Des préalables à un meilleur retour sur investissement



"De fait, le plus grand péril pour le développement du pays et pour la promotion des investissements réside dans les entraves dressées à dessein par certains pour préserver leurs propres intérêts et réaliser des profits personnels. Ces agissements doivent être combattus".

Extrait du Discours Royal à l’occasion du 23e anniversaire de l’accession du Souverain au Trône.



Écouter le podcast en entier :


Paradoxale est la situation dans laquelle se retrouve le Maroc depuis plusieurs années, un pays consentant un effort considérable en matière de réformes, mais avec des performances économiques et sociales bien en deçà des attentes.

Malgré un taux d’investissement des plus élevés au monde, le rythme de croissance demeure lent.
 
Ces deux énoncés émanent du Wali de Bank Al Maghrib qui, lors de la présentation, toute récente, du rapport afférent au soixante-troisième exercice de l’Institut d’émission, note aussi le fait que ce défaut de rendement est également ressenti au niveau du marché du travail.
 
Le contenu en emploi de la croissance est en nette diminution.  
 
Deux semaines plus tôt, le même constat fut dressé par le Haut Commissaire au Plan qui, traitant de la problématique de l'investissement à l'aune de son rendement lors de la présentation du budget économique exploratoire 2023, fut clair et précis : malgré le fait que l'investissement soit extrêmement important, à plus de 30 % du PIB, les rendements demeurent  faibles.
Comment se fait -il que le rendement ne suive pas ? S'est alors interrogé M. Ahmed Lahlimi qui estime que "cela veut dire qu'il y a des dilapidations quelque part, , que c'est mal géré, que nous investissons là où il ne faut pas, qu'une bonne partie de ce que nous investissons fuit quelque part".

Les deux hommes, identifient à peu près, les mêmes maux et prescrivent presque les mêmes remèdes.

Les deux hommes, chacun à sa manière, s'accordent sur le fait que les autorités publiques se doivent, non seulement, de continuer à assurer un rôle économique et social central, mais aussi de donner la visibilité nécessaire, voire l'exemplarité, pour redynamiser l’investissement et renforcer l’adhésion à l’action publique.
 
Pour M. Abellatif Jouahri, cette dernière requiert de la bonne gouvernance dosée à une certaine transparence dans le processus de décision, une communication claire sur les fondements des choix opérés et des évaluations régulières et objectives de leur mise en œuvre et où l’intérêt national prime sur toute considération personnelle, catégorielle ou partisane.
 
Pour M.Ahmed Lahlimi, il est essentiellement question de morale et de règles de bonnes conduites. Il est tout aussi question de solidarité, exemplarité morale, humilité, équité, honnêteté, vérité, transparence, lutte contre la corruption, lutte contre les cartels et ententes.

Le tout sur fond d'une opérationnalisation active des institutions de la morale publique.





Noureddine Batije
Noureddine BATIJE est un journaliste spécialiste en investigation journalistique et traitement de... En savoir plus sur cet auteur
Vendredi 19 Août 2022

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 22 Novembre 2022 - 08:00 Maroc _Croatie : Des raisons d'espérer ..

Mardi 22 Novembre 2022 - 05:04 Des nouvelles du polisario ?

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



<

Magazine créé avec Madmagz.





























Partager ce site