L'ODJ Média



Devant la CIJ , Israël accusé d’entraver l’« autodétermination » des Palestiniens


Rédigé par le Mercredi 28 Février 2024

La grande majorité des cinquante Etats qui ont plaidé devant les juges de La Haye ont réclamé la fin « immédiate » de l’occupation israélienne et le retrait de ses forces des territoires palestiniens



A lire ou à écouter en podcast :


« La terre contre la paix »

Tel-Aviv défie la CIJ , piétine le droit international  , ignore les conventions internationales  de guerre et humanitaires et veut rendre la bande de Gaza inhabitable !
Tel-Aviv défie la CIJ , piétine le droit international , ignore les conventions internationales de guerre et humanitaires et veut rendre la bande de Gaza inhabitable !

 Du 19 au 26 février, les représentants de cinquante Etats et trois organisations internationales ont défilé devant la Cour internationale de justice (CIJ) pour exposer leur point de vue sur le dossier soumis à l’appréciation des juges de La Haye : soixante-quinze ans après son début, en 1967, l’occupation par Israël des territoires palestiniens est-elle légale ?

La plus haute juridiction onusienne a entamé son délibéré et rendra d’ici cinq à six mois l’avis juridique demandé par l’Assemblée générale des Nations unies en décembre 2022. Dans l’hypothèse où les magistrats répondraient par la négative, ils devront préciser les conséquences de cet avis pour Israël et ses alliés.

Leur jugement n’est pas contraignant mais aura un poids diplomatique certain, ont assuré les intervenants. Trente minutes, c’était le temps imparti à chaque Etat venu plaider devant la CIJ.

Dans la grande salle du palais de la Paix, le ministre des affaires étrangères palestinien, Riyad Al-Maliki, l’ambassadrice de la Palestine aux Pays-Bas, Rawan Sulaiman, et celui aux Nations unies, Riyad Mansour, un keffieh en écharpe, ont accueilli les délégations une à une à l’ouverture des audiences, le 19 février.

Israël a choisi de ne pas venir au palais de la Paix. En juillet, l’Etat hébreu avait répondu en cinq pages lors de l’étape écrite de cette procédure. Et à La Haye, le Royaume-Uni, comme d’autres alliés d’Israël, dont la Hongrie et les Fidji, se sont fait ses porte-parole.

Londres a signifié à la Cour que ce conflit vieux de soixante-quinze ans n’était pas vraiment l’affaire de la communauté internationale. C’est au contraire de l’« ordre du monde » qu’il s’agit, tel qu’établi après la seconde guerre mondiale, ont rétorqué plusieurs avocats et diplomates.

Plaidant pour l’Organisation de la coopération islamique (OCI), le 26 février, la professeure de droit public Monique Chemillier-Gendreau a estimé qu’« il faut un tiers impartial » pour décider de la « norme commune », avant d’inviter les juges à « ramener l’ensemble de ce conflit sous la lumière du droit ».
 

Tel-Aviv défie la Cour internationale de Justice et avec l'opération terrestre à Rafah , Netanyahu veut rendre la bande de Gaza inhabitable !

Le ministre palestinien des affaires étrangères, Riyad Al-Maliki, et l’ambassadeur palestinien auprès de l’ONU, Riyad Mansour, assistent à une audience publique organisée par la Cour internationale de justice à La Haye (Pays-Bas), le 19 février 2024. PIROSCHKA VAN DE WOUW / REUTERS
Le ministre palestinien des affaires étrangères, Riyad Al-Maliki, et l’ambassadeur palestinien auprès de l’ONU, Riyad Mansour, assistent à une audience publique organisée par la Cour internationale de justice à La Haye (Pays-Bas), le 19 février 2024. PIROSCHKA VAN DE WOUW / REUTERS

Il est encore trop tôt pour savoir si ces six jours d’audiences déboucheront sur une décision historique. Tout dépendra des juges. Ils devraient, sans grand suspense, acter l’illégalité de l’occupation des territoires palestiniens, comme déjà dénoncé dans plusieurs rapports et résolutions de l’ONU.

Mais, au moment de tirer les conséquences de cette illégalité, choisiront-ils la prudence, comme le leur ont demandé les Etats-Unis ? Ou décideront-ils que l’illégalité de l’occupation implique le retrait « immédiat, inconditionnel et unilatéral » des territoires occupés, comme l’ont demandé les Palestiniens et la majorité des Etats venus plaider au palais de la Paix à La Haye ?

Avec Haiti24





Hafid Fassi fihri
Hafid Fassi Fihri est un journaliste atypique , un personnage hors-normes . Ce qu'il affectionne,... En savoir plus sur cet auteur
Mercredi 28 Février 2024

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.







Recherche






















Le bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail Web   , Application Mobile   , Magazine connecté   , e-Kiosque PDF  , Régies Arrissala
Menu collant à droite de la page