Greffe d’organes au Maroc : Le Rendez vous manqué avec les espagnols

Ne pas développer cette activité de greffe au Maroc peut être assimilé à non assistance à personne en danger.


Rédigé par Salma Chaoui le Mardi 7 Février 2023

J'espère de tout coeur que ce n'est qu'un rendez vous reporté à une date très proche et non pas manqué entre marocains et espagnols pour conclure des accords pour le développement de la greffe d'organes et de tissus dans le Royaume du Maroc grâce à l'expertise du Royaume Espagnole dans ce domaine, jalousée par tous les pays Européens, la France en premier. Explications



Écouter le podcast en entier :


Par Dr Anwar CHERKAOUI

Un constat statistique d’une froideur frigorifique : Aujourd’hui, l’Espagne est le leader mondial du don d’organes. Aujourd’hui, le Maroc est en queue de peloton en matière de don et de greffe d’organes dans le monde Arabe. Il vient après l'Arabie Saoudite, la Tunisie, l'Algérie, le Koweït ou la Jordanie. Ceci, en sachant qu’il était le premier à réaliser une greffe de rein ou de cœur dans le monde arabe.

Un autre constat géographique : Le Maroc a près de lui le leader mondial en don d’organes, depuis maintenant plus de 29 ans, en l’occurrence, le Royaume d’Espagne. Le temps est un élément capital dans la réussite de toute greffe d’organe ou de tissu.
  
Pourquoi le Maroc ne profite-t-il pas de l’expertise espagnole dans le domaine du don et de la greffe d’organes. 

Selon les données du dernier rapport du World Transplant Registry, l'Espagne représente 19% des dons d'organes dans l'Union Européenne et 5% de ceux enregistrés dans le monde en 2020. 

Ces chiffres sont très élevés si on prend en compte le fait que ce pays ne représente que 9% de la population européenne et 0,6% de la population mondiale. 
  
L’Espagne a réalisé 94,6 transplantations par 1 million d'habitants en 2020. 

Un chiffre élevé qui ne dépasse pas cependant celui des Etats Unis avec un chiffre de 120,6 transplantations par million d’habitants. 
  
L’Espagne est ainsi restée, depuis maintenant 29 années consécutives, le leader mondial du don, avec un taux de 49,6 donateurs par million d'habitants. 
  
De même, elle occupe, « de loin », la première place du classement international des greffes de donneurs décédés, avec un taux de 107,9 par million d’habitants de greffes, bien au-dessus des 100,9 aux États-Unis. 
  
Il faut constater que l'activité mondiale de transplantation a diminué de 18 % par rapport à 2019, à cause de l’essoufflement des systèmes de santé et de la saturation des unités de soins intensifs pendant la pandémie. 
  
L’Espagne n’a cependant pas été touchée par cette diminution. 

Le chiffre des transplantations en 2020 est bien supérieur à ceux enregistrés dans les autres pays du monde au cours des années précédant la crise sanitaire. 

Ces données montrent la résistance et la capacité de récupération du système de transplantation espagnol dans un environnement épidémiologique compliqué, comme le soulignent les travaux de l'Organisation Espafnole nationale de transplantation (ONT). 
  
Le Maroc qui ne dispose même pas d’une Agence nationale du don et de la transplantation d’organes, comme c’est le cas en Tunisie et en Algérie, gagnerait à s’approcher du système de santé Espagnol, pour mettre en place sa stratégie nationale pour le don et la greffe d’organes pour les 25 ans à venir.

La presse marocaine a publié et les chaînes de TV ont diffusés des images du chef de gouvernement Marocain avec son homologue espagnol Pedro Sanchez, celles de notre ministre de l’Interieur avec son homologue espagnol, Fernando Grande-Marlaska, Celles de Ryad Mezzour avec la ministre espagnole de l’Industrie, Reyes Maroto, Chakib Benmoussa avec la ministre espagnole de l’éducation, Pilar Alegria ainsi que Les Miraoui, Bensaid, Sadki et Benali, respectivement de l’enseignement supérieur, de la communication, de l’agriculture et de la pêche. 

Pour quand une réunion de notre Ministre de la santé avec son homologue Espagnole autour d’un seul point vital, le développement de la greffe d’organes dans le Royaume du Maroc. 

Le Maroc est prêt  sur les plans juridique, religieux et médical. Rien ne s’y oppose à cette activité médico-chirurgicale de pointe.

Ne pas développer cette activité de greffe au Maroc peut être assimilé à non assistance à personne en danger.


Rédigé par Dr Anwar Cherkaoui
 





Mardi 7 Février 2023

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 24 Septembre 2023 - 12:14 Lutter contre le dopage… autrement !

Samedi 23 Septembre 2023 - 14:39 Le SG de l'ONU compare la France à l'Iran

Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | Quartier libre | L'ODJ Podcasts | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Stories | L'ODJ i-Magazine | L'ODJ Média



Magazine créé avec Madmagz.






























Le bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail Web   , Application Mobile   , Magazine connecté   , e-Kiosque PDF  , Régies Arrissala

Menu collant à droite de la page