lodj
YouTube
Facebook
Instagram
Twitter
LinkedIn
Tiktok
Podcast
L'ODJ TV
Other






Épilogue d’un mondial


« Cette Coupe du Monde sera un désastre » ; « Comme octroyer l’organisation d’un tel évènement à un pays arabo-musulman, qui ne respecte pas les droits de l’homme ? » ... Au final, ce Mondial qatari a bel et bien été un succès dans tous ses aspects, en nous offrant le meilleur des spectacles. Ce sentiment est d’autant plus renforcé si on vient du Maroc. En effet, comment convaincre les marocains à revenir à leur vie « normale » après le mirage qu’ils viennent de vivre ? Comment passer à autre chose après un mois de célébrations et de fierté absolue ?



Qataréussite :

Au-delà des sentiments et du patriotisme, le monde du football a vécu un moment historique ; et ce, dû à divers aspects. Tout d’abord, sur le plan statistique, la Coupe du Monde 2022 a été l’édition la plus prolifique avec un ratio de 172 buts marqués en 64 rencontres, dépassant d’une unité le mondial brésilien de 2014. Ensuite, sur un plan plus administratif, cette édition sera la dernière à 32 équipes. En effet, à partir du mondial 2026, la Coupe du Monde se jouera à 48 équipes. La majorité des spécialistes restent sceptiques par rapport à cette réforme.

La bonne nouvelle reste la participation de plus de nations africaines. Initialement, le nombre de sélections africaines devait passer de 5 à 9. Cependant, après le parcours historique de nos Lions, ce nombre augmente à 10 nations (avec potentiellement une équipe supplémentaire qui devra passer les barrages).

Par la suite, il faut noter que ce mondial est le premier à se dérouler en hiver, ce qui inédit. Et enfin sur un aspect plus anecdotique, ce mondial marque le sacre final de l’un, si ce n’est le meilleur joueur de son ère, à savoir Lionel Messi. En effet, après multiples désillusion, La Pulga arrive enfin à renouer définitivement avec le peuple argentin, succédant à Diego Maradona. En parlant de succession, ce mondial marque un passage de témoin entre l’ère Messi/Ronaldo et l’ère...  Mbappé ? La finale n’en est que le parfait exemple.

Dans le côté organisationnel, le Qatar a réussi son pari. Malgré l’attribution douteuse et toutes les polémiques dont elle a fait face post-mondial, la puissance du Golf a répondu présente. Stades faciles d'accès, ambiance amicale, logistique... La plupart des supporters présents au Qatar ont apprécié leur moment, à l’image d’une supportrice française au micro de FranceInfo : « Tout ce que l’on nous a dit sur les Qataris, c’est faux. Je suis allée chez des Qataris, on a été invités, on a dîné chez eux, c’est extraordinaire ». À bon entendeur...

Et maintenant ?

Les hommes de Walid Regragui ont réussi à mettre le Maroc sur la carte, ainsi qu’à poser une image positive du royaume chérifien au sein des autres communauté internationales. Un gros coup de pub pour le Maroc, qu’il va falloir désormais capitaliser.

L’une des images fortes de cette compétition a été celle du chef du gouvernement marocain Aziz Akhennouch, accompagné du président américain Joe Biden visionnant le match Maroc-France à Washigton, dans le cadre du sommet USA-Africa. « Je pense que le Maroc est très attractif, le gens sont intéressés par ce qui se passe dans notre pays, il y a beaucoup de confiance et d’estime pour Sa Majesté le Roi, donc nous devons capitaliser sur cette image positive. La Coupe du Monde a aussi été un atout... », déclare d’ailleurs Akhannouch dans les colonnes de TelQuel.

Entachée par la normalisation des relations avec Israël, l’image du Maroc a été redorée avec les nombreuses manifestations de soutien à la cause palestinienne de la part du public marocain, ainsi que de la part des joueurs. À part l’opinion publique arabe, le cadre continental est également touché. Comme l’explique le spécialiste des politiques du sport, Moncef El Yazghi à l’AFP, « bien avant le mondial, le Maroc a misé sur une diplomatie du football envers les pays africains avec plus de 30 accords de coopération avec des fédérations africaines ».

Le tourisme et le secteur économique sont également touchés par la belle performance marocaine. « Depuis le début de la compétition, le Maroc ne cesse de faire parler de lui. Notre pays a connu une montée de la considération colossale de la part de nombreuses nations. » déclare notamment la ministre du tourisme Fatim-Zahra Ammor sur le réseau Facebook.

« C’est une excellente opportunité qu’il faudra saisir. Les exploits de l’équipe nationale, mais aussi l’extraordinaire image qu’a donné le public marocain, nous donnent une visibilité inestimable auprès des milliards de téléspectateurs. Le Maroc était évidemment connu en Europe occidentale, mais pas forcément chez les touristes en Asie ou en Amérique Latine.

Aujourd’hui, il est connu partout dans le monde... », déclare également Lahcen Zelmat, président de la Fédération nationale de l’industrie hôtelière (FNIH) à l’AFP.

Rda w Niya :

Le mardi 20 décembre, Sa Majesté le roi recevait les héros de toute une nation au sein de son palais royal, après une parade dans les rues de Salé et Rabat, afin de les décorer de Ouissams. Cependant, les joueurs n’étaient pas les seuls invités. En effet, tous étaient accompagnés de leurs mères pour un moment symbolique.

La femme marocaine a toujours été connue pour son courage et sa force.

Dans une société comme la nôtre, la notion de « Rda » est très importante aux yeux des gens. Avant le travail des formateurs, staff technique, et fédération, c’est le rôle de la mère qui est mis en avant lors de cette Coupe du Monde. Hakimi qui vient embrasser sa mère à la fin de tous les matchs, Boufal qui danse avec sa mère sur la pelouse, présence des familles à Doha...
    
Cela pourrait paraître banal, mais la politique des responsables marocains a un été un atout essentiel à la réussite de cet état d’esprit, et à la création de cette unité nationale avec un lien de proximité que ressentent les citoyens vis-à-vis des joueurs.

La clé de la réussite de cette épopée marocaine a été son authenticité, en embrassant les valeurs de notre pays, et en n’essayant pas de calquer l’image des sociétés occidentales. Regragui et ses hommes ont montré un visage exemplaire du Maroc à l’international, qu’il va falloir maintenant préserver.



Dimanche 25 Décembre 2022


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Janvier 2023 - 16:53 Une réponse magistrale…

Dimanche 15 Janvier 2023 - 13:50 Le Concept Royal Sportif

L'ODJ Lifestyle | Les Chroniques Radio | Breaking news | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Room | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Quartier libre | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | L'ODJ Stories



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




















Revue de presse