L'ODJ Média



L’évolution du secteur de l’aquaculture au Maroc


Rédigé par Rédaction le Samedi 4 Février 2023

​La directrice générale de l’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture (ANDA), Majida Maarouf, a accordé une interview à la MAP sur l’évolution du secteur de l’aquaculture au Maroc et les efforts à mettre en place pour permettre à l’aquaculture de jouer son rôle de levier pour une économie bleue inclusive.



1- Pouvez-vous nous dresser l’état des lieux du secteur de l’aquaculture au Maroc ?

L’aquaculture au Maroc connait une évolution et un véritable ancrage dans les régions à fort potentiel aquacole, contribuant à valoriser l’économie locale et nationale. Actuellement, le secteur aquacole national compte 60 projets installés dans les différentes régions du Royaume pour une production à terme de plus de 67.000 tonnes/an et 123 projets sont en cours d’installation pour une production cible annuelle d’environ 28.500 tonnes/an.

Au titre de l’année 2022, la production aquacole marine avoisine les 1.300 tonnes, dépassant la barre des 100 millions de dirhams (MDH) en valeur. Le secteur compte à ce jour 60 fermes aquacoles actives et emploie un peu plus de 600 personnes. Par rapport à 2021, l’activité a enregistré une croissance de 17% en termes de volume et plus de 50% en termes de valeur, portée principalement par la conchyliculture (+33% en volume et 73% en valeur).
 

Le secteur connait une dynamique croissante en termes d’investissement. Les 14 appels à manifestation d’intérêt lancés à ce jour ont mis en évidence un fort engouement pour l’investissement dans le secteur.
 

Outre les projets installés, l’ANDA accompagne, actuellement, 295 projets aquacoles en cours de développement d’une capacité de production cible avoisinant les 195.000 tonnes/an à terme. Portés par des opérateurs privés, ces projets prévoient des investissements estimés à plus de 6,8 milliards de dirhams et devraient à terme créer plus de 4.400 emplois directs permanents, et ce sur le seul segment élevage.
 

Ces projets sont diversifiés en termes de taille et de filières, distribués tout au long du littoral national. La part du lion revient à la région de Dakhla Oued-Eddahab, avec 76% de l’effectif des projets et 40% du volume prévisionnel. Suivi de la région Souss-Massa, avec 8% de l’effectif de projets pour 38% du volume prévisionnel. Si 74% du volume prévisionnel concerne les filières conchylicoles et de culture d’algues, la filière piscicole concentre 79% des investissements escomptés.
 

Sur le segment semence (production d’alevins et naissains), une première écloserie conchylicole est installée à Dakhla, d’une capacité de 60 millions de naissains de différentes espèces (huitres, palourdes). Aussi une écloserie piscicole est en cours de développement en partenariat public-privé avec un acteur privé spécialisé. L’investissement total du projet est estimé à 120 MDH pour une capacité globale de 20 millions d’alevins produits localement.


2 – La 6ème édition du Salon Halieutis qui se tient du 1er au 5 février met l’aquaculture à l’honneur en choisissant comme thématique “Pêche et Aquaculture durables : leviers pour une Économie Bleue inclusive et performante”. Quels sont, selon vous, les efforts à mettre en place pour permettre à l’aquaculture de jouer son rôle de levier pour une économie Bleue inclusive ?

L’aquaculture durable est un concept qui vise à développer les activités aquacoles de manière responsable en veillant à préserver les ressources marines, à minimiser les impacts négatifs sur l’environnement et à garantir la sécurité alimentaire.

Pour permettre à l’aquaculture de jouer son rôle de levier pour une économie bleue inclusive, plusieurs actions structurantes ont été mises en place :
 

    • Planification aquacole qui est une démarche adoptée par le Maroc pour développer d’une manière mesurée le secteur aquacole au niveau des régions à fort potentiel en tenant compte de la capacité de charge du milieu et d’un nombre d’indicateurs écologiques et environnementaux. L’objectif étant de veiller à ce que les activités aquacoles ne nuisent pas aux écosystèmes marins et que cette activité contribue pleinement dans la durabilité des ressources naturelles.

   • L’encadrement de l’activité pour que les pratiques d’élevage soient conduites dans le respect des normes et standards de qualité et de santé animale.

