Menu

Fuite des cerveaux et cerveaux non déployés


Fuite des cerveaux et cerveaux en berne

De plus en plus de jeunes marocains optent pour les professions libérales. Bagage académique en main, ils ont tendance à se frayer le chemin du marketing, de ventes en ligne, de restauration... C’est le cas de jeunes qui ont étudié à l’étranger ou d’autres qui ont eu leurs diplômes au Maroc, qui ont fait leurs expériences dans des boites internationales, se sont remplis les poches, ont eu la nationalité du pays d’accueil et sont revenus au bercail.



 

Pour ces gens : « Les conditions de travail dans nos administrations et même au sein de multinationales n’est pas à la hauteur.

« On a tellement étudié et travaillé à l’étranger qu’on aspire à une vie sans problèmes ou embûches, sauf que rien ne t’y encourage. On voudrait servir notre pays mais dans la dignité».


Ou encore : « J’ai travaillé dans une boite nationale mais je n’y étais pas satisfait. Quand tu as un haut potentiel, on te met les bâtons dans les roues jusqu’à ce que tu lâches prise. Je suis retourné aux USA où j’ai crée une startup. En parallèle, j’ai ouvert un restaurant au Maroc».


Ce sont là les impressions de jeunes imbibés de valeurs d’ici et d’ailleurs, qui préfèrent voler de leurs propres ailes, développer leur job avec leurs moyens pour être libres de leurs actes et ne rendre compte à personne.

Seulement, ces têtes bien constituées sont doctorants, ingénieurs…qui pourraient être classés dans la catégorie « fuite des cerveaux », mais en interne. Ce sont des cerveaux qui stagnent, qui n’évoluent plus en devenant gérants ou restaurateurs.

La question à poser, c’est comment ces jeunes sont-ils arrivés à réfléchir de cette façon ?

Alors qu’à l’étranger, la satisfaction personnelle était autre, à hauteur de leurs capacités intellectuelles élevées. Ils sont nombreux dans ce cas et n’ont pas honte de s’afficher dans un snack ou une pizzeria, car on leur a appris, outre mer, qu’il n’y a pas de sot métier, qu’un CV sans action sociale ou politique ne vaut rien et qu’ils sont tous passés par ces emplois pour survivre dans d’autres cieux.






Rédigé par le Samedi 12 Décembre 2020
Journaliste professionnelle. 30 ans d'expérience à L'Opinion. Actuellement journaliste à Radio Web... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >


 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site