Menu

L’orientation scolaire : Une pause pour mieux continuer




A lire ou à écouter en podcast :

l_orientation_scolaire_une_pause_pour_mieux_continuer.mp3 mp3  (4.83 Mo)

Le jeune aujourd’hui est submergé d’informations, de tout genre et de partout. Les sources du savoir sont multiples, immenses par l’étendue de leur portée et évolutives car sans cesse renouvelées ou transformées par des réformes et des innovations.
 

Dans la « jungle » des formations, des études et des métiers, le grand défi des parents et des éducateurs est de jouer un rôle constructif dans l’orientation des jeunes scolarisés. Entre les clés qui leur ouvriront les portes de l’avenir et les portes qui se ferment par manque de clairvoyance il peut arriver que les uns et les autres se perdent. Il va sans dire que l’orientation scolaire est le garant de l’efficacité des choix.
 

Face aux singuliers retranchements imposés par la force des temps modernes, des ouvertures, des influences, la grande cause reste encore la préparation à un avenir sûr ; or, les adultes peinent à trouver les réponses adéquates pour aider. Il peut même arriver qu’ils se trouvent obligés de faire le deuil de leur tâche classique, le conseil ou l’ordre. Aujourd’hui, les besoins sont différents parce qu’il faut saisir le rôle de l’environnement, discerner la part des influences externes et s’aligner aux choix d’orientation internationaux.
 

Il est normal qu’un jeune hésite, s’interroge sur la meilleure branche ou le meilleur itinéraire. Il est normal que les parents qui ne sont dans la majorité du temps ni professeurs ni conseillers d'orientation s’inquiètent, stressent et poussent les curseurs pour mieux armer leur progéniture.
 

Par un amour bienveillant et inconditionnel ils s’acharnent, soit sur la culture de la recherche « intelligente » des meilleurs circuits, soit par prise en compte du système d’enseignement-apprentissage dont les tendances sont affichées par-ci ou par-là.


S’ils se demandent comment aider l’enfant dans son orientation sans imposer leur point de vue il est fondamental que les parents, ainsi que les éducateurs prennent leur rôle comme une mission sacrée qui ne débute pas la veille d’un choix de section ou de branche, d’un conseil de classe ou d’une réunion d’orientation. Il s’agit d'anticiper ce qui commence bien plus tôt à travers le développement d’un esprit solide dont le mode de fonctionnement s’asperge des puissances élémentaires acquises par l’éducation : la confiance en soi, l’estime de soi, l’acceptation ainsi que l’amour de soi.
 

Les repères éducatifs s’implantent depuis la petite enfance. Plus tard, la prise de décision n’en sera que facilitée. Lorsque l’enfant est habitué à se faire confiance, lorsqu’il croit en lui et en ses aptitudes les choix d’orientation.

Les spécialistes en éducation qui devraient s’occuper des choix d’orientation sont appelés aujourd’hui à assurer à chaque élève de trouver sa voie scolaire en utilisant tous les moyens technologiques modernes. Il n’est plus nécessaire de recevoir les scolarisés dans un bureau ;

Orienter, conseiller à distance est plus dans l’air du temps, c’est ce langage qui fonctionne par ce que c’est ce langage que les jeunes comprennent.

Néanmoins, les jeunes ont leur rôle à jouer dans leur propre guidance. Pour une parfaite adéquation entre ce qu’ils cherchent et ce qu’ils sont capables de réussir, il faudra leur faire prendre conscience de leur potentiel, de leurs qualités, des valeurs de leur environnement sans les harceler. Si on leur fait confiance on les responsabilisera en les accompagnant à travers un coaching en orientation, avec de vrais bilans d'orientation, une sensibilisation au niveau national pour qu’aucune région ne soit mise à l’écart.
 

Réussir le baccalauréat ou réussir un concours n’est pas le seul défi. Le challenge véritable est de réfléchir à son avenir avec sérénité, de trouver sa voie, de choisir le bon itinéraire pour construire la carrière à laquelle on aspire en suivant la formation idéale. La motivation pour telle ou telle école supérieure, les préférences pour tel ou tel cursus, sont tributaires du niveau d’information dont on dispose. « On ne peut choisir ce que l’on ignore ! ».
 

S’ils veulent réussir, les jeunes ont le devoir absolu de se former à la quête du savoir mais aussi à la quête informationnelle. L’épanouissement personnel commence par la motivation pour son propre devenir.
 

L’orientation se construit dès la fin du collège et tout au long de la scolarisation à travers les multiples dialogues entre les élèves, les parents, les enseignants, les conseillers, les coachs, les éducateurs, les psychologues et les amis. Or, même si une écoute active et un suivi personnalisé sont fondamentaux, l’orientation active met l’élève lui-même au centre de sa propre orientation.
 

Il est certes accompagné dans sa démarche, dans son choix, conseillé dans ses décisions mais s’il ne se sent pas concerné et s’investit complètement dans l’action d’orientation il passera à côté de son avenir. Il est nécessaire qu’il se cultive qu’il cherche, qu’il sache où il met les pieds pour ne pas glisser.

 

Un proverbe turc dit : “La raison discute. La sagesse oriente. La connaissance aiguise Sa vision.”

 

El Batoul BARGACH / Professeur universitaire et Artiste 









Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté