L'ODJ Média




Communauté juive marocaine : Un nouveau dispositif, enfin...


Le Conseil des ministres présidé par SM le Roi, le mercredi 13 juillet courant, a approuvé un nouveau dispositif relatif à l'organisation de la communauté juive marocaine.



Écouter le podcast en entier :


Par Mustapha Sehimi

Ces mesures, présentées par le ministre de l'intérieur - en charge des cultes dans le Royaume - ont été prises en application des instructions Royales d'avril 2019. C'est donc un processus d'élaboration et de finalisation qui marque une étape ; il a fait l'objet de consultations avec les représentants de la communauté juive et de différentes personnalités qui y appartiennent.


TROIS INSTANCES
Quoi de nouveau ? Une articulation déclinée autour de trois instances. La première est le Conseil national de cette communauté. Voici trois ans, le Roi, Amir Al-mouminine, avait donné des instructions à ce même  ministre d'engager un processus devant s'opérer "selon la périodicité du renouvellement de ces instances" conformément aux dispositions du 7 mai 1945. Un texte en vigueur depuis plus de sept décennies qui avait besoin d'une profonde refonte.

Il visait alors à la réorganisation des comités de communauté israélites, les membres de ces organes étant désignés auparavant par les autorités locales. Il marquait bien une avancée dans le sens de l'institutionnalisation au lendemain de la Seconde guerre mondiale mais il se trouvait de plus en plus décalé par rapport à la situation actuelle de cette communauté. Le Souverain était soucieux à ce sujet d'autant plus qu'il a veillé à ce que la Constitution de juillet 2011 prenne en charge et consacre l'affluent hébraïque comme l'une composantes de la culture marocaine.

Cela dit, quoi de nouveau aujourd'hui ? Une articulation déclinée autour de trois instances. La première est celle du Conseil national de la communauté juive marocaine. Il a pour mission de "veiller à la gestion des affaires de celle-ci, la sauvegarde du patrimoine et du rayonnement culturel du judaïsme et de ses valeurs marocaines authentiques". Il aura des comités régionaux pour gérer les questions et les affaires quotidiennes des membres de la communauté. Des textes d'applications sont prévus pour préciser les conditions et les modalités d'élection des membres de ces instances (composition, élections, structures organiques,...). La deuxième instance est la Commission des juifs marocains de l'étranger. Elle a pour attribution d'"œuvrer à la consolidation des liens des juifs marocains établis à l'étranger avec leur pays d'origine, à renforcer leur rayonnement cultuel et culturel et à défendre les intérêts suprêmes du Royaume".

Une vision qui avait été soutenue par feu Hassan II précisant à leur endroit que le Maroc avait perdu des citoyens mais qu'il retrouvait avec eux des "ambassadeurs"... Si la communauté juive résidant au Maroc est évaluée à 3500 personnes - dont 3000 à Casablanca - la "diaspora", elle, dépasse les 800.000 personnes en Israël et des centaines de milliers d'autres en Amérique du Nord (Etats Unis, Canada) et ailleurs. Enfin, il est prévu une dernière institution, à savoir la Fondation du judaïsme marocain. Ses missions sont celles-ci : promouvoir et veiller au patrimoine immatériel judéo- marocain, sauvegarder ses traditions et préserver ses spécificités.

LE ROI, GARANT ET PROTECTEUR
Dans cette même ligne, il vaut de rappeler le discours Royal à l'occasion de la visite du Pape François, en mars 2019, où le Souverain avait mis en exergue ces principes: son statut de Commandeur des croyants comme garant du libre exercice des cultes; qu'il ne peut parler de "Terre d'Islam comme si n'y vivaient que des Musulmans" ; qu'il veille au libre exercice des religions du Livre et qu'il les garantis; et qu'il protège les juifs marocains et les chrétiens d'autres pays vivant au Maroc.

A terme, la communauté juive marocaine va s'atteler à désigner un Grand Rabbin ainsi que les membres des instances prévues. Se posera le problème de la succession de Serge Berdugo, qui occupe - et squatte ? - depuis des décennies une position centrale. Agé de 85 ans, il cumule depuis 1987 les fonctions de secrétaire général du Conseil des communautés Israélites du Maroc, la présidence de celle de Casablanca ainsi que le Rassemblement Mondial du Judaïsme Marocain. Il est considéré aujourd’hui comme n'étant plus fédérateur. Sa situation est très fragilisée - et même entachée,- avec deux "affaires récentes. L'une est cette histoire d'institution d'une taxe sur les produits et prestations cacher qu'il a fait démentir par la commission de la caheroute de Casablanca. Or cette information avait été diffusée dans un reportage de la chaine israélienne Channel 13. L'autre, encore en instance, enclenchée et rendue publique au début de décembre 2021 a trait à une enquête internationale de spoliation immobilière de pas moins de dix-huit biens ayant appartenu à des juifs esseulés...

Apurement de certains dossiers, unité, de nouvelles compétences: voilà la feuille de route de la communauté juive marocaine. Le subjectivisme n’y manque pas, le choc des égos non plus, sans oublier des intérêts et des réseaux multiples et complexes. Mais n'est-ce pas le propre d'une communauté vivante ?
 
Rédigé par Mustapha Sehimi sur Quid



Mardi 19 Juillet 2022


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Avril 2024 - 00:11 La panne d'imagination

Lundi 22 Avril 2024 - 17:07 La mystérieuse percée kabyle à l’ONU

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page