L’IRES s’interroge sur le monde post-covid : de l’Etat providence à l’Etat du « care »


Le dernier rapport stratégique de l’IRES (Institut Royal d’Etudes Stratégique) pour 2021 vient d’être publié. Pandémie oblige, il porte sur le monde post-covid avec un large focus sur le Maroc et l’Afrique. C’est un document de référence à plus d’un titre. Il s’inscrit dans le prolongement de la réflexion que ce think-thank mène depuis sa création en 2007 avec une grande ouverture intellectuelle sur les divers apports scientifiques et leur intégration créative dans une approche stratégique et une démarche anticipative.



Par Abdeslam Seddiki

C’est cette méthodologie qui a prévalu dans l’élaboration du présent rapport. Ce dernier bien qu’il soit volumineux (plus de 350 pages), est facile à lire vu la manière didactique avec laquelle il a été conçu : des illustrations, des figures, des aperçus  à retenir pour chaque chapitre…  Tout cela rend la lecture du rapport aisée et fluide. Le lecteur qui aura du mal à comprendre le sens d’un certain nombre de notions et de  concepts  pourrait se référer à un lexique explicatif  publié à la fin du document.

La formule interrogative du titre du rapport n’est pas fortuite. Elle s’explique dans la mesure où l’on est encore au stade de la réflexion sur le nouveau monde et dont les premiers  traits commencent à peine à apparaitre.  Une chose est cependant certaine : la profondeur  de la crise que connait le monde actuel et  que le rapport a qualifié, à juste titre, de crise systémique. Celle-ci  ne peut pas seulement être attribuée à la pandémie et aux mesures sanitaires qu’il a fallu prendre. « Il s’agit plutôt de la manifestation d’un monde qui peine à sortir d’un ordre ancien et désormais inadapté pour affronter la nécessaire transformation que lui impose l’évolution. »

Cette crise systémique que vit le monde  a ouvert  des attentes  et donné lieu à beaucoup d’espoir sur le monde d’après. Le  rapport de l’IRES l’exprime dans un passage fort :

« Cette fois, ce ne sont pas seulement des réformes économiques qui sont espérées, mais une refonte générale, structurelle, de la civilisation occidentale qui s’est imposée au monde entier. Il est question ici d’en finir avec l’Anthropocène, de respecter la Nature, de réduire, voire abolir, les inégalités quelles que soient leurs formes, de respecter la dignité et la liberté de chaque être humain. Il est question de démocratie, de vivre ensemble, de bien-être, de paix.  Bref, en un mot : il s’agit tout simplement de changer de monde. »

 Quel projet ambitieux !!

La pandémie semble, aujourd’hui, avoir permis d’atteindre une masse critique, regroupant à la fois les mécontents de la situation actuelle, les initiateurs de changements concrets (changemakers) et des penseurs suffisamment imaginatifs pour envisager de nouvelles alternatives globales et contribuer au changement de paradigme. Il ne reste plus qu’à convaincre les décideurs de la nécessité et de l’urgence de tels remaniements en profondeur.

Mais qui dit changement, ne dit pas forcément un changement vers le mieux. Il y a le risque que ça dérape vers le pire. Le rapport envisage deux scénarios fortement contrastés : « l’effondrement des sociétés humaines qui constitue  une possibilité à laquelle les travaux de nombreux penseurs ont préparé les esprits (la collapsologie et le survivalisme) ; la construction d’un monde meilleur, sur des bases entièrement nouvelles en  partant   de la nécessité de tout repenser ». Bien sûr, on ne peut que s’inscrire dans ce dernier scénario comme le fait  le rapport en  se référant à Edgar Morin pour  lequel “La crise épidémique, doit nous apprendre à mieux comprendre la science, à vivre avec l’incertitude et à retrouver une forme d’humanisme”.

 D’ores et déjà, les  germes d’un nouveau changement de paradigme apparaissent. L’intérêt  croissant porté au bien-être de l’être humain, aux relations avec le vivant et, plus globalement, à la préservation de la Nature ainsi que la remise en cause des conditions de la croissance en sont les principales caractéristiques. Plusieurs plans de relance adoptés dans le monde en portent la marque. Ils pourraient contribuer à façonner un monde de demain plus apaisé.

Ce Monde de demain sera marqué par  le retour spectaculaire de l’Etat  partout à travers le monde.    Cependant, c’est sur la scène nationale que l’Etat doit d’abord reconquérir sa crédibilité. Car injecter des financements et élaborer des plans de relance  ne sont plus suffisants. L’Etat est en effet attendu sur trois fronts, en dépit des bouleversements macroéconomiques : l’amélioration des politiques sanitaires ;  la capacité à anticiper les risques à venir et à mettre en place des politiques de prévention ; une transformation de l’action publique à la hauteur des enjeux posés par cette crise systémique, plus particulièrement une action efficace envers les populations en souffrance.

C’est pourquoi l’Etat d’une manière générale, quel que soit le pays concerné, ne peut plus se contenter d’une réforme de façade : le changement doit avoir lieu en profondeur et de manière radicale et être conforme à la nouvelle vision du monde qui émerge, caractérisée par : i)une nouvelle approche de la souveraineté nationale qui, outre la recherche d’une autonomie stratégique en matière d’alimentation, de santé, d’énergie… pourrait conduire à la reconfiguration des chaînes de valeur mondiales au profit de chaînes de valeur régionales ; ii) un nouveau modèle de développement, plus durable, plus respectueux de la Nature et centré sur l’Humain ; iii) de nouveaux modes de gouvernance fondés sur une conception renouvelée de l’entité “Etat”.

Pour l’IRES,  le temps est venu de construire une nouvelle composante de cette stratification : un Etat puissant, éclairé, sujet de droit et, désormais, un Etat du Care. 

L’Etat du Care, une forme plus mature de l’Etat-Providence, se distingue de celui-ci par son engagement moral et son mode d’action. Il ne se substitue pas à l’individu, mais l’accompagne, ne l’assiste pas, mais lui facilite les choses, ne l’asservit pas, mais le sert. C’est un Etat puissant, mais juste, rigoureux et transparent.

L’Etat du Care n’exprime pas seulement une vision, mais incarne une personnalité : celle d’un Etat digne qui se soucie de sa population et la protège, un Etat honnête qui respecte ses engagements et les principes de justice et d’équité, un Etat éthique qui satisfait aux exigences du respect des droits fondamentaux des êtres humains et du vivant.

Ce sont là quelques idées force  d’un rapport riche et stimulant à la réflexion. Il mérite d’être lu attentivement par tous ceux et celles qui sont intéressés par l’édification d’un Maroc prospère  et démocratique dans un monde plus juste et plus solidaire.

Par Abdeslam Seddiki



Mardi 2 Novembre 2021

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.