Israël au bord de l’implosion


Rédigé par le Lundi 27 Mars 2023

La société israélienne se déchire au sujet de la réforme judicaire promue par le gouvernement d’extrême droite. Une fissure qui menace même l’armée.



Écouter le podcast de cet article :


C’est par dizaines de milliers que les Israéliens manifestent, depuis près de 3 mois, contre le projet de réforme judiciaire présenté par le gouvernement de Benjamin Netanyahou.

La situation a été encore plus aggravée par la décision de renvoi du ministre de la défense, Yoav Gallant, pour avoir appelé à la suspension d’un mois de ladite réforme.

Il est important de préciser que Yoav Gallant, ministre israélien de la défense pendant moins de trois mois, du 29 décembre 2022 au 26 mars 2023, n’est pas plus innocent que son chef du gouvernement qui l’a remercié. Son nom figure sur la liste des « Panama Papers », révélée en 2016.

Préserver l’armée

L’appel du ministre de la défense sortant à la suspension de la réforme judiciaire est surtout motivé par sa volonté de ne pas voir l’armée israélienne se diviser entre partisans de ladite réforme et ses opposants.

Il a clairement exprimé, sur une chaîne de télévision israélienne, son inquiétude de voir « la fracture de la société pénétrer dans l'armée », chose qui constituerait, de son point de vue, « un danger immédiat et tangible pour la sécurité » d'Israël. Pour Gallant : « le processus législatif doit être arrêté ».

Pour rappel, la réforme judiciaire promue par le gouvernement dirigé par Benjamin Netanyahou vise à laisser le dernier mot aux élues concernant les lois déclarées par la cour suprême israélienne non-conformes au corpus législatif de ce pays, qui n’est pas doté d’une constitution.

Sionisme religieux

Il va sans dire que si les membres de la Knesset, largement contaminée par le sionisme religieux, à l’instar de l’ensemble de la société israélienne, peuvent légiférer comme bon leur semble, le sort des Arabes israéliens deviendrait encore moins enviable et les relations avec les Palestiniens plus envenimées.

Jusqu’à présent, c’est la cour suprême israélienne qui a joué le rôle de garde-fou, empêchant toute déviation excessive vers un Etat sioniste guidé par la Torah.

Pris entre l’enclume des poursuites judiciaires à son encontre et le marteau de ses alliés d’extrême droite au sein du gouvernement, Netanyahou a dû se plier à l’injonction du fou furieux ministre de la sécurité Itamar Ben Gvir, qui a publié un communiqué, le 25 mars, appelant « le premier ministre à renvoyer Gallant, qui est arrivé avec les voix de la droite, mais a cédé à la pression de ceux qui ont menacé de refuser (de servir dans l'armée), et tente de mettre un terme à l'importante réforme ».

Bibi, dégage !

La réaction des opposants à la réforme judiciaire au limogeage du ministre de la défense ne s’est pas fait attendre. Ils étaient 600.000 à 700.000, selon la 12ème chaîne de télévision israélienne, à battre le pavé à Tel-Aviv et dans d’autres villes israéliennes au cri de « Bibi, dégage ! ».

Les scènes de violents affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre et celles de pillage de magasins, diffusées par les médias et réseaux sociaux à travers le monde, donnent une terrible image de chaos.

La société israélienne, largement radicalisée, n’est plus divisée entre laïques et religieux. Au sein même du courant de la droite sioniste s’affrontent les tenants du pouvoir des élus contre celui des magistrats.

Dissension dans les rangs

Asaf Zamir, consul général d'Israël à New York, qui a estimé, sur Twitter, que le limogeage du ministre de la défense était une « dangereuse décision », a présenté sa démission. Le diplomate israélien a déclaré qu’il ne « pouvait plus continuer de représenter ce gouvernement ».

« Le Premier ministre d'Israël est une menace pour la sécurité d'Israël » est allé jusqu’à affirmer Yair Lapid, le chef de l'opposition, pour qui, « Netanyahu peut renvoyer Gallant, mais il ne peut pas renvoyer la réalité et ne peut pas renvoyer le peuple d'Israël qui s'oppose à la folie de la coalition ».

Le syndicat israélien « Histadrout » et un certain nombre d’universités ont lancé un appel à une grève générale à partir du 27 mars.

Gênés par la dérive autoritaire du régime sioniste, les Etats-Unis se sont déclarés « profondément préoccupés » par la situation en Israël.

Adrienne Watson, porte-parole du conseil de sécurité nationale de la Maison blanche, a soutenu, dans un communiqué, que « les valeurs démocratiques ont toujours été, et doivent rester, une caractéristique des relations entre les États-Unis et Israël ».

La déception d’Abraham

Privée par l’Arabie saoudite du soutien arabe sunnite pour son dessein de conflit armé contre l’Iran, après la réconciliation entre Ryad et Téhéran sous la houlette de Pékin, n’ayant plus les moyens militaires de mener des guerres rapides, faciles et victorieuses contre ses voisins, Israël semble désormais se noyer dans ses propres contradictions internes.

Dans un tel contexte, de hauts responsables de l’appareil sécuritaire israélien, parmi lesquels Herzi Halevi, le chef d'état-major des armées, se posent des questions sur la viabilité des accords dits d’Abraham.

Quel dirigeant arabe aurait envie de s’afficher avec Bibi Netanyahou, dont le ministre des finances, Betsalel Smotrich, a déclaré, le 19 mars à Paris, qu’il n’existait pas de peuple palestinien. Derrière ce sioniste religieux de la pire espèce, était placardée une carte d’Israël intégrant le territoire du royaume de Jordanie…

Gouvernée par une coalition d’extrême droite d’un radicalisme frisant la caricature, elle-même dirigée par un Benjamin Netanyahou, grand corrompu devant l’Eternel, Israël n’a plus besoin des factions armées palestiniennes pour lui causer du tort. Elle s’autodétruit très bien toute seule.





Ahmed Naji
Journaliste par passion, donner du relief à l'information est mon chemin de croix. En savoir plus sur cet auteur
Lundi 27 Mars 2023

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Juin 2023 - 09:00 De l’économie bleue

Lifestyle | Les Chroniques Radio | Breaking news | Room | Quartier libre | L'ODJ Podcasts | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | Éducation | Musiczone | L'ODJ Média | L'ODJ i-Magazine | Stories | Chroniques Vidéo



Magazine créé avec Madmagz.

/center>





























Le bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail Web   , Application Mobile   , Magazine connecté   , e-Kiosque PDF  , Régies Arrissala

Menu collant à droite de la page