   • L’accompagnement du développement du secteur par des programmes de formation et de recherche et développement pour une meilleure efficacité et efficience du secteur.

   • L’inclusion sociale à travers l’intégration des jeunes diplômés, des femmes et des coopératives de marins pêcheurs dans des projets aquacoles à caractère social pour lesquels un accompagnement financier est également assuré.


C’est dans ce sillage que le Royaume du Maroc s’engage dans de grandes mutations préconisées par le Nouveau modèle de développement, qui érige le développement rationnel de l’aquaculture parmi les enjeux de diversification d’une économie bleue au Maroc.


3- Récemment, le projet de loi n° 84.21 relatif à l’aquaculture marine à été adopté en vue de doter le secteur d’un cadre juridique spécifique et moderne, et offrir une vision claire aux investisseurs dans ce secteur. Quelle est votre interprétation ?

L’adoption du projet de loi n° 84.21 relatif à l’aquaculture marine au Maroc est un pas important dans le renforcement du dispositif juridique régissant le secteur aquacole. Cette loi offre toute la visibilité juridique aux investisseurs sur leurs droits et obligations.

L’adoption de ce projet de loi représente un signal positif pour le secteur de l’aquaculture marine au Maroc et pour les investisseurs potentiels qui seront plus stimulés à s’engager dans ce secteur conforté par un cadre juridique moderne et encourageant.

Cette loi introduit un nombre de dispositions importantes de nature à permettre une meilleure gestion du secteur aquacole notamment à travers:
 

  • La réglementation de planification spatiale pour assurer une meilleure coordination entre les parties prenantes et garantir l’optimisation de l’utilisation des espaces marins et littoraux dans l’intérêt du développement économique des activités marines.

  • L’instauration du principe de mise à la concurrence des espaces délimités et définis dans le cadre des plans d’aménagement en vue de valoriser leur exploitation par des projets qui répondent à des critères techniques et socio-économiques, ce qui est de nature à instaurer un climat de confiance et de transparence dans la délivrance des autorisations d’exercice de l’aquaculture.

  • Le renforcement de la réglementation sur l’évaluation et la protection environnementale des projets aquacoles, permettant ainsi de garantir leur viabilité écologique et économique.

  • L’institution d’un organe consultatif en vue d’élargir la concertation avec tous les acteurs directement ou indirectement liés à l’activité aquacole.

  • L’introduction du principe d’encouragement du développement du secteur grâce par les mesures incitatives et d’appui de l’État sous toutes ses formes pour promouvoir la compétitivité du produit national

Avec MAP


L'aquaculture dans le monde

L'aquaculture est l'élevage de poissons, crustacés, mollusques et autres espèces aquatiques en captivité. C'est un secteur en pleine croissance dans le monde entier qui offre une source durable de protéines animales pour la consommation humaine.
 

Depuis les dernières décennies, la demande de produits de la mer a considérablement augmenté en raison de la croissance démographique et de l'amélioration des conditions économiques. Cependant, les ressources halieutiques sauvages sont surmenées et les stocks de poissons sont en danger, ce qui a incité les gouvernements à soutenir l'expansion de l'aquaculture.
 

L'aquaculture est pratiquée dans de nombreux pays à travers le monde, mais les plus grands producteurs sont la Chine, les États-Unis, le Brésil, l'Inde, l'Indonésie, l'Espagne, le Viet Nam et la Norvège. Les espèces les plus couramment élevées sont le saumon, les crevettes, les tilapias et les moules.
 

L'aquaculture est également considérée comme une opportunité économique importante pour les communautés côtières et les petits pêcheurs. Cependant, il est important de veiller à ce que les pratiques d'élevage soient durables et respectueuses de l'environnement, afin d'éviter les impacts négatifs sur les écosystèmes marins et les communautés locales.
 

En conclusion, l'aquaculture est un secteur clé pour satisfaire la demande croissante de produits de la mer et pour soutenir les communautés côtières. Il est important de poursuivre les efforts pour rendre les pratiques d'élevage durables et responsables, afin de garantir une source de protéines animales fiable pour les générations futures.






Samedi 4 Février 2023

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 28 Mai 2024 - 12:00 La CTM se lance dans le Transport Maritime

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages