82-21 ou l’inapplicable Projet de Loi marocain relatif à l'autoproduction d'électricité !

Même si un Gouvernement venait à le faire, des Parlementaires justes doivent l’en empêcher !


Il est inéquitable que, d’une part, de l’argent public subventionne entre 0,53 et 0,77 Dh pour chacun des 1’100 millions de kWh produits annuellement par les centrales thermodynamiques de Ouarzazate (payés à Acwa Power entre 1,38 et 1,62 Dh et vendus 0,85 Dh à l’ONEE) et que, d’autre part, des milliers de potentiels petits autoproducteurs soient à la merci d’une Loi dictée par les intérêts des distributeurs d’électricité.



Par Amin BENNOUNA

Même si un Gouvernement venait à le faire, des Parlementaires justes doivent l’en empêcher ! 

Réuni le jeudi 11 novembre, le Conseil du Gouvernement a approuvé le Projet de Loi 82-21 relatif à l’autoproduction d’électricité dont la lettre de présentation de la Ministre de la Transition Energétique était datée du mardi 02 Novembre 2021. Même s’il est vrai que l’on a corrigé certaines aberrations qui figuraient dans le texte de 2020 (73-20) préalablement critiquées, l’alerte sur l’inapplicabilité de la Loi dans les derniers articles est restée lettre morte. Il y a donc lieu de revenir sur l’inapplicabilité de ce qu’il faut bien maintenant désigner par l’inapplicable Projet de Loi 82-21, quitte à en négliger les autres imperfections.

A toutes fins utiles, il est rappelé que l’autoproduction d’électricité consiste à produire soi-même une partie ou la totalité de l’électricité dont on a besoin, son corollaire étant l’autoconsommation d’une partie ou de la totalité de l’énergie autoproduite. La Figure 1 montre un schéma décrivant le sens de circulation de l’énergie dans trois cas lors de l’exploitation d’une installation utilisée en autoconsommation et connectée au réseau électrique. Dans l’illustration, le soleil peut être remplacé par n’importe quelle autre source d’énergie, même s’il est vrai que la technologie solaire photovoltaïque est la plus utilisée en autoproduction.
 

Installation solaire photovoltaïque connectée au réseau électrique et utilisée en autoconsommation
Installation solaire photovoltaïque connectée au réseau électrique et utilisée en autoconsommation
Que se produit-il instantanément sur une telle installation ?

-En haut à gauche : lorsque la puissance produite () dépasse celle qui est demandée (), la consommation est satisfaite et la puissance excédentaire () est spontanément injectée dans le réseau électrique au bénéfice du fournisseur d’électricité et va alimenter les proches voisins de l’autoproducteur. Le compteur bidirectionnel enregistre cette puissance injectée et la durée de l’injection afin de pouvoir totaliser l’énergie électrique injectée.

-En haut à droite : lorsque la puissance produite () est insuffisante pour satisfaire la demande (), le complément de puissance nécessaire ( ) est alors spontanément prélevé sur le réseau électrique alimenté par le fournisseur d’électricité. Le compteur bidirectionnel enregistre alors cette puissance prélevée et la durée du prélèvement afin de pouvoir totaliser l’énergie électrique prélevée.

L’ONEE a d’ailleurs déjà développé un "compteur intelligent" conçu pour mesurer séparément l’injection et les prélèvements et qui a été présenté lors d’un séminaire à Benguerir en 2019. Ses spécifications décrites dans l’Article 16 dépassent même le strict cadre d’application de ce Projet de Loi 82-21, sans dire qu’un texte de Loi n’est pas la place appropriée pour des spécifications techniques d’appareillages !

En fin d’une période donnée, mois ou année (en bas au centre), le comptage bidirectionnel de la  Figure 1 a certes totalisé séparément les prélèvements sur le réseau et les injections dans celui-ci mais l’énergie électrique consommée (par la maison) ainsi que celle produite (par le solaire) ne peuvent pas être connues par le fournisseur d’électricité, puisque qu’elles n’ont jamais transité par son compteur.
 
Pourtant, sans même connaître la production, l’Article 12 du Projet de Loi 82-21 prévoit que le distributeur d’électricité doive limiter les quantités injectées à 10% de la production et donc pénaliser les contrevenants !

Ces rudiments de l’ingénierie électrique ne peuvent être méconnues par les électriciens qui ont contribué à rédiger ce Projet de Loi. Pourtant, il doit bien y avoir une raison pour que ceux-ci aient écrit ou laissé écrire un texte inapplicable. Force est de croire que l’intérêt des distributeurs dont ils relèvent a primé sur l’intérêt général : de notre indépendance énergétique, des abonnés autoproducteurs existants ou potentiels, des professionnels, de la décarbonation de notre énergie et de ses corollaires douaniers et environnementaux.

