Menu

FAO : Manger va coûter de plus en plus cher !


L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a annoncé, jeudi, que les prix alimentaires mondiaux ont augmenté de 32,8% en septembre, sur une base annuelle, dans un contexte d'augmentation continue des prix des cinq principaux groupes alimentaires.



 Dans son rapport mensuel, la FAO a indiqué que l'indice moyen des prix alimentaires de l'organisation a atteint 130 points en septembre, soit une augmentation de 1,2 pour cent sur une base mensuelle. La hausse des prix alimentaires mondiaux de la viande, des produits laitiers, des huiles végétales, des céréales et du sucre est due à la contraction des conditions d'approvisionnement et à l'augmentation de la demande de matières premières, telles que le blé et l'huile de palme, selon l’organisme onusien.

D’abord, l'indice FAO des prix des céréales a enregistré une augmentation en septembre de 41 % sur une base annuelle, en raison d'une contraction des quantités disponibles pour l'exportation et d'une augmentation de la demande, indiquant une augmentation des prix internationaux du riz au cours de la même période de 38% sur une base annuelle.

 Ensuite l'indice des prix des huiles végétales a également enregistré une augmentation de 60 % sur une base annuelle, tandis que les prix internationaux des huiles de palme ont atteint leur plus haut niveau en dix ans en raison de la forte demande mondiale d'importations et des inquiétudes concernant la pénurie de main-d'œuvre.

De son côté, l'indice des produits laitiers a augmenté de 15,6% en glissement annuel, suite à la hausse de la demande mondiale d'importations et les facteurs saisonniers en Europe ont poussé les prix internationaux à la hausse.

Par ailleurs, l'indice des prix du sucre était de 53,5% plus élevé sur une base annuelle, en raison de conditions météorologiques défavorables et des prix élevés de l'éthanol au Brésil, qui est le plus grand exportateur de sucre au monde.

Enfin, l'indice des prix de la viande a augmenté de 26,3% par rapport à la même période en 2020, en raison de la hausse des prix de la viande ovine et bovine due à la baisse de l'offre, selon la même source.

Ces chiffres ne facilitent certainement pas la tâche pour le nouveau gouvernement, et semblent particulièrement alarmants pour les ménages déjà affaiblis par les répercussions de la pandémie, la crise économique et les taux reccords de chômage.  aura du "pain sur la planche" dans un contexte où il exprime la volonté de mettre en œuvre un nouveau modèle de développement largement social dans son essence autant que dans ses recommandations. Il va falloir faire preuve de créativité pour faire face à tous ces défis.





Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur
Vendredi 8 Octobre 2021

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Octobre 2021 - 21:29 Grogne après l'obligation du pass vaccinal





Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html

Magazine créé avec Madmagz.


L'ODJ WEB MAG