Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Géopolitique, l’humanité en « stand by », comment réinventer l’ordre mondial ?


L’humanité et la planète sont en souffrance. Il suffit de regarder autour de soi. Les crises s’entremêlent entre effets du réchauffement climatique, pandémies mondiales, guerre et tensions de basse et haute intensité, crise alimentaire et énergétique….Et, pour reprendre une célèbre expression « Notre maison brûle » et nous ne savons plus comment la sauver.



Écouter le podcast en entier :


Par Taoufiq Boudchiche, Economiste

Géopolitique, l’humanité en « stand by », comment réinventer l’ordre mondial ?
Le Monde est en rapide mutation ainsi que l’histoire qui s’accélère entraînés par des rapports de force sur le terrain devenues incontrôlables. Parallèlement, le sentiment d’un désordre mondial accompagné d’un vide idéologique et culturel s’installe et semble encore plus menaçant pour notre avenir commun.  La Pax Americana et ensuite le consensus de Washington qui avaient contribué à structurer l’ordre international de l’après seconde guerre mondiale sont ébranlés, entraînant l’effritement du leadership américain. On assiste plutôt à une   «tectonique» dangereuse  des visions du monde sans savoir dans quelle direction l’humanité se dirige.
Dans ce monde multipolaire, plusieurs visions du monde se disputent la scène internationale. Il y a d’un côté, le libéralisme occidental autrefois triomphant semble de plus en plus vaincu auquel se greffe un libéralisme social  plus revendicatif que structurant (wokisme, LGBT, …).

Mais d’autres visions culturelles ont émergé. L’islamisme par exemple qui se veut un rempart antioccidental en cultivant une singularité ambiguë entre libéralisme occidental et autoritarisme oriental dont « l’erdoghanisme » en offre une version aboutie. Mais l’islamisme tant qu’il est miné de l’intérieur par les mouvements radicaux et  violents restera à l’état de mouvement identitaire sans grand avenir.

Les cultures slaves et extrêmes  orientales tentent également de se frayer un chemin parallèlement aux succès économiques des sociétés auxquelles elles appartiennent mais sans convaincre véritablement. Elles peinent à  déborder au delà de leurs aires géographiques d’influence : Asie, Chine, Russie, Inde. .. Ce qui est déjà considérable vu l’importance démographique des sociétés qu’elles représentent.

Mais elles-mêmes sont sujettes à une compétition dans leurs aires respectives qui neutralisent leur volonté de puissance. D’autres cultures telles que l’arabisme qui a eu son apogée à l’époque « nassérienne » jusqu’au années 80 s’est effondré dans les ruines des  guerres israélo-arabes. Et, les espoirs portés par la négritude au sens « Senghorien »  aura vécu son temps. Leurs réminiscences ont été cannibalisées par les cultures dominantes. La créolisation n’est pas pour demain. Le shiisme iranien quant à lui s’arcboute dans un clanisme dangereux et belliqueux. Son espoir de s’imposer en devenant une puissance régionale nucléaire préoccupe plus qu’il n’inspire l’exemplarité à l’extérieur du monde shiite.

Il y a donc lieu de s’interroger dans ce monde multipolaire dans lequel les guerres d’influence affinent leurs arguments, quelles seraient les forces idéologiques et culturelles qui s’imposeront à l’avenir ? A cette fin, il faut bien garder à l’esprit la dialectique marxienne qui a bien conceptualisé à quelques nuances prés les interactions entre infrastructures et superstructures. Les cultures et les idéologies qui vont dominer le monde futur seront nécessairement  celles qui réussiront à s’imposer par leurs valeurs spirituelles, sociales et économiques plus que par la conquête militaire. Marx aura négligé dans sa dialectique le rôle moteur des valeurs culturelles et spirituelles leur conférant un rôle secondaire, voire néfastes. Ce qui, à mon avis,  a entaché négativement sa réflexion et conduit entre autre à l’échec du « communisme idéologique ».
 

L’humanité dans sa globalité par le biais des institutions internationales et des mécanismes de régulation à l’échelle mondiale a gagné, fort heureusement, en pacifisme et ne tolère plus les conquêtes par la violence. C’est pourquoi l’entreprise guerrière  russe en Ukraine est vouée à l’échec comme celle des États-Unis l’a été auparavant en Irak et en Afghanistan.  C’est le résultat inverse qui est obtenu à savoir le rejet de l’Amérique dans cette Région.  En Ukraine, c’est le rejet de la Russie qui fait tâche d’huile dans toute l’Europe et une partie du reste du monde mais qui n’ose l’exprimer par crainte de fâcher « l’ogre russe ».
 

Les organisations mondiales telles que l’ONU  subissent les effets négatifs de cette situation.  Celles-ci marginalisées et/ou instrumentalisées à l’excès par les grandes puissances, au gré de leurs intérêts,  sont de plus en plus impuissantes à régenter ou du moins contrôler le cours des choses. Les organisations régionales quant à elles,  comme l’Union Européenne, l’Asean, l’Union Africaine… ne semblent pas être très efficaces dès lors qu’elles doivent s’imposer mondialement. Aussi, notre monde est-il appelé à réinventer les fondements socioculturels du monde  de demain. Probablement, imaginer d’autres formes d’organisations institutionnelles au sein de ces mêmes organisations.
 

L’humanité est dans une sorte de « stand by », causé par un sentiment de sidération et d’impuissance, face aux forces de destruction de la planète et partant de l’ordre international.  L’incertitude et l’égoïsme des nations priment sur l’intérêt général. Le monde est sans leadership idéologique et culturel susceptible de produire une adhésion forte de la communauté internationale. La « Pax Americana » a sombré culturellement dans les conflits en Irak et en Afghanistan prises en flagrant délit de mensonges (à l’instar de la manipulation sur l’existence d’armes chimiques en Irak pour motiver une guerre sauvage et meurtrière). Et, mise à part la parenthèse heureuse de l’Accord de Paris en 2015 sur le climat qui avait soulevé  par ses dispositions l’espoir d’une justice sociale et d’une justice climatique pour s’attaquer aux causes profondes des déséquilibres affectant l’humanité et la planète, les populismes ont depuis réoccupé le terrain.
 

Par conséquent, dans un contexte de vide idéologique et culturel sur la scène mondiale,  il conviendrait rapidement d’engager de nouvelles réflexions en dehors des sentiers battus pour réinventer des valeurs communes  fortes garantissant le progrès humain et social.  La diversité culturelle facteur de paix et de civilisation mérite d’être institutionnalisée en donnant plus de place à des organisations comme l’UNESCO. Pour l’instant ce sont les bruits de botte qui se font le plus entendre. Jusqu’à quand ? Nul ne le sait. L’humanité en est d’autant plus déboussolée et notre planète encore plus meurtrie.




Mardi 16 Août 2022


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 27 Septembre 2022 - 13:04 Nécessité d’un PLF 2023 anti-crise

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.