Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








IBN RUSHD, Al-Qurtubi à l'heure d'Al-Andalus


Il est né à Qurtuba, au cœur d'Al-Andalus, au sein d'une grande famille de Qâdis, le 14 avril 1126. Il était à la fois philosophe, théologien, juriste et médecin.
Il a exercé les fonctions de grand Qâdi à Ishbilya et à Qurtoba, ainsi que de médecin privé d'al-Mowahidoun, en particulier du Khalife Abu Yaqub-Yusuf. Il avait pour nom IBN RUSHD.... plus connu sous le nom latinisé d'AVERROES.



Par Fouad ZAIM

Abu'l Walid Muhammad IBN RUSHD est né au cours d'une période éminemment troublée sur les rives de la Méditerranée, le XIIème siècle, marquée par le déclin d'al-Morabitoun (1062-1147) et la montée en puissance d'al-Mowahidoun (1147-1269).

         De son enfance, on sait peu de choses, sinon qu'il a reçu une formation classique : l'étude d'Al-Qur'an, à laquelle s'ajoutent la grammaire, la poésie, la musique et les mathématiques.

         Avec son père, grand Qâdi de Qurtoba, il a étudié le Hadith, à savoir les actes et paroles du Prophète et de ses compagnons, et le Fiqh, autrement dit la jurisprudence islamique ou règles de la Chariâ.

          Les sciences profanes ne devaient, par ailleurs, être abordées qu'après "une bonne formation religieuse".

             IBN RUSHD se reconnaît d'emblée comme maître, la personne d'ARISTOTE, qu'il plaçait au plus haut degré de la perfection et dont il commente inlassablement les traités : "Nous adressons des louanges sans fin à Celui qui a distingué cette homme...et qui l'a placé au plus haut degré de la supériorité humaine, auquel aucun homme dans aucun siècle n'a pu arriver....Cette supériorité, Dieu l'accorde à qui il veut".

             IBN RUSHD est, en termes d'acquisitions de savoirs, inlassable, insatiable. Il s'intéresse très tôt, en amateur éclairé, à la physique, à la botanique et à l'astronomie. Il se distingue par l'étude de la philosophie, une discipline négligée car suspectée d'éloigner de la foi religieuse. Quant à la médecine, dont la théorie et les concepts le séduisent, sa rencontre avec le grand maître de Ishbilya, IBN ZOHR, est décisive....lequel à sa demande écrira le livre "Kitab al-Taisir fi al-Mudawat wa al-Tabdir"....autrement dit "Le livre de la simplification des traitements et régimes".

              L'œuvre d'IBN RUSHD, traduite en latin et en hébreu, eut une influence considérable sur la pensée chrétienne et philosophique de l'Europe médiévale.

              A la Renaissance, sa philosophie est étudiée à Padoue, tandis que ses travaux arrivent à Paris vers 1225. Ils seront lus dans le monde européen dans son ensemble. Il est partout considéré comme le "commentateur" d'Aristote.

             Que faut-il aujourd'hui retenir de l'héritage de ce personnage emblématique AVERROES est assurément au cœur de l'héritage andalou. Son œuvre majeure est le "Tahafut al-Tahafut"...."L'incohérence de L'incohérence". Il est une figure incontournable de la rationalité. Sa pensée n'a jamais été autant d'actualité. Il incarne la profondeur des liens et la fertilité des confluences entre les deux rives de la Méditerranée. Il exprime la possibilité d'une ouverture face aux mouvements de rejet et aux replis identitaires. Il défend l'autonomie de la raison et de la philosophie comme la voie la plus sûre d'atteindre la vérité. Il aura été l'incarnation du vivre ensemble...dans la diversité.

              IBN RUSHD est par ailleurs réputé pour sa conception des vérités métaphysiques qui, à ses yeux, pouvaient s'exprimer de deux manières différentes, pas forcément contradictoires : par la philosophie et par la religion. C'est cette façon de présenter deux catégories de vérités qui, fondamentalement, explique l'hostilité à laquelle il sera confrontée...d'autant qu'en 1188, le Khalife Yusuf Yaqub Al-Mansur, Al-Mowahidi, fait interdire la philosophie, les études et les livres, tout comme il proscrit la vente du vin ainsi que les métiers de chanteur et de musicien.

              A partir de 1195, IBN RUSHD, que le simple fait d'être philosophe rend suspect, est victime d'une campagne de dénigrement qui vise à briser son prestige. Des pressions politiques sont exercées par le "parti de ceux qui craignent Dieu", les Oulémas et les théologiens, sur le Khalife, afin que celui-ci le condamne. Ce dernier finit par ordonner l'autodafé de toutes les œuvres du philosophe.

             Le poète Ibn Jubair est même chargé de discréditer le personnage percu comme un "hérétique". Il écrit, s'adressant à Averroès, "Tu as été traître à la religion".

             Al-Mansur finit par exiler IBN RUSHD vers la petite ville de Lucena....au cœur d'Al-Andalus..appelée aujourd'hui, heureux paradoxe, la "ville des trois cultures". Au bout d'un an et demi, le pardon lui sera accordé. Il est rappelé à la cour de Marrakech, mais laissé sans emploi. Il décédera le 10 décembre 1198...595 Hijria... loin de son Andalousie natale.

             La vie d'Averroès a été magistralement retracée dans "Le destin"...Al-Massir... un film de Youssef Chahine, primé au Festival de Cannes..en 1997. Un film qui dénonce l'obscurantisme et l'intolérance religieuse sous la forme d'une fable enjouée, haute en couleurs et profondément optimiste. Les restes d'IBN RUSHD reposent à Qurtuba. Paix à son âme.
 
                       Fouad ZAIM-CHERKAOUI



Samedi 27 Novembre 2021


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.