L'ODJ Média



L'interminable descente aux enfers du dollar . (Deuxiéme Partie )


Rédigé par le Mardi 9 Mai 2023

Le " tout -Puissant dollar " menacé en Amérique du Sud



Écouter le podcast de cet article :


Dédollarisation du monde : « Les États-Unis perdent beaucoup d’influence au Brésil » 

Dans un entretien publié par l' Humanité, Luis Gonzaga Belluzzo  , Professeur d’économie à l’université de Campinas , explique comment la prédominance du dollar est préjudiciable aux pays latino-américains. Extraits :

En quoi la toute-puissance du dollar gêne-t-elle les pays du Sud ? 
Au cours des quarante dernières années, le Brésil et l’Amérique latine ont eu beaucoup de problèmes liés à l’hégémonie de la devise états-unienne. Il faut dire qu’il y a une asymétrie entre le dollar comme monnaie de réserve et les monnaies nationales telles que le real brésilien. Cette divergence a entraîné des crises. 
 
Par exemple, en 1994, le real a été stabilisé au prix d’un arrimage de la monnaie au dollar. Cela a mis fin à une crise d’hyperinflation qui durait depuis quatorze ans. Cette dernière a débuté en 1979 avec un choc extérieur, la hausse des taux d’intérêts aux États-Unis par le président de la Réserve fédérale Paul Volcker, si bien qu’il devenait impossible de réguler la monnaie.
Cela demandait une augmentation très forte des taux d’intérêts pour stabiliser la monnaie par rapport au dollar, entraînant une désindustrialisation, précisément au moment où la Chine débutait son industrialisation. 
 
Cette asymétrie est le fruit d’un rapport de forces. Nos monnaies ne sont pas convertibles si bien que les transactions financières ou commerciales doivent être libellées en real brésiliens. 
 
Pourquoi les Brics veulent se libérer du joug du dollar .Et aujourd’hui  précisément ? 
 
On assiste à une volatilité très forte des taux de changes. Cela nuit aux entreprises, au budget gouvernemental, à la balance des paiements. Cette divergence entre monnaie de réserve et monnaies non convertibles entraîne une hausse des taux d’intérêt qui rend difficile l’accès au crédit et qui appelle à une réaction des économies périphériques.
Tous les pays latino-américains vivent avec la perspective d’une crise du crédit. Nous assistons en ce moment à une valorisation rapide du réal vis-à-vis du dollar. Cela implique une plus grande vulnérabilité aux importations : le Brésil devient moins productif, notamment dans le secteur manufacturier. 
 
L’ancienne présidente Dilma Rousseff va prendre la présidence de la New Development Bank fondée par les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). Est-ce un signe du rôle du Brésil dans la réorganisation du monde ? 
 
Il est important d’avoir une bonne relation avec la Chine. Le Brésil vient de signer quinze memoranda qui incluent des investissements dans les semi-conducteurs, l’automobile. Pékin est pour nous un grand partenaire commercial, vers lequel nous exportons beaucoup.

Dans l’autre sens, la Chine est un grand investisseur au Brésil. La NDB est importante pour les projets d’investissements communs. De plus, nous ambitionnons que d’autres pays qui gravitent autour des Brics rejoignent la banque. Elle bénéficierait ainsi d’une capitalisation plus forte. 
 
Brésiliens et Chinois veulent travailler à une relation de long-terme sur des bases solides. Cela préoccupe particulièrement les États-Unis, qui ont critiqué les propos du président sur les relations russo-ukrainiennes. Washington perd beaucoup d’influence au Brésil. 
 
Y a-t-il des signes de dédollarisation des économies ? 
 
On a connu par le passé un lent processus de substitution de la livre par le dollar comme monnaie de réserve, jusqu’en 1944. Si l’on regarde les transactions, on observe une évolution du système monétaire. Avec la Russie, les échanges se font en Renminbi (devise chinoise, ndlr.) tous les pays d’Amérique du Sud sont intéressés par cette transition. Cela va agrandir l’espace du Renminbi. 
 

Le yuan apparaît comme une alternative viable une solution aux nombreux problèmes de l’Argentine
Le yuan apparaît comme une alternative viable une solution aux nombreux problèmes de l’Argentine
L'Argentine choisit le yuan chinois pour régler ses importations en provenance de Chine 


Comment l’Argentine chamboule l’économie mondiale en optant pour le yuan au lieu du dollar!?
L’Argentine et la Chine ont conclu un accord pour régler une partie des importations en yuan chinois plutôt qu’en dollars. Selon le ministre argentin de l’économie, Sergio Massa, cette mesure permettra à l’Argentine d’économiser ses réserves de dollars amoindries. L’accord prévoit que plus d’un milliard de dollars d’importations seront réglés en yuan chinois pour le seul mois d’avril.

L’utilisation du yuan chinois permettra à l’Argentine d’exploiter les 5 milliards de dollars de la réserve d’échange approuvée par le président argentin, Alfredo Fernandez et le président chinois, Xi Jinping.

En outre, ce mouvement permettra à l’Argentine de réduire la pression sur les rarement réserves de dollars, en particulier pour les importations massives en provenance de Chine. En effet, le pays pourra également économiser les frais de de transaction exigés par les banques pour convertir le yuan chinois en dollars.
:
L’utilisation du yuan chinois pour régler les transactions bilatérales est perçue comme une mesure bénéfique par les analystes. Elle permettra à l’Argentine de désamorcer un système de corruption qui justifiait la triangulation des paiements en dollars via l’Uruguay.

En outre, l’utilisation du yuan chinois offrira une alternative viable aux PME argentines faces aux restrictions du dollar et à la spéculation financière sur le dollar illégal. La réaction des principales associations d’entreprises a été essentiellement positive, et elle salue cette mesure de la banque centrale argentine.

L’utilisation du yuan chinois pour régler les transactions bilatérales entre l’Argentine et la Chine est une mesure qui pourrait offrir plus de flexibilité pour les transactions commerciales bilatérales. Cela pourrait également dissuader l’Argentine de dépendre excessivement du dollar américain, dont la valeur s’est érodée ces dernières années.

Le yuan apparaît comme une alternative viable pour l’Argentine  L’utilisation du yuan chinois : une solution aux nombreux problèmes de l’Argentine


L’utilisation du yuan chinois pour régler les transactions bilatérales est perçue comme une mesure bénéfique par les analystes. Elle permettra à l’Argentine de désamorcer un système de corruption qui justifiait la triangulation des paiements en dollars via l’Uruguay.

En outre, l’utilisation du yuan chinois offrira une alternative viable aux PME argentines faces aux restrictions du dollar et à la spéculation financière sur le dollar illégal. La réaction des principales associations d’entreprises a été essentiellement positive, et elle salue cette mesure de la banque centrale argentine.

L’utilisation du yuan chinois pour régler les transactions bilatérales entre l’Argentine et la Chine est une mesure qui pourrait offrir plus de flexibilité pour les transactions commerciales bilatérales. Cela pourrait également dissuader l’Argentine de dépendre excessivement du dollar américain, dont la valeur s’est érodée ces dernières années.

Une synthèse réalisée par Hafid  Fassi Fihri 

Sources : l'Humanité, actucrypto.info   





Hafid Fassi fihri
Hafid Fassi Fihri est un journaliste atypique , un personnage hors-normes . Ce qu'il affectionne,... En savoir plus sur cet auteur
Mardi 9 Mai 2023

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages