Menu


Chers parents… Changez de perspective !




Par Dr. Gasmi Abdelhadi

©babmagazine
©babmagazine
Il est devenu presque à la mode de parler des problèmes d'enseignement au Maroc et de partager les soucis liés à l’apprentissage de nos enfants, entre amis, autour de la table à manger, au café…

Chacun de nous trouve ses pures phrases et ses propres expressions pour remettre en cause, critiquer ou dénigrer le système éducatif marocain, public et privé.

Depuis 1980, Les réformes de l’enseignement se succèdent et ne se ressemblent pas, mais le résultat est toujours le même : Une baisse globale du rendement scolaire et un taux d’échec qui frôle la catastrophe !

Devant cette réalité, beaucoup des parents ont choisi l’enseignement privé en prétendant avoir résolu le problème ! Peut- être, mais à quel prix ?

Ce premier article a pour objectif de stimuler la réflexion des parents sur leur attitude à tenir pour garantir une vie scolaire réussie et diagnostiquer les vrais problèmes de leurs enfants. Posons les questions-réflexions suivantes :
  • Les parents, ne rêvent-ils pas de mettre leurs enfants dans une école où le savoir, l’épanouissement et l’éducation sont généreusement offerts ? 
  • Qui peut refuser de confier ses chers à l’établissement scolaire qui transformera ses enfants en des génies? 
  •  Ne serait-il pas merveilleux d’imaginer un moment nos enfants en toute autonomie (à ne pas confondre avec indépendance), capables de résoudre leurs exercices et faire leurs devoirs sans assistance (ou presque, il en faut un peu quand même) ? 
  •  Ne serions-nous pas fiers et heureux si nos enfants peuvent être motivés et volontaires pour faire ce qu’ils ont à faire chaque soir et chaque weekend sans presque aucun effort d’incitation de notre part ?

La plupart, sans aucune hésitation, qualifieront cela de rêve irréalisable sauf si nous possédons « une baguette magique » laquelle bien évidemment n’existe que dans l’univers des dessins animés et films de pure fantaisie.

Soyons maintenant sérieux (comme aime se montrer tout parent conscient et responsable !) et commençons par le commencement : quelle est la vraie cause de la situation de notre enseignement, qui nous pousse à envier les autres nations de la chance que leurs enfants ont ?

Avons-nous déjà montré du doigt, notre rôle en tant que parents ?

La plupart de nous, parents, sont satisfaits du fait qu’ils ont inscrit leurs enfants dans une école privée pour s’éloigner de l’enfer de l’école public et se laissent convaincre que leur responsabilité s’arrête là. « C’est à l’école maintenant de se montrer compétente »

Lorsque les résultats ne sont pas au rendez-vous, foudre et rage s’abattent d’abord contre l’établissement scolaire « qui n’est pas sérieux ! » et puis contre les enseignants « qui n’étaient pas à la hauteur ! »

Devant ce comportement qui est devenu une monnaie courante, quelques établissements scolaires privés n’ont pas hésité à gonfler les notes des élèves au détriment d’un niveau d’acquisition qui reste très bas. C’est une pratique courante pour éviter la colère des parents qui deviennent « clients potentiels ».

Comme cela n’a pas suffi, les établissements privés ont créé un filtre qui s’appelle « test de niveau ». Ce filtre permet de se débarrasser de tous les élèves « problèmes » qui ont des lacunes ou qui ont besoin d’un effort supplémentaire pour s’améliorer. Cela n’a qu’une seule interprétation : les écoles privées ne sont plus des écoles qui enseignent et aident aux apprentissage… elles sont devenu des machines à trier les élèves en « bons » et « mauvais ».

Lorsque nos enfants étaient forcés de faire l’école à distance pendant le confinement de 2020, plusieurs parents ont été choqués de la qualité d’enseignement qu’offraient les écoles privées, pas toutes forte heureusement. Ils ont réalisé alors que peu d’effort et d’investissement se fait (par ces écoles) pour améliorer les compétences professionnelles des enseignants. Une pédagogie non adaptée, une communication non maitrisée et beaucoup d’erreurs et de fautes commises par manque de préparation ou de maitrise de la matière enseignée.

Alors ? avez-vous compris que payer une école même chère ne garantira en rien une bonne qualité d’enseignement pour votre enfant ?

Que faire alors ?

Il faut avoir la conviction que l’école ne peut jamais remplacer l’institut familial. La famille a une grande responsabilité dans l’apprentissage de leurs enfants. Une bonne partie de la solution vient de la participation active des parents dans le processus éducatif d’une manière générale. Des parents démissionnaires ou trop laxistes ne peuvent qu’être déçus du résultat final de l’apprentissage de leurs enfants.

L’engagement des parents ne veut pas dire non plus jouer le rôle des enseignants et essayer de faire les devoirs avec les enfants, mais il y a tas de choses qui nécessitent la présence des parents et qui seront détaillés dans d'autres articles. En attendons, disons-nous que le chemin est plein de surprises, d’enseignement et de découvertes. Heureusement que la psychologie peut nous raccourcir le chemin et le rendre agréable, mais cela est une autre paire de manches.

 
À très bientôt

Par Dr. Gasmi Abdelhadi, psychologue de développement pour enfants et adolescents

Mercredi 23 Mars 2022



Dans la même rubrique :
< >

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | Revue de presse | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.