Menu

1,3 billion de dollars par an est le coût estimé pour atteindre les ODD


CEA : Rapport économique 2020 sur l’Afrique

Le financement novateur pour le développement du secteur privé en Afrique est l’axe autour duquel a tourné la conférence virtuelle de restitution et de partage du rapport économique 2020(ERA) de la Commission Economique pour l’Afrique.



Tous les intervenants se sont accordés sur la nécessité d’un financement novateur, à même de booster le secteur privé, de stimuler la croissance et de permettre la relance économique du continent africain. L’accent a été mis aussi sur le soutien des innovations financières pouvant atténuer les effets de la crise sanitaire sur les économies africaines.
 
 L’Afrique, a plus que jamais, besoin, en cette période de pandémie mondiale due à a Covid 19, de renforcer durablement la résilience du secteur privé.  

Une reconstruction qui devrait être mise à jour à travers la mise en place de stratégies pérennes et des politiques adaptées et spécifiques à chaque pays pour accélérer leur croissance économique. Ces efforts s’inscrivent dans le cadre des Objectifs du Développement Durable(ODD) à l’horizon de 2030, mais aussi du programme de l'Union africaine 2063.

Or, pour atteindre les ODD qui ciblent la réduction de la pauvreté et des inégalités, la lutte contre le changement climatique et la construction d’infrastructures résilientes en Afrique, il faudrait 1,3 billion de dollars par an.
Ce coût estimé par  les Nations Unies est en hausse, vu le développement de la croissance démographique, estimée à 45% entre 2020 et 2030.

Recommandations

Ces  recommandations qui ont besoin du renforcement du secteur privé sont également dans la ligne de mire de la Zone de libre-échange continentale africaine. La ZLECAf vise «  à faire croître la classe moyenne, à accroître l'utilisation de la technologie, à promouvoir une urbanisation rapide et à accroître les opportunités de chaînes de valeur régionales et mondiales, pour les entreprises africaines, en tant que moteurs stratégiques de l'économie croissante en Afrique ». 
 
Dans leur analyse du REA, les intervenants étaient sommés d’examiner, en période Covid et post Covid, la valeur ajoutée des financements et des outils novateurs sur pour tout ce qui est infrastructures, agriculture et technologie.
PME de la région africaine, qu’elles soient sociales, professionnelles, publiques-privées ou autres, ont besoin de politiques et de pratiques novatrices pour sortir de ce gouffre et permettre une stabilité financière. La finalité est d’atteindre une croissance inclusive, génératrices d’emplois et moyen de subsistance.

Certaines recommandations suggérées relèvent l’importance de la réglementation du secteur des services bancaires et financiers. A ce niveau, il est à rappeler que la fragmentation de la réglementation entrave le développement des technologies financières (FinTech).  Ainsi, la mise à jour de la législation et des politiques réglementaires du secteur financier ainsi que la promotion de financements novateurs du secteur privé apportent une meilleure stabilisation.

Les sources de financement sont à prospecter et puisés dans les marchés financiers privés et, pour une meilleure efficacité, être  innovants, proactifs et preneurs de risques.  

L’Afrique a aussi besoin de banques et d’institutions fortes pour que le marché fonctionne, tout en adoptant la technologie à même de renforcer l’inclusion financière.

Le rapport appelle également les pays africains à adopter la stratégie de transformation numérique du continent et la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) pour rationaliser les politiques et la réglementation.





Rédigé par le Dimanche 20 Décembre 2020
Journaliste professionnelle. 30 ans d'expérience à L'Opinion. Actuellement journaliste à Radio Web... En savoir plus sur cet auteur


 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site