Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search





L’utopie d’une solution à deux États…




A lire ou à écouter en podcast :

L’utopie d’une solution à deux États…
l_utopie_d_une_solution_à_deux_etats.mp3 L’utopie d’une solution à deux États.mp3  (9.51 Mo)

Et si la Palestine disparaissait ?
 
Vu les conjonctures alarmistes au train mauvais, quel toupet faut-il arborer pour oser encore se dodeliner d’une solution à deux États? Au mieux pourrait-on assoir cette rêverie engraissée de jour comme de nuit sur les dimensions par trop mystiques d’un vœu pieux. 
 
Peut-être pire, est-on jamais à l’abri d’une réécriture de l’Histoire, afin que ce raccord au temps qui file, soit inscrit dans le registre de la tragédie, de la farce  ou mieux... de l’oubli. 
 
Une réécriture de ce qui fut , n’est-ce pas que le passé soit plutôt transcrit de par les fiers-à-Bras, que par les soins d'un misérable  vaincu qui ne peut qu’agoniser  sous les décombres...s’il en reste, qu’il se peut bien que   la Palestine soit bonnement évincée d’un joli coup de trait à l’arrière de nos réminiscences...
 
Que les manuels scolaires, d’ici là où nous serons plus, en soient soigneusement oublieux. Bref, c’est dire du malaise qui nous traverse, à voir sous notre barbe de ce grignotage constant de la vielle Palestine, là où elle fut reléguée, d’après les accords que nous savons, là où elle ne répond plus ou presque qu’à un souvenir scabreux, en miettes. 
 
À l’origine du mal …
 
Mais allons de ce pas au point où nous sommes, et où nous risquons sitôt de perdre pied...ce germe de l’escalade sur fond d’exactions et d’animaleries qui présida à cette entrée dans les ténèbres après quatre ans de répit ou presque. 
 
Un germe parlant, qui fait vite de nous renseigner  sur l’essence de ce conflit religieux. Ce miséreux coup de branle  donné à la porte de Damas ( Jérusalem-est ) où les arabes-israéliens, qui jouissent pleinement  de leurs droits-civique, de ce côté de la ligne verte, empêchés, de force, d’accéder à l’esplanade des mosquées, pour s’acquitter, en bons pratiquants, des prières dictées par le Ciel. 
 
Empêchés de force...de par les forces de l’ordre, s’en suivirent de ces incivilités que nous effleurerons le temps venu par des israéliens sur place. Il faut dire toute la symbolique de l’endroit avant d’aller plus en avant dans la mise à nue de cette décrépitude...
 
Pour rappel,  le fameux Mont De Sinaï  se trouve à proximité des mosquées précitées... comme un retour emblématique au cœur du religieux de l’affaire.

Suite aux  échauffourées à la porte de Damas, la boule de feu fit sitôt de prendre sur de vieilles affaires mal réglées, à l’exemple de cette chasse orchestrée, sous couvert justicier, aux musulmans, délogés, par les colons juifs...
 
Une affaire de titre de propriétés, au retour des palestiniens, sous protection jordanienne après 67. Bref, la justice a tranché dans le sens où ces terres reviendraient  plutôt aux juifs sur place et de droit. 
 
La décision fut arrêtée  pour éluder toute éventuelle sur-réaction juive, qui ne saurait souffrir que le camp adverse puisse avoir gain de cause ... 
 
La loi des nombres, ne peut que nous conforter dans l’idée  que les juifs de l’Est, ont  cet avantage sur leurs concitoyens...non-juifs. 



Merci au Hamas ! 
 
Ce moindre mal, préconçu de par le procureur général, est restée en deçà  des résultats escomptés. Les musulmans sur place, loin de se plier à la décision dictée par  les conjonctures ,  se refusèrent à toute concession, ce qui entraîna violence. 
 
Autre élément qui attisa les braises de la discorde ... qui vint s’agréger à ce tout belliqueux, est l’élément «électif »  d’un côté comme d’un autre. 
 
D’un côté, Mahmoud Abbas, son atermoiement appliqué aux élections,  vu d’un œil de 15 ans,  en tout point mauvais...

De  l’autre, Netanyahu, piètre  posture, en peine de mettre sur pied  