Journée Mondiale des Toilettes

Le droit de miction, c’est sérieux




Écouter le podcast en entier :


Par Jamal HAJJAM

Le 19 novembre de chaque année, c’est la Journée Mondiale des Toilettes. L’occasion de revenir sur la question des toilettes publiques qui peinent à faire partie intégrante des structures urbaines dans notre pays. A part quelques très rares structures, résidu de l’époque coloniale, infréquentables par ailleurs lorsqu’elles ne sont pas carrément inopérantes, les toilettes publiques, de quelque forme que ce soit (toilettes, sanisettes ou autres latrines) n’ont pas droit de cité dans la majorité de nos villes et villages.

C’est un constat peu valorisant pour un pays qui a opté pour la modernité et qui s’érige en champion de mise à niveau urbaine.

Les toilettes publiques ne sont pas un luxe, mais un service que les communes et les gestionnaires locaux doivent à la population. Il s’agit d’un droit, celui de se soulager, qui peut égaler dans certaines situations celui de respirer, notamment lorsque la personne prise du besoin d’"aller au petit coin" souffre d’une pathologie contraignante. Les toilettes publiques, c’est donc la santé, l’hygiène, l’environnement, le tourisme et le reflet d’une société civilisée.

Il semblerait que 25% de la population au Maroc se soulage à l’air libre. C’est énorme. Ce chiffre englobe bien-sûr les SDF, les locataires des bidonvilles, mais aussi les promeneurs souffrants ou qui n’ont souvent pas d’autre choix que de maculer les murs.

L’absence de ce service, hélas objet d’indifférence et considéré à tort comme problème annexe ou marginal alors que c’est un sujet absolument capital, dénote une défaillance injustifiée. Si des progrès notables sont relevés ces dernières années, notamment en matière d’aménagement urbain, le sujet n’en constitue pas moins un point noir qui trahit un déficit criard en matière d’équipements urbains.

Un déficit qui impacte indifféremment les hommes et les femmes, les jeunes et les vieux, les riches et les pauvres, les touristes et les locaux, les handicapés physiques et les sains de corps, ceux qui ont un logement et ceux qui n’en disposent pas.

Que la réalisation de toilettes publiques soit systématiquement inscrite dans les programmes des communes aussi bien urbaines que rurales. Que les gestionnaires communaux en fassent une priorité, autrement, tout le discours mettant en avant la politique de proximité tombe à l’eau.

Jamal HAJJAM

Les messages clés de la Journée mondiale des toilettes 2022

  1. Un système d’assainissement sûr protège les eaux souterraines. Des toilettes situées à un endroit approprié et reliées à des systèmes d’assainissement gérés en toute sécurité qui collectent, traitent et éliminent les déchets humains, contribuent à éviter que ces derniers ne se déversent dans les eaux souterraines.
  2. Les systèmes d'assainissement doivent résister aux changements climatiques. Les toilettes et les systèmes d’assainissement doivent être construits ou adaptés de manière à pouvoir résister à des phénomènes météorologiques extrêmes, afin de garantir leur fonctionnement en continu et la protection des eaux souterraines.
  3. Il est urgent d'agir dans le domaine de l'assainissement. Nous sommes encore très loin de pouvoir garantir un accès pour tous à des toilettes d’ici à 2030. Alors qu’il ne reste que huit ans, les pays du monde entier vont devoir quadrupler leurs efforts pour tenir leurs engagements.





Lundi 21 Novembre 2022

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 30 Novembre 2022 - 09:11 La gastronomie, « soft power » du Maroc

Mercredi 30 Novembre 2022 - 03:38 Maroc - Canada : Rendez-vous avec l'Histoire Inchallah

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



<

Magazine créé avec Madmagz.