du_manifeste_de_l_independance_au_nouveau_modele_de_developpement.mp3 mp3  (4.12 Mo)

Pour nombre de jeunes de nos jours, le sujet de l’indépendance du Maroc est plutôt vieillot. Mais si l’on prend en considération la jeunesse des leaders du Mouvement national, quand, le 11 janvier 1944, ils ont élaboré et présenté le Manifeste de l’indépendance, leur activisme ferait passer pas mal de jeunes actuels pour des séniles.

Il y a pourtant d’excellentes raisons de raviver la mémoire du militantisme patriotique de cette fougueuse génération mue par la volonté d’émancipation, maintenant que les Marocains auront à suivre le chemin d’un nouveau modèle de développement.

Comme à l’époque, il s’agit de marquer des ruptures avec le passé. Cette fois-ci dans le sens de la démocratisation et du bien être commun.

Ce que tu fais pour ton pays

La chose essentielle à retenir de l’engagement de la jeunesse nationaliste militante, quand la précédente génération était encore sous le choc du changement brutal induit par le protectorat, c’est qu’elle s’est elle-même mobilisée.

A l’époque, personne ne se demandait ce que son pays a fait pour lui, mais plutôt ce que lui peut faire pour son pays.

Il est vrai que c’est une disposition d’esprit générée par un contexte sociopolitique particulier, celui de la perte de souveraineté d’une nation plurimillénaire. La première considération mise en avant par les rédacteurs du Manifeste de l’indépendance était justement que le Maroc, pays aux 13 siècles d’Histoire, a toujours été indépendant, jusqu’à ce qu’il soit placé sous protectorat français, en 1912.

Mais la prise de conscience que nécessite l’attitude volontaire à améliorer les choses pour sa communauté et pour soi est reproductible quelle que soit l’époque et la situation.

Un nouveau tournant

Par ailleurs, le Maroc se trouve à nouveau dans un tournant de son parcours historique, moins critique il est vrai, mais non moins déterminant.

Mettre en œuvre et réussir un modèle de développement exige aussi foi en l’objectif à atteindre, efforts dans la démarche tracée, symbiose entre les différents acteurs du changement.

L’ambition de réaliser le développement est non moins euphorisante que celle de l’émancipation. L’énergie à déployer pour ce faire est tout aussi colossale que de mettre dehors l’occupant.

La symbiose entre le peuple et le trône est une constante qui permet d’agir en entité unifiée pour aller de l’avant.


Procéder à des ruptures

En 54 ans d’indépendance, le Maroc a connu plusieurs pratiques gouvernementales, testés divers politiques, comptabilisé maints succès et échecs. Le retour sur expérience est riche en enseignements.

Afin de se libérer du lest du protectorat français et permettre au Maroc de s’envoler au sein du concert des nations souveraines, le parti de l’Istiqlal avait appelé les Marocains à rompre avec leur acceptation de l’autorité étrangère sur leur pays et la soumission envers l’occupant.

L’Istiqlal les appelle, aujourd’hui, à effectuer six autres ruptures. Mettre fin aux privilèges pour aller vers l’équité. Cesser de réagir et anticiper pour devenir proactifs.

L’humain comme mesure de toute chose

Arrêter d’éparpiller les efforts en ciblant les actions sur l’humain et les territoires. Les démarches sectorielles doivent laisser place à la vision intégrée, permettant cohésion et complémentarité.

Investir dans l’édification des infrastructures, c’est bien, en l’humain et en l’entreprise privée, c’est encore mieux. Stopper le gâchis des ressources, consommer sobrement, mettre de l’intelligence dans la valorisation de ces rares ressources, c’est inscrire la démarche de développement dans la durabilité.

À chaque époque, ses défis à relever. À chaque génération, son combat à mener. En commun et pour toujours, le Maroc.

Par Ahmed NAJI






Dans la même rubrique :
< >



 


Inscription à la newsletter










Partager ce site

Le bouquet L'ODJ : Web Radio  , Portail Web , Application Mobile ,Magazine connecté 

Diffusion sur Internet : Radio player portail , Radio player sur Facebook , Objet connecté : Alexa d'Amazon / Apple Watch , Voiture connectées : Android Auto , TV connectées : Apple TV et Android TV