L'ODJ Média




L'égalitarisme n'est que la lutte permanente contre les inégalités

Par Adnane Benchakroun


Même si l'égalité absolue n'existera jamais, la correction des inégalités restera le seul programme politique humaniste réel. J'y crois encore et encore.



A lire ou à écouter en podcast :


Un engagement réformiste et l'humanisme Marocain comme boussole

À la veille du 18ème congrès du parti de l'Istiqlal, un moment crucial pour redéfinir les engagements et les ambitions, il est essentiel de réaffirmer notre croyance dans une cause impérative : la lutte contre les inégalités. La réalité brute de la vie est telle que nous naissions et mourrons inégaux. Cette assertion, bien que résignée, ne saurait justifier l'immobilisme politique ou social.

Les inégalités, sous toutes leurs formes, restent le combat majeur de notre temps. Elles s'étendent de l'économie à la culture, du monde urbain au milieu rural, touchant chaque aspect de l'existence humaine. Lutter pour une égalité des chances et pour la mobilité sociale, c'est croire en la possibilité d'un monde plus juste où chaque individu a la possibilité de se réaliser pleinement, indépendamment des circonstances de sa naissance.

Dans le contexte politique actuel, notre approche, au parti de l'Istiqlal, doit rester résolument réformiste.

Travailler de l'intérieur du système n'implique pas de compromission avec les injustices, mais une volonté de les corriger systématiquement. Cela signifie la mise en place de politiques favorisant une économie de marché régulée, où la libre concurrence est équilibrée par une lutte ferme contre les rentes injustifiées.

Le développement régional équilibré, un contrat social juste entre l'entreprise et le salarié, et un impôt juste et équitable ne sont que quelques exemples de mesures essentielles pour réduire les disparités criantes. La justice équitable, un droit au travail décent, et un accès égal à l'éducation, à la santé, et à l'information sont des piliers sur lesquels nous devons continuer à bâtir.
La dimension sociétale du projet

Ce n'est pas seulement une question d'économie ou de politique, mais aussi une question de tissu social. Les inégalités de genre, les obstacles rencontrés par les personnes handicapées, et les défis spécifiques des seniors sont autant de fronts sur lesquels notre combat doit s'intensifier. En outre, la promotion d'une gouvernance démocratique et participative est cruciale pour que chaque citoyen se sente impliqué et représenté dans le processus politique.

Nous devons également reconnaître et valoriser le rôle des petites et moyennes entreprises, des startups, qui sont souvent des moteurs d'innovation et d'emploi. Leur développement doit être soutenu par des politiques adaptées, favorisant un environnement entrepreneurial dynamique et inclusif.

Au cœur de notre démarche, l'humanisme guide chaque décision. Cela se traduit par une attention particulière portée aux plus vulnérables, à ceux que le progrès économique et technologique risque de laisser de côté. S'engager pour une croissance inclusive, c'est refuser que notre avancée se fasse au détriment de quiconque.

Le droit à une seconde chance est une notion fondamentale de notre vision politique. Elle symbolise notre croyance dans le potentiel humain, dans la capacité de chacun à surmonter ses erreurs et à contribuer positivement à la société.

Même si l'égalité absolue demeure une utopie, la réduction des inégalités reste le seul véritable programme humaniste qui vaille. À l'aube de ce congrès crucial, nous nous devons réaffirmer notre engagement pour un Maroc plus équitable, où chaque citoyen peut aspirer à une vie digne et épanouie.

C'est avec un esprit résolu et innovateur que nous poursuivrons notre combat, car, j'y crois encore et encore, c'est dans l'action réformiste que réside la clé d'un avenir prometteur pour tous.



Dimanche 21 Avril 2024

Experts invités | Coup de cœur | Quartier libre | Replay vidéo & podcast outdoor



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse









Menu collant à droite de la page