L'ODJ Média



Coupe du Monde 2030 : les premiers chiffres et les premières estimations

Sogécapital Gestion, filiale du Groupe Société Générale Maroc, a planché sur la préparation d'une étude qui essaie de quantifier l’effort d’investissement nécessaire que devrait faire le Maroc pour co-organiser cet événement, ainsi que les retombées


Rédigé par La Rédaction le Samedi 7 Octobre 2023

Il ressort de cette étude que le solde budgétaire pourrait se détériorer légèrement mais que le financement devrait se faire sans pressions supplémentaires sur les finances publiques. En revanche, un creusement à court terme du déficit du compte courant devrait avoir lieu en raison de l'augmentation des importations de produits finis et semi-finis. Cette tendance devrait se renverser à moyen et long terme grâce notamment à l’augmentation des recettes touristiques.



Coupe du Monde 2030 : les hypothèses retenues par cette premiére pour l’impact sur le Maroc

- Déroulement des trois premiers matchs de la compétition à l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay

- 30 matchs à disputer au Maroc entre 6 villes (Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech, Agadir et Fès)

- Tenant compte de la moyenne du coût d’organisation d’une coupe du monde, et des prévisions de Sogécapital Gestion (voir ci-dessous), ce dernier pourrait se situer entre 15 et 20 milliards de dollars pour le trio Maroc-Espagne-Portugal

- La part du Maroc dans ce budget d’organisation devrait se situer aux alentours de 5 à 6 milliards de dollars (soit entre 50 – 60 milliards de dirhams)

Les secteurs Bancaire et BTP devaient profiter largement de l’effort d’investissement dans les infrastructures et la capacité hôtelière.

Le coût des stades : 17 milliards de DH
Revue à la hausse des coûts de construction et rénovation des stades (inflation, modernisation des stades à construire, etc.)

Grand Stade de Casablanca : 6 milliards de DH
2 stades modulaires (Rabat et Marrakech) : 3 milliards de DH chacun
Rénovation des stades (Marrakech, Rabat, Tanger, Agadir et Fès) : 1 milliard de DH chacun
Le coût des Centres d’entrainement : 8 milliards de DH
Rénovation totale des 61 centres existants
Construction de la moitié des nouveaux centres proposés
Estimation du coût total : aux alentours de 8 milliards de DH (tenant compte de la cherté des matières de construction, de la modernisation des normes de construction, etc.)

Coût d’investissement dans les Transports et infrastructures : 17 milliards de DH

Le développement du réseau de transport interne des villes hôtes (bus modernes, routes, etc.)
Développement de la voie ferroviaire entre Casablanca et Marrakech

Coût d’organisation : 10 milliards de DH

Le coût organisationnel devrait être supporté par les 3 pays organisateurs. Une enveloppe aux alentours de 3 milliards de dollars est envisageable
La part du Maroc pourrait s’élever à 1 milliard de dollars (10 milliards de DH)

Le financement du budget marocain de la Coupe du Monde 2030

Budget de l’Etat : 25 milliards de DH (Le coût total de construction des stades et centres d’entrainement devrait être supporté intégralement par l’État dans son budget sur l’horizon 2024-2030)

Entreprises publiques : 17 milliards de DH (Le financement des projets relatifs à l’infrastructure et au réseau de transport devrait être supporté par les SEGMA à travers des crédits bancaires et/ou recours au marché de la dette privée)

Autres financements : 10 milliards de DH (Des prêts concessionnels extérieurs et des dons/aides d’autres pays pourraient avoir lieu afin de financer les autres coûts inhérents à l’organisation)

Les impacts macroéconomiques sur le Maroc de l’organisation de la Coupe du Monde 2030

Solde budgétaire : Le financement de ce solde devrait se faire sans pressions haussières sur les taux sur l’horizon 2024-2030.

Compte courant de la balance des paiements : Il devrait se creuser sur l’horizon 2030 en lien avec l’augmentation des importations de produits finis et semi-finis (aux alentours de 25 milliards de DH, soit 1,5% du PIB).

Crédits : Situation profitable pour le secteur bancaire, à travers le financement de projets de construction et d’infrastructures.

Retombées de l’organisation de la Coupe du Monde sur les différents secteurs économiques

Le BTP : Le secteur serait drivé pendant plusieurs mois voire des années par les projets d’envergure (stades, infrastructures, routes, etc.) renforçant ainsi le taux d’utilisation des opérateurs. Les capacités installées pour la production de ciment (22 MT contre 14 MT de consommation actuelle) et fer à béton seraient suffisantes quant à la demande. Les différents projets devraient accroitre le carnet de commandes des sociétés du BTP cotées en bourse. Cela devrait se traduire par un chiffre d’affaires additionnel de 20 milliards de DH, sachant qu’un stade de capacité moyenne de 40.000 places consomme 10.000 tonnes d’acier et 40.000 tonnes de ciment, contre 300.000 tonnes de ciment pour 100 KM d’autoroute.

Les banques : Le secteur bancaire devrait profiter de l’organisation de cette coupe du monde à travers la hausse de l’encours des financements bancaires dédiés aux projets d’infrastructure (construction des hôtels et autres infrastructures) ; la bonne dynamique des autres secteurs (transport, tourisme...) ; l’augmentation de l’utilisation des services bancaires (opérations de change, retraits, paiements électroniques, etc.).

Le Tourisme : L’organisation de cette coupe du monde devrait impacter positivement le secteur touristique marocain sur le court et moyen terme grâce à un flux de touristes significatif pour l’année de l’organisation de la compétition et les années qui suivront ; Une amélioration de l’offre hôtelière nationale pour atteindre les objectifs du secteur touristique à moyen et long terme. Notons que 100.000 lits hôteliers supplémentaires devraient être fournis pour répondre à la demande dans les villes hôtes. Les recettes touristiques prévues sur l’année 2030 devraient s’élever à 120 milliards de DH.

- Les Télécoms : Le secteur devrait bénéficier de l’organisation de cette coupe du monde à travers la hausse du trafic voix et data, ainsi qu’une amélioration des taux de pénétration au niveau national ; des investissements pour l’extension et l’amélioration des infrastructures réseau du pays ainsi que l’accélération de la mise en place de la 5G.

Document de l'étude par Sogécapital Gestion à télécharger : IMPACTS BUDGÉTAIRES ET MARCHÉS FINANCIERS selon






Samedi 7 Octobre 2023

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 27 Mai 2024 - 06:33 Tourisme : le Maroc classé 82ème sur 119

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média