Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








COP 26, le grand retour du méthane, deuxième gaz émetteur de CO2

Le méthane, un facteur de rupture de l’évolution climatique selon l’IRES




Par Taoufiq Boudchiche, Economiste

Dans son rapport stratégique publié déjà en 2016, intitulé « Panorama du Maroc dans le monde, les enjeux planétaires de la biosphère », l’Institut Royal des Etudes Stratégiques (IRES),  qui analysait en profondeur et en finesse les enjeux planétaires de l’évolution climatique sur la biosphère, avait consacré un chapitre à la question du méthane (CH4).

L’objectif était d’attirer l’attention à travers les données scientifiques disponibles, notamment, celles du GIEC, sur le rôle et les impacts de ce deuxième gaz à effet de serre, qui est une cause aussi problématique du réchauffement climatique que les émissions de dioxyde de carbone (CO2). Il est responsable depuis la révolution industrielle de 30 % du réchauffement climatique.

Ce rapport avait été présenté lors de la COP 22 à Marrakech.


Les émissions de méthane résultent en grande partie de  la hausse des émissions dans le secteur des énergies fossiles, de l’agriculture et des déchets, dans trois régions principalement : Afrique, Chine et Asie. Mais il peut résulter également de sources naturelles par effet de réchauffement des lacs, des rivières et du permafrost.  Le dégel de ce dernier, par exemple,  dans les régions froides du globe pourrait « provoquer la libération des stocks de méthane estimés à 400 milliards de tonnes équivalent-carbone » (rapport de l‘IRES. op cité).

Mais  comme le méthane est détruit dans l’atmosphère au terme d’une décennie environ alors que le CO2 demeure présent dans l’atmosphère plus d’une centaine d’années, les politiques et les décideurs ont focalisé leur attention jusqu’à cette COP 26, sur les seules émissions de CO2, comme si il était le seul gaz responsable du réchauffement de la planète. L’inconvénient est qu’il ne reste plus 100 ans  mais seulement 30 ans à l’horizon 2050, pour espérer réduire le réchauffement climatique à +1,5 °ou - 2° par rapport à l’ère préindustrielle, comme fixé dans l’accord de Paris.

La nocivité du méthane sur la biosphère provient de son pouvoir réchauffant qui est 28 fois plus important que le CO2 sur une échelle de cent ans et 82 fois plus sur vingt ans. Selon les données rapportées dans le rapport de l’IRES, les molécules du gaz méthane piègent 32 fois plus de carbone que le CO2. Les émissions naturelles de méthane pourraient augmenter de 50 à 80 % en moyenne d’ici à la fin du siècle, annihilant toute chance de rester sous la barre des 2°C fixé par l’accord de Paris ; accord que la COP 26 cherche à en accélérer quelques uns de ses objectifs et des actions concrètes à mettre en œuvre.

Avant la COP 26, la question du méthane a été reléguée au second plan, voire occultée et demeurait un sujet relativement sensible, notamment, du fait de son lien fort avec des activités de survie économique dans plusieurs régions du Monde en développement. En effet, selon le programme des nations-Unies pour l’environnement (PNUE), 38 % des émissions anthropiques de méthane proviendraient de l'agriculture, 35 % des combustibles fossiles (35 %) et des déchets (20 %). L'élevage, quant à lui, est une cause essentielle de méthane dans le secteur de l'agriculture. Dans le secteur des combustibles fossiles, l'extraction, le traitement et la distribution du pétrole et du gaz représentent 23 % des émissions et l'extraction du charbon 12 %.  Une répartition plus détaillée des sources d’émissions de CO 2 est présentée plus en détail dans le rapport-IRES (page 20).

Dans ce rapport présenté à Marrakech lors de la COP 22, en 2016, l’Institut Royal, avait placé une sérieuse alerte sur le méthane ; cet « oublié » des grandes actions climatiques internationales,  l’inscrivant, comme un véritable facteur de rupture de l’évolution climatique. Il pourrait intervenir, soit comme un amplificateur du réchauffement climatique, si aucune action de réduction n’était entreprise pour limiter son impact. Soit, en revanche, en le contrôlant, il aurait un effet plus rapide sur les augmentations de température par rapport à l’action de diminution sur le seul CO2.

 Désormais, le consensus scientifique indique qu’il faudrait agir sur les deux gaz à effet de serre à la fois sur le méthane et sur le CO2. Lors de cette COP 26 qui se tient actuellement à Glasgow (Royaume-Uni), jusqu’au 12 novembre prochain, la communauté internationale, semble avoir pris la mesure de son importance.

Guidée par les Etats-Unis, une coalition d’une centaine de pays, incluant l’Union Européenne,  ont convenu de se mobiliser et de signer un  accord pour réduire les émissions de méthane de 30 % d’ici 2030.

Selon le PNUE, la réduction des émissions de méthane est le meilleur moyen de réduire les émissions de C02 pendant les 25 prochaines années confirmant les conclusions du rapport annuel stratégique de l’IRES de 2016. (Pour plus d’informations voir site https://www.ires.ma/fr/publications/rapports/).
 
 
 



Vendredi 5 Novembre 2021


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Mai 2022 - 22:16 Dieu est plus Clément que ses serviteurs

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | Revue de presse | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.