Menu

Grève de 48 heures chez les Enseignants- contractuels


Les enseignants contractuels ont entamé un mouvement de grève national de deux jours à partir du mercredi 19 mai au 2021. Une autre grève de 48 heures est prévue la semaine prochaine. Retour sur un bras de fer qui n'a que trop duré.



Grève de 48 heures chez les Enseignants- contractuels
Où est passé le contrat du gouvernement !? 
 
Jusqu'au bout de l'impasse !
Une vingtaine d’enseignants ont été déférés cette semaine devant le Tribunal de première instance de Rabat,  et la Coordination nationale des enseignants- contractuels regrette les poursuites " dont ont été victimes"  les enseignants protestataires,!  
Le conflit qui oppose le ministère de l'éducation Nationale aux enseignants -contractuels est-il condamné à s'éterniser faute d'issue acceptable par les deux parties !?

Il est fort à craindre, malheureusement, que le bras de fer  risque de continuer encore durant les prochains mois au mépris des intérêts des élèves et du corps enseignant !

Pour le moment, l'impasse est totale et les multiples déclarations du ministre Said Amzazi , dans un mélange de fermeté et d'intransigeance dont il use et abuse comme pour masquer son impuissance et son incompétence à trouver une issue à ce ce dossier , ne laissent présager d'aucune éclaircie car ce dernier a écarté toute intégration dans la fonction publique des enseignants -contractuels en grève.

Le spectre d'une année blanche menace  depuis longtemps et si les dizaines de milliers d'enseignants -contractuels continuent leur mouvement de grève, ce sont des centaines de milliers d'élèves , en milieu rural dans leur majorité, qui vont payer les frais !

C'est ainsi que les mouvements de protestation et les sit-in se sont multipliés ces derniers mois dans plusieurs régions du pays et plus particulièrement devant le siège du ministère à Rabat où les enseignants-contractuels campent , et c'est bien le cas de le dire , sur leurs positions et doivent souvent affronter la violence des forces de l'ordre !

Et la seule réponse apportée par ce département qui refuse ouvertement le dialogue , ce sont des bastonnades à répétition et de la violence sans répit

En effet , les slogans acides fusaient de toutes parts à la Place Bab Rouah de Rabat où les enseignants-contractuels qui manifestent leur mécontentement ont pris place pour faire entendre leurs revendications . Et ces derniers jours , c'est devant le tribunal de première instance de Rabat qu'ils affichent leur solidarité :

"C'est tout le système éducatif qui est menacé dans notre pays . Et chaque fois une affaire éclate et crée une grosse polémique . Quand ce n'est pas l'arabisation de l'éducation, c'est la gratuité de l'enseignement public qui est remise en question et voilà maintenant cette question des enseignants-contractuels qui remet une couche à l'amertume générale ! " : s'indigne l'un des manifestants..

 

Une école qui agonise !?

 

Une autre enseignante s'insurge  " Notre cri de détresse est celui d'une l'école qui agonise et qui traverse une crise existentielle. Notre combat est crucial et nécessaire vu l'absence d'interlocuteur valable surtout après le refus ferme du ministère de revoir notre situation !

Mr le ministre semble avoir la mémoire courte car il donne l'impression d'avoir oublié qu'il y a quelques années, un certain Rachid Belmokhtar avait fermé la porte devant les revendications des enseignants -vacataires et ce, de manière catégorique avant de faire un compromis, des concessions  et de revenir sur son refus après la lutte acharnée de ces enseignants !

La famille de l'enseignement est unie et indivisible et c'est pour cela que nous restons attachés à notre revendication légitime d'être intégrés à la fonction publique ! 

Cette crise nous a été imposée et nous ne l'avons pas choisi et nous nous opposons fermement à la marchandisation de l'école publique !"

 

 


Grève de 48 heures chez les Enseignants- contractuels

Contre la marchandisation de l'école publique ..

 

Des propos qui ont le mérite de mettre le doigt sur le fond du problème car justement le ministère conteste la légitimité des revendications des enseignants-contractuels ! 

Effectivement, pour rappel  lors d'un point de presse tenu par le ministre Said Amzazi  il y a deux ans , le directeur des ressources humaines du ministère de l'éducation nationale avait fait un long exposé au cours duquel il  expliquait que les enseignants -contractuels ont été informés de leurs droits et obligations avant la signature de leur contrat et qu'il n'est écrit nulle part qu'ils auraient droit à une titularisation dans la fonction publique même si leur situation est évolutive et que leur statut est susceptible de changer .

Pour sa part , le ministre Said Amzazi avait précisé que le recrutement par contrats faisait partie de la promotion de la régionalisation avancée et de la décentralisation afin de donner plus d'autonomie aux académies régionales et que cette nouvelle démarche était également pratiquée par le département de la Santé pour les mêmes raisons !

 

Pour rappel toujours , avec la crise des enseignants-contractuels avec des bastonnades à répétition,  et puis la grève des étudiants en médecine qui , il y a deux ans , avaient boycotté leurs examens dans une impasse totale , on peut dire que depuis  le ministre de l'éducation nationale  a , d'échec en échec ,  foncé droit au mur..

Et puis, après les suspensions de trois professeurs de la faculté de médecine de Marrakech ayant exprimé leur solidarité avec les étudiants grévistes , les professeurs de Casablanca étaient eux aussi monté au créneau en se solidarisant avec les suspendus de la ville ocre. 


Une véritable pagaille avec les missions impossibles de ce département de tous les scandales.

Depuis, le feuilleton continue

En conclusion , pour résumer : ce bras de fer entre enseignants -contractuels et   Ministère de tutelle est un parfait dialogue de sourds !

Ce dossier est l'un parmi tant d'autres où le gouvernement a carrément failli à sa mission.

Mais c'est quoi ce gouvernement qui sème le vent et ne fait que récolter des tempêtes,  avec énormément de questions en suspens,  de problèmes sans solution,  et de conflits qui s'enlisent de manière inextricable !?
Pour moins que cela ,  beaucoup d'autres ministres avaient subi les foudres de bien mémorables colères royales..

. Que dire de plus !?

Sinon que nos ministres sont eux aussi des contractuels qui sont tenus par l'obligation morale et la responsabilité politique.!

Pour terminer, il y a l'impératif d'un avenir à sauvegarder avec des enseignants qu'on aimerait bien revoir en classe et non pas à la rue , et encore moins dans les tribunaux!

 

 

 






Hafid Fassi fihri
Hafid Fassi Fihri est un journaliste atypique , un personnage hors-normes . Ce qu'il affectionne,... En savoir plus sur cet auteur
Vendredi 21 Mai 2021

Dans la même rubrique :
< >