L'ODJ Média



L’économie bleue : pilier d’un nouveau modèle de développement du Maroc

Rapport du Conseil Economique, Social et Environnemental


Rédigé par La Rédaction le Dimanche 11 Février 2024

Ces dernières années, la communauté internationale a pris conscience de l’important relais de croissance offert par l’économie bleue. En effet, nos modes de production et de consommation, jusque-là peu durables, ont conduit à une surexploitation, voire un épuisement, des ressources terrestres, ce qui a poussé les Etats côtiers à se tourner vers les ressources marines qui offrent un grand potentiel de richesses pouvant stimuler la croissance économique, la prospérité sociale tout en assurant la protection de l’environnement.



L’économie bleue apparait alors comme une nouvelle opportunité qui s’inscrit parfaitement dans cet esprit de durabilité et de résilience prôné par l’Agenda des Nations Unies pour le Développement Durable. L’économie bleue contribue ainsi à l’atteinte des objectifs de l’Agenda 2030 et notamment de l’ODD14 :

« Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable ».

A l’échelle africaine, l’Union Africaine a clairement inscrit cette ambition dans sa vision de l’Agenda 2063 « l’Afrique que nous voulons » et qualifie l’économie bleue de « Nouvelle frontière de la renaissance africaine (…) l’économie bleue de l’Afrique sera un contributeur majeur à la transformation continentale et de la croissance, en permettant les progrès des connaissances sur la biotechnologie marine et aquatique, la croissance d’une industrie maritime à l’échelle de l’Afrique, le développement du transport maritime, fluvial et lacustre ainsi que de la pêche; et l’exploitation et la valorisation des minerais qui ne sont pas encore exploités ainsi que d’autres ressources (…)

L’économie bleue peut jouer un rôle essentiel dans la transformation structurelle de l’Afrique, la croissance économique durable et le développement social (…) ».

C’est dans cette perspective que s’est tenu le premier forum sur l’économie bleue en Afrique (FEBA) le 17 juin 2018 qui a conclu sur la nécessité pour le continent africain de travailler de concert aux niveaux régional et national afin d’assurer une gouvernance maritime durable qui profitera à l’ensemble du continent. Cette ambition a aussi été mise en exergue lors de la récente conférence mondiale sur l’Economie Bleue qui s’est déroulée du 26 au 28 novembre 2018 à Nairobi au Kenya.

Près de 15 000 participants venus du monde entier, inspirés par l’opportunité unique de créer davantage de prospérité pour tous, tout en préservant les ressources en eau pour les générations présentes et futures, ont mené des discussions stratégiques pour la mise en valeur et la préservation des ressources d’une économie bleue durable et pour accroître les efforts visant à éliminer la pauvreté et améliorer la santé nutritionnelle.

Grâce à une détermination collective et des efforts aux niveaux local, national et international, la communauté mondiale peut intensifier ainsi ses investissements et exploiter pleinement le potentiel des océans afin d’accélérer la croissance économique, générer des emplois et lutter contre la pauvreté. 

Engagé dans cette dynamique, le Maroc se positionne comme un acteur investi dans les agendas mondiaux et régionaux, qui pourrait apporter sa contribution au développement de cette économie bleue durable et inclusive. Avec ses deux façades maritimes méditerranéenne et atlantique, ses 3500 km de littoral et ses 1.2 millions de km² de zone économique maritime exclusive, sa richesse halieutique convoitée et ses ressources énergétiques, fossiles et renouvelables, au potentiel encore sous-exploité, le Maroc jouit d’un capital maritime important.

Grâce à sa position géostratégique à la croisée des civilisations et des chemins maritimes (Afrique, Europe et région MENA), le Maroc a été un lieu de transit incontournable pour les flux de marchandises échangées. Le Maroc s’est donc tout naturellement construit autour de ses ports, ses comptoirs et a développé une expertise et un savoir-faire dans les différents métiers liés à la mer.

Certaines activités, comme la pêche, le tourisme, le transport maritime et la logistique portuaire occupent une place historique prédominante dans l’économie du Maroc et bénéficient chacune de stratégies sectorielles bien définies. D’autres activités nouvelles, comme l’exploration offshore ou les biotechnologies marines, sont encore peu développées bien qu’elles présentent un potentiel certain.

L’ambition d’une stratégie d’économie bleue réside dans la mise en cohérence, la complémentarité et la coordination entre toutes ces activités qui s’exercent sur un même territoire fragile et menacé.

Aujourd’hui, cette économie bleue marocaine doit être conçue autour d’une vision écosystémique. La préservation de la santé des océans et de la biodiversité marine en est un axe essentiel, sans occulter le potentiel d’atténuation et d’adaptation au changement climatique. Elle doit contribuer à la réduction des inégalités territoriales et sociales tout en assurant un meilleur partage des richesses.