Mais alors en quoi l’inapplicabilité de la Loi 82-21 sert-elle les intérêts des distributeurs d’électricité ?

-D’abord, le statu quo de vide législatif et réglementaire actuel est dans l’intérêt objectif des distributeurs d’électricité. En effet, depuis que l’amendement 58-15 de la Loi 13-09 a permis, depuis 2016, d’injecter de l’électricité dans tous les réseaux électriques du Maroc, tous ceux qui ont déjà placé ou placeront des installations de production utilisées en autoconsommation injectent ou injecteront leurs excédents dans les réseaux que les distributeurs vendent ou vendront à coût nul. Avec de tels intrants invisibles, il ne faut pas s’étonner que la croissance de l’électricité consommée au Maroc ralentisse. Cerise sur le gâteau, la vente en proximité de cette électricité injectée par chaque autoproducteur économise même des pertes de livraisons (6 à 8%) qui ne transitent plus par la complexité du réseau et qui s’ajoutent aux 88 centimes par kWh évités aux heures pleines (07h00-17h00, coïncidant avec la production solaire). Crème chantilly sur la cerise, les malheureux autoproducteurs qui sont équipés de compteurs numériques traitant la valeur absolue de la puissance (compteurs Moyenne Tension ou NOOR) paient même l’électricité qu’ils produisent et injectent !

-Ensuite, parce que les distributeurs voient encore comme contraire à leurs intérêts, à tort, tout ce qui réduirait leurs volumes de ventes. Or, aucun citoyen qui se respecte n’a intérêt à ce que les distributeurs d’électricité du Maroc fassent faillite mais ce qu’il faut, c’est préserver leur valeur ajoutée et non leurs volumes de ventes. Si des solutions existent à cet effet, tenter de brider l’autoproduction est, à terme, la plus mauvaise d’entre elles. La volonté de limiter l’autoproduction réside dans la "réservation" du concept indéfini de "capacités requises" (Article 14) qui représente aussi une brèche à l’interprétation multiple et/ou à une éventuelle subséquente corruption.

Avant de proposer des solutions, l’objectif ici était de démontrer l’inapplicabilité de ce Projet de Loi sur l’autoproduction et de comprendre en quoi celle-ci est dans l’intérêt objectif des distributeurs d’électricité. Ce que le Ministère de l’Energie n’a pas fait avant le Conseil du Gouvernement, devra maintenant être fait au niveau du Parlement. Espérons juste que la confortable majorité gouvernementale s’en occupera !

Amin BENNOUNA (sindibad@uca.ac.ma )

Références

Amin Bennouna, "Autoproduction électrique: deux poids, deux mesures", L’économiste N°5784, 17 Juin 2020 Pages 41-42, https://www.leconomiste.com/article/1063443-autoproduction-electrique-deux-poids-deux-mesures
Saïd Guemra, "Le nouveau projet de loi sur l’autoconsommation porte atteinte aux intérêts de la nation", Magazine Challenge N°776, 12 Février 2021, https://www.challenge.ma/dr-said-guemra-expert-conseil-en-management-de-lenergie-temps-reel-le-nouveau-projet-de-loi-sur-lautoconsommation-porte-atteinte-aux-interets-de-la-nation-175119/
Amin Bennouna, "Stratégie énergétique nationale : Interview avec M. Amin BENNOUNA", Webmagazine Energie, Mines et Carrières, 08 Juin 2021, https://energiemines.ma/strategie-energetique-nationale-interview-avec-m-amin-bennouna/
Saïd Guemra, "Le projet de blocage de l’autoproduction d’électricité sur la table du gouvernement", Publié sur le Réseau Social LinkedIn, 06 Novembre 2021, https://www.linkedin.com/posts/dr-said-guemra-8717a226_le-projet-de-blocage-de-lautoproduction-activity-6862433045429948416-KWT3
Amin Bennouna, "Pourquoi doit-on corriger l’avant-Projet de Loi relatif à l’autoproduction d’énergie avant de l’approuver ?",  Publié le mardi 09 Novembre par EcoActu, https://www.ecoactu.ma/autoproduction-denergie-electrique/, Publié le mardi 09 Novembre par L’Opinion des Jeunes https://www.lodj.ma/Pourquoi-doit-on-corriger-l-avant-Projet-de-Loi-relatif-a-l-autoproduction-d-energie-electrique-avant-de-l-approuver_a23157.html,  Publié le mardi 09 Novembre par Energie, Mines et Carrières, https://energiemines.ma/alerte-sur-lavant-projet-de-loi-relatif-a-lautoproduction-denergie-electrique/,
Aziz Diouf, "Il faut revoir l’avant projet de Loi 73-20", Les Inspirations ECO, Jeudi 11 Novembre 2021 Pages 8-9



Samedi 13 Novembre 2021


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 23 Novembre 2022 - 06:59 Un contre modèle au « choc des civilisations »

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.