L'ODJ Média




L'Europe face au décrochage économique : une analyse critique


De 2010 à 2023, les États-Unis ont connu une croissance cumulative de leur PIB de 34 %, surpassant largement l'Union européenne qui a affiché une augmentation de seulement 21 %, et la zone euro avec 18 %. Cette divergence de croissance n'est pas due aux variations des taux de change mais plutôt à un différentiel majeur dans les gains de productivité. Aux États-Unis, la productivité du travail a progressé de 22 %, contre un maigre 5 % dans la zone euro. Cette tendance souligne un décrochage économique préoccupant pour l'Europe depuis le début des années 2010.



A lire ou à écouter en podcast :


Par Adnane Benchakroun

L'Europe n'a pas réussi à suivre le rythme de croissance des États-Unis, et ce, malgré une évolution démographique similaire. En réalité, le principal facteur de ce décalage réside dans la productivité. En 2023, alors que la productivité américaine augmentait de 1,7 %, celle de la zone euro reculait de 0,6 %. Plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer cette divergence.

Certaines voix attribuent ce déclin européen aux difficultés d’embauche croissantes depuis 2017, incitant les entreprises à conserver des effectifs excessifs malgré une stagnation de la productivité. Cependant, cette explication paraît insuffisante, les États-Unis ayant également rencontré des problèmes d’embauche sans pour autant voir leur productivité stagner.

D'autres expliquent ce phénomène par une augmentation de l'emploi des personnes moins qualifiées, supposant que cela aurait abaissé le niveau moyen de qualification de la main-d'œuvre. Cette thèse est toutefois contestable, car l'augmentation de l'emploi en Europe s'est faite de manière assez uniforme à travers tous les niveaux de qualification.

Les causes réelles de cette stagnation de la productivité en Europe semblent plus directement liées à deux facteurs majeurs : l'insuffisance des investissements en nouvelles technologies et le faible niveau des dépenses en recherche et développement (R&D). Comparativement aux pays de l'OCDE, l'Europe est en retard sur ces deux aspects cruciaux pour la productivité. Une analyse économétrique révèle qu'une augmentation d'un point du taux d'investissement en nouvelles technologies se traduit par une hausse de 0,8 point des gains de productivité annuels. De même, une hausse d'un point du PIB consacré à la R&D se traduit par une augmentation de 0,9 point des gains de productivité annuels.

En 2022, les investissements en nouvelles technologies représentaient 5 % du PIB aux États-Unis contre seulement 2,8 % dans la zone euro. Les dépenses en R&D étaient de 3,5 % du PIB aux États-Unis, contre 2,3 % dans la zone euro. Depuis 2016-2017, les États-Unis ont intensifié leurs efforts en matière d'investissement et de R&D, accentuant leur avance en productivité par rapport à l'Europe. Ce retard technologique et en R&D est un facteur déterminant du décrochage européen.

Face à cette situation, que peut faire l'Europe pour rattraper les États-Unis en termes de productivité et de croissance ? La première étape consiste à réorienter les investissements des entreprises européennes. Bien que le taux d'investissement soit similaire entre les deux régions (13,5 % du PIB au début de 2024), la part consacrée à la technologie est significativement plus élevée aux États-Unis (5 % du PIB contre 2,8 % dans la zone euro). Il est donc crucial d'augmenter la qualité et la sophistication des investissements en technologie en Europe.

Ensuite, il est impératif d'accroître les dépenses en R&D et les budgets des universités européennes. Aux États-Unis, les moyens alloués à la recherche universitaire et en entreprise sont beaucoup plus importants, ce qui constitue un levier significatif pour les gains de productivité. En Europe, des efforts soutenus dans ce domaine pourraient inverser la tendance actuelle.

Il est à craindre que l'Europe entre dans un cercle vicieux où la faiblesse des investissements en technologies et en R&D conduise à une faible productivité, impactant négativement son attractivité pour les investisseurs étrangers. À terme, cela pourrait réduire les recettes fiscales et la capacité des États européens à soutenir l'innovation et à renforcer leur compétitivité.

L'Europe doit donc agir rapidement et vigoureusement pour combler ce fossé technologique et de productivité. Un engagement renouvelé en faveur de l'innovation, de la recherche et des nouvelles technologies est indispensable pour assurer une croissance économique durable et éviter le déclin économique face aux États-Unis.

Implications pour le Maroc

Pour le Maroc, la situation économique européenne est particulièrement importante. L'Europe étant le principal partenaire commercial du Maroc, tout ralentissement ou décrochage économique en Europe a des répercussions directes sur l'économie marocaine. Une productivité stagnante en Europe peut affecter les exportations marocaines, la demande de produits marocains et même les investissements européens au Maroc.

Une Europe qui investit davantage en technologie et en R&D peut non seulement renforcer sa propre productivité mais aussi stimuler le commerce et les investissements avec le Maroc. 



Vendredi 14 Juin 2024

Experts invités | Coup de cœur | Quartier libre | Replay vidéo & podcast outdoor | Chronique : À charge et à décharge



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 



















Revue de presse