Une économie bleue fondée sur une exploitation durable et socialement inclusive des ressources et du potentiel de la mer et de ses services écosystémiques. Une économie bleue performante économiquement, socialement inclusive et respectueuse de l’environnement, pouvant constituer l’un des piliers d’un nouveau modèle de développement du Maroc de demain.

Pour être effective, cette vision doit se décliner à tous les niveaux, acteurs, dimensions et échelles territoriales, dans une stratégie globale et intégrée.

Le but du présent rapport du CESE est de présenter une réflexion stratégique sur le capital maritime marocain et d’en analyser les atouts, les contraintes, les opportunités et les menaces actuelles, avant de proposer des lignes directrices et des recommandations opérationnelles pour la mise en place d’une Stratégie Nationale de l’Economie Bleue (SNEB).

Pour parvenir à cristalliser cette vision d’une nouvelle économie bleue marocaine durable et inclusive dans des axes stratégiques concrets, le CESE s’est livré à une analyse approfondie et croisée de l’espace marin marocain et de l’ensemble de ses activités sectorielles associées. Il a pour cela, adopté une approche participative, en auditionnant et recueillant les avis et perspectives de l’ensemble des parties prenantes intervenantes sur le territoire maritime et littoral du Royaume.

Après avoir identifié les moteurs de la croissance bleue, le présent rapport souligne aussi les pressions et les contraintes subies  par ce territoire, pour aboutir à la fin à des recommandations adaptées aux spécificités économiques, sociales, environnementales et culturelles du Maroc.

De plus, l’étude du CESE a consisté en une analyse du contexte de l’économie bleue au niveau international, africain et méditerranéen pour saisir la pleine mesure du contenu du concept d’économie bleue et les différentes opportunités qu’il représente pour les pays émergents à travers le monde, ainsi que l’insertion du Maroc dans cette dynamique continentale et internationale.

Le pari d’un nouveau modèle d’une économie bleue marocaine résiliente convoque aujourd’hui la restructuration, certes à des degrés variés, des secteurs maritimes dans le but d’une triple performance économique, sociale et environnementale. Ces activités doivent migrer vers davantage de durabilité, d’inclusion, de respect de l’environnement et des écosystèmes.

Ainsi, une analyse de la chaine de valeur de l’ensemble des secteurs, associés à la mer et au littoral, a été faite pour identifier les modèles permettant de capter la valeur locale de manière plus optimale. De plus, le CESE a évalué les activités non marchandes, supports fondamentaux des activités économiques de la mer.

En effet, le développement de l’expertise, l’innovation, la connaissance des milieux marins et la recherche scientifique, l’éducation, l’observation et la surveillance sont des conditions préalables pour assurer le déploiement et la viabilité des secteurs maritimes compétitifs et résilients, sur la base d’une approche écosystémique.

Dans le présent rapport, le CESE accorde un intérêt particulier au volet de la gouvernance qu’il considère comme un point central de l’économie bleue. En effet, la collaboration et la coordination de l’ensemble des parties prenantes et acteurs de la mer constitue le socle de l’économie bleue. La gouvernance s’avère indispensable pour parvenir à l’objectif de préservation de l’espace marin, de sa valorisation et de son exploitation durable et inclusive.

Le rapport expose également, la réflexion menée sur le contenu et les modalités de mise en œuvre d’une planification spatiale maritime, s’appuyant sur les territoires et ses régions, afin de mieux gérer la planification et l’aménagement de l’espace maritime au niveau des régions côtières. La transition vers une économie bleue nécessite, en effet, un leadership au plus haut niveau à même d’assurer la coordination et l’arbitrage entre les différents acteurs concernés.

Ce leadership permettra également de contribuer à la mise en œuvre des engagements du Maroc au titre des conventions internationales ratifiées. Enfin, le présent rapport apporte des recommandations opérationnelles de mise en œuvre pour accompagner chaque décideur dans l’implémentation de cette stratégie.

Ainsi, la stratégie de l’économie bleue présente une grande opportunité pour le développement des secteurs existants et de nouveaux secteurs au Maroc, tout en assurant une vraie inclusion sociale, la formation et l’accompagnement, le développement local durable et l’attractivité des investissements. L’océan devient ainsi la nouvelle frontière économique, ce qui permet d’ouvrir des ambitions globales pour le Maroc en connexion avec toutes les régions qui l’entourent

Télécharger le rapport complet du CESE

rapport_as38_vf_2.pdf Rapport-AS38-VF-2.pdf  (2.91 Mo)





Dimanche 11 Février 2024

Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | Quartier libre | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.





























Le bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail Web   , Application Mobile   , Magazine connecté   , e-Kiosque PDF  , Régies Arrissala
Menu collant à droite de la page