Bas les masques !




Bas les masques !
bas_les_masques_!.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (2.52 Mo)

En dépit de la frustration, somme toute normale, ressentie par les Marocains au moment de voir un criminel de guerre échapper aux griffes de la justice espagnole, qu’on attendait neutre et forte, il n’empêche que le Maroc a enregistré des points importants dans ce duel, en faisant notamment tomber les masques et dévoiler les positions réelles du gouvernement espagnol comme de l’Union Européenne, mais aussi en semant les graines de l’implosion d’un gouvernement qui n’a eu de cesse de jouer sur le registre de la duplicité et des coups bas.

Cette Espagne qui nous bassine les oreilles depuis toujours sur l’exemplarité de son système politique, se révèle être une démocratie lacunaire, un constat qui repose sur un système judiciaire aux ordres et à travers ses médias, dont certains se sont transformés en porte-voix du gouvernement. Concernant la procédure judiciaire « express » dont a fait l’objet Brahim Ghali, elle est révélatrice des pressions politiques qui influent sur la décision de l’Audiencia Nacional. Preuve en est le maxi-procès des indépendantistes catalans qui a été critiqué au niveau européen pour sa teneur politique. Autre détail révélateur : l’avion présidentiel algérien qui a décollé d’Algérie avant même la fin de l’audition de Ghali, qui démontre que le régime algérien était sûr et certain que le chef des séparatistes allait être relaxé. Ce qui est constitutif d’un délit d’initié, tout en attestant que la justice a été manipulée et orchestrée. Ce qui ne peut que déshonorer l’Espagne de Baltasar Garzon et d’autres sommités du prétoire.

Au niveau du traitement médiatique de la crise, les supports proches du PSOE et de Podemos ont ressorti les vieilles rengaines anti-marocaines et se sont convertis en porte-parole quasi-officiel du gouvernement, sans apporter aucune nuance ou analyse au moment de traiter la crise. Un constat qui s’étend également sur ce point à la France, où le fameux édito du « Monde » du 21 mai a servi de caisse de résonance de l’Elysée qui a préféré adresser ses messages à Rabat sans passer par les circuits diplomatiques. D’ailleurs, nous autres journalistes marocains, l’on ne peut que regretter que depuis le déclenchement de cette crise, nous nous retrouvons réduits à piocher l’information chez des médias étrangers conditionnés et qui, de surcroît, sont briefés par des responsables. Résultat des comptes : les médias marocains se retrouvent face à un silence assourdissant qui n’est rompu de temps à autre que par des communiqués ou des points de presse à sens unique, ne laissant d’autres choix que de spéculer ou relayer l’information publiée par des médias étrangers répondant à leurs propres agendas politiques.
 
Rédigé par Amine ATER sur https://lopinion.ma
 
 



Lundi 7 Juin 2021

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.