L'ODJ Média




Famille : vers une procédure de médiation familiale dans le nouveau Code de la Famille ?


Face à l'augmentation alarmante des divorces et de ses répercussions néfastes sur la société, la médiation familiale s'impose comme une alternative prometteuse.



A lire ou à écouter en podcast :


Par : Zakaria Berala (chercheur en juridiction des affaires de la famille, U.M ,Rabat)

Le Maroc, à l'instar de nombreux pays, observe une croissance exponentielle des cas de divorce, fragilisant la cellule familiale et engendrant de lourdes conséquences sur les enfants et la société entière. Dans ce contexte, les modes alternatifs de résolution des conflits, et plus particulièrement la médiation familiale, apparaissent comme une nécessité urgente.

Or, La médiation familiale se présente comme un processus collaboratif et confidentiel, où un tiers neutre, le médiateur, aide les membres d'une famille en conflit à trouver un terrain d'entente. Cette approche permet de restaurer le dialogue, de désamorcer les tensions et de parvenir à des solutions durables et mutuellement acceptables, préservant ainsi l'unité familiale et le bien-être de ses membres.

Exceptionnel, le Maroc possède une riche tradition de résolution des conflits à l'amiable, ancrée dans ses coutumes et traditions. La médiation populaire, assumée par des figures respectées au sein de la communauté, a joué un rôle crucial dans la préservation de la cohésion sociale.

Un cadre juridique en évolution :

Le Code de la Famille marocain reconnaît l'importance de la médiation et autorise le juge à recourir à des médiateurs pour tenter de réconcilier les parties en conflit. Cependant, l'absence d'une procédure spécifique et d'un cadre institutionnel adéquat limite l'efficacité et la portée de cette pratique.

Vers une institutionnalisation de la médiation familiale :

L'heure est venue de doter le Maroc d'une véritable procédure de médiation familiale, inscrite dans le nouveau Code de la Famille. Cette initiative permettra de renforcer l'arsenal juridique, En adoptant une loi spécifique à la médiation familiale, définissant ses principes, ses modalités et son champ d'application, et Professionnaliser la pratique, en assurant la formation et la certification des médiateurs familiaux, garantissant ainsi la qualité et l'efficacité de leurs interventions.

Un investissement pour l'avenir :

L'institutionnalisation de la médiation familiale ne représente pas une simple dépense, mais plutôt un investissement pour l'avenir. En contribuant à la consolidation des familles et à la réduction des litiges conjugaux, elle permet de prévenir les divorces, de protéger les enfants et de renforcer la stabilité sociale.

En conclusion, la médiation familiale se présente comme une solution prometteuse pour répondre aux défis croissants de la société marocaine. En s'appuyant sur son riche héritage culturel et en s'adaptant aux exigences du monde moderne, on peut faire de la médiation familiale un pilier essentiel de la construction d'une société plus stable et plus harmonieuse.



Samedi 2 Mars 2024


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 3 Avril 2024 - 07:54 Au Sénégal, le jour d’après

Experts invités | Coup de cœur | Quartier libre | Replay vidéo & podcast outdoor




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page