Menu

L’AEI traite des préalables au basculement vers " le tout numérique "

Activer le Gateway et apprendre aux jeunes les nouveaux métiers de l’industrie 4.0


Dans le cadre de son cycle de webinaires thématiques, l'Alliance des Économistes Istiqlaliens (AEI) traite de "L’E-Gov au service du citoyen et des TPME, quels pré requis et objectifs ?". Une occasion pour ce think tank qui, partant du fait que la crise actuelle due au Covid 19 a permis de prendre conscience de l’urgence de la transformation digitale et de la capacité de notre pays à la réussir, joue pleinement son rôle de force de proposition et appelle à une consolidation harmonieuse de ce processus dans le cadre d’une stratégie volontariste cadrant avec le futur modèle de développement.



Une opportunité à saisir

Les membres de l'AEI affirment suivre avec un grand intérêt le mouvement inédit de transformation digitale que connaît le Maroc depuis la survenue de la Covid-19, à la faveur d’une crise brutale et sans précédent. 

Partant du constat que "la crise liée au coronavirus a montré la grande capacité du numérique à apporter des solutions pragmatique et rapides qui répondent aux besoins du citoyen, et la grande capacité du citoyen à s’adapter au numérique ", ils estiment aussi, à travers l’AEI, que "le moment est propice pour mettre en ligne davantage de services administratifs, car l’effort de vulgarisation et d’éducation du citoyen est minimal, vu la conjoncture actuelle ". 

Des préalables à prendre en compte

Aussi, gardent-ils à l’esprit que de nombreux défis restent à relever et moult pré requis à réunir pour que le Maroc rejoigne le cercle des " nations digitales "  et que sa jeunesse s’approprie les nouveaux métiers 4.0.

D’aucuns, n’ignorent que, dans un contexte tel que le nôtre, basculer vers " le tout numérique " ne peut être réduit à un simple jeu de circonstance , mais doit, plutôt, émaner d’une vision claire, volontariste et assorties d’actions synchronisées et mûrement réfléchies. Que ce soit en termes d’infrastructure et de préparation de la ressource humaine ou en termes d’adaptation du cadre législatif, institutionnel et réglementaire.

Vivement « zéro papier, zéro déplacement »

Et c’est, justement, sur ce genre de préalables que se sont essentiellement, penchés les intervenants qui avaient pris part à ce wabiniaire dont la thématique rappelle, en ces temps de pandémie, de reconfinement, de restrictions, de distanciation, de télétravail, d’ enseignement à distance…, si besoin est, la nécessité d’une logique de promotion de " zéro papier, zéro déplacement ".

D’ailleurs, comme le rappelle à juste titre l’AEI, Sa Majesté le Roi n’a pas cessé de rappeler la nécessité de la mise en place d’une administration à la hauteur des attentes du citoyen à travers, entre autres, l’introduction des technologies de l'information et la digitalisation des démarches et procédures administratives. 

Des stratégies en mal de cohérence

Certes, le Maroc brille par moult plans et stratégies qu’il a développés en la matière depuis le Gouvernement d’alternance jusqu’ l’actuelle Agence de Développement du Digital en passant par le plan " Maroc Numeric 2013 " et la Stratégie Maroc Digital 2020.
Certes, des avancées remarquables en matière des services en ligne ont été réalisées dans certains domaines tels que la douane, les impôts et la conservation foncière.

Toutefois, cette administration électronique et/ou transformation numérique fait l’objet de certaines critiques dans la mesure où il lui est reproché de ne s’inscrire dans aucune démarche cohérente de continuité et d’être particulièrement  focalisée sur les services en ligne qui rapportent de l’argent et non sur la mise en oeuvre de services publics orientés usagers ou rapprochant l’administration du citoyen. 

Nettes régressions en termes de classement

Et c’est, sans nul doute, ce qui explique le faible avancement des projets e-gov et la non-réalisation de certains projets qualifiés de structurants tels que l’identifiant unique des citoyens, l’identifiant unique des entreprises ou le projet Gateway visant à permettre à l’usager,qu’il soit citoyen ou entreprise, de s’adresser uniquement à l’administration responsable du service demandé, charge à elle de demander aux autres administrations concernées les informations nécessaires à l’accomplissement de ce service. 

Et c’est ce qui explique aussi, le fait que le Maroc connaisse de nettes régressions en termes de classement mondial pour tout ce qui est indices des services en ligne et de e-gouvernement.

Les synonymes de transformation digitale

Et c’est, d’ailleurs, ce qui fait aussi que les intervenants à ce webinaire ont été unanimes à considérer que la transformation digitale a pour synonyme : promulgation d’une législation favorable au développement des TPME et des start-ups, dématérialisation des documents & échange électronique des données juridiques, vente à distance, lutte contre la corruption & les lourdeurs bureaucratiques, réduction des coûts, création de nouveaux relais de croissance, amélioration de la compétitivité…

Effet juridique de la signature électronique

Ces mêmes intervenants ont été aussi unanimes à saluer l’adoption récente par la Chambre des représentants du projet de loi n°43.20 relatif aux services de confiance pour les transactions électroniques dont l’objectif est de mettre en place un nouveau cadre juridique à même de clarifier l'effet juridique de la signature électronique et de répondre aux besoins des acteurs économiques, publics, privés, administrations publiques et citoyens, à travers l'organisation des signatures électroniques, du cachet électronique, de l'horodatage électronique, des services de transmission électronique sécurisée.
Noureddine BATIJE
 

Voir ou revoir le Webinaire :

Par le lien Facebook live : https://web.facebook.com/PartiIstiqlalPageOfficiel/videos/670597323580593


Lire aussi : Pour un Boraq technologique et digital au service du citoyen On peut le faire et on doit le faire

Les participants au Webinaire :

- Mme Saloua Karkri Ep Belkeziz,
Présidente Afrique INETUM, ex-Présidente de l’APEBI

- M. Akram Benmbarek,
Innovation & Growth Executive, VP of BD & Strategic Initiatives at AEye | Lidar, Mobility, Autonomy, Ai, All digital| Tech investor.

- M. Fouad Zaidi,
DG Barid Media

- M. Samir Benmakhlouf,
Expert en transformation digitale, founder and CEO London Academy Casablanca, Ex Country General Manager and last mile connectivity Microsoft

- M. Mohammed Chakib Rifi,
Architecte  de plateformes digitales, Ex-Président de l’APEBI

- M. Larbi Alaoui Belrhiti,
CEO Jumia Morocco, Président Le Maroc Digital

- M. Amine Al Hazzaz,
Founder & CEO at HSEVEN

 






Noureddine Batije
Noureddine BATIJE est un journaliste spécialiste en investigation journalistique et traitement de... En savoir plus sur cet auteur
Mercredi 23 Décembre 2020

Dans la même rubrique :
< >



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site