Menu
lodj lodj
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
search





L'inflation gagne du terrain


Les produits alimentaires de première nécessité ont vu leurs prix augmenter depuis quelques mois. Certains produits (l’huile, entre autres) ont été revus à la hausse à la fin du mandat de l’ancien gouvernement d’El Othmani, et d’autres, de nos jours, après « l’installation » du gouvernement Akhannouch.



Tout passe : l’huile, la farine, le couscous, les féculents, le lait…, une marge de prix, en hausse de quelques dirhams à plus de 25 dh, et qui devient hors portée des petites bourses. Sans compter le carburant dont le prix à la pompe, du diesel et de l’essence, a flambé. Il faut dire que le gasoil frôle le prix de l’essence d’il y a quelques mois (presque 10 dhs). Cette hausse du carburant dépasse de loin les prix d’avant la crise sanitaire.

La confiance des citoyens envers ce nouveau gouvernement commence à se perdre, ternir  et diminuer de son acuité. Tout d’abord, avec l’obligation du pass sanitaire qui commence à gêner la libre-circulation et ensuite, avec ce rythme accéléré d’augmentations déraisonnées. Comme dit la citation : « La confiance se gagne en gouttes et se perd en litres ».

Et pourtant, les citoyens marocains qui en ont eu assez du PJD, faute à son manque d’intérêt pour les ressources humaines et pour, « la poche des citoyens », et face aux engagements non tenus, ont viré le cap et opté pour le changement voulu  radical, avec d’autres partis. Ils ne s’attendaient pas à ce que  ce nouveau gouvernement fasse de même ou pire, à peine 3 semaines après sa composition.

Où sont passés les promesses et le programme dont on nous a rabattu les oreilles ? Qu’en est-il du  nouveau modèle de développement qui devait focaliser sur le social et les ressources humaines ?

Devrait-on « ressentir » tout d’abord cette inflation avant d’espérer la concrétisation des promesses du chef de l’exécutif (pour que la balance reste au même point) ?

Si parmi ses engagements, il y a la réduction des disparités sociales et territoriales, ces augmentations, au contraire, ne feront que creuser le gap.

Soyez rassurés chers citoyens et citoyennes, à cette cadence, le revenu de dignité de 1000 dhs d’ici 2026 pour les personnes âgées, l’allocation de naissance au profit des familles nécessiteuses qui sera de 2.000 dirhams à la naissance du premier enfant, et de 1.000 dirhams à la naissance du deuxième,  ainsi que la généralisation des allocations familiales fixées à 300 dirhams par mois pour chaque enfant, se concrétiseront certes, mais, juste après le dépouillement et l’appauvrissement des citoyens, à travers ces hausses des prix.

C’est une « balance », donnant-donnant, qui bascule d’un côté à l’autre jusqu’à « gagner » son équilibre, sur le dos des citoyens.
On prend d’un côté pour redorer son blason de l’autre côté !






Journaliste professionnelle. 30 ans d'expérience à L'Opinion. Actuellement journaliste à Radio Web... En savoir plus sur cet auteur
Dimanche 24 Octobre 2021