Menu

Climat : 2020 une année des plus sèches depuis 1981

Des événements météorologiques extrêmes : des vagues de chaleur estivales, de fortes averses orageuses, des vents avec rafales de 100 km/h, des chutes de grêle, des vagues dangereuses de 10 mètres de hauteur


L’année 2020 est l’année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc devant respectivement 2017 et 2010, avec une anomalie de température moyenne annuelle nationale de +1,4 °C par rapport à la normale climatologique sur la période 1981-2010. C’est ce que vient de révéler la Direction dans un communiqué parvenu à la Map.



A lire ou à écouter en podcast :

climat_2020_une_annee_des_plus_seches_depuis_1981.mp3 Climat 2020 une année des plus sèches depuis 1981.mp3  (3.06 Mo)

Traitant de la '’synthèse du climat au Maroc en 2020’’, ce communiqué indique aussi que le climat du Maroc en 2020 a été marqué par des températures minimales et maximales annuelles, anormalement chaudes et par un déficit pluviométrique presque généralisé sur l’ensemble du territoire.
En détails, précise-t-on de même source, le Maroc a connu un mois de février très sec et doux et un mois de juillet remarquablement chaud avec des records de températures minimales et maximales mensuelles battus sur plusieurs villes.
Et ce, à l’image de Fès qui a connu deux nouveaux records de température maximale mensuelle de 23,78 °C en février et de 40,4 °C en juillet dépassant ainsi les anciens records respectivement de 2,24 °C et de 2,15 °C. 
Et à l’image aussi de Mohammedia, avec un nouveau record de la température minimale mensuelle de 22,28 °C, enregistré en février. 

Un cumul pluviométrique déficitaire

De même, le cumul pluviométrique annuel en 2020 a enregistré un déficit sur tout le Maroc dépassant les 50 % au nord de Marrakech et sur les régions Souss-Massa et Anti-Atlas alors qu’il n’a quasiment pas plu sur les provinces du Sud. 

L’on ajoute aussi, de même source, que cette année est classée parmi les 4 années les plus sèches depuis 1981. Et que sur la saison agricole de septembre 2019 à août 2020, le déficit pluviométrique était aux alentours des -33 % impactant la production céréalière nationale qui a connu une baisse de -39 % par rapport à la campagne 2018-2019 et de -57 % en comparaison avec une année moyenne depuis 2008.

Des événements météorologiques extrêmes

Par ailleurs, précise ledit communiqué, le Maroc a connu plusieurs événements météorologiques extrêmes qui ont engendré des dommages et des dégâts dont des vagues de chaleur estivales, de fortes averses orageuses, des vents forts avec des rafales de l’ordre de 100 km/h, des chutes de grêle comme ce fut le cas le 06 juin endommageant 900 ha de culture dans la région du Saiss et du Moyen Atlas. 
Et ce, en plus de deux situations marines marquantes, les 29 octobre et 5 décembre 2020, avec des vagues dangereuses dont les hauteurs maximales ont frôlé les 10 mètres et qui ont occasionné des dégâts matériels importants sur certaines régions longeant la côte Atlantique.

La Rédaction






Rédigé par le Mardi 20 Avril 2021

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 8 Mai 2021 - 21:44 Comprendre le sexisme



 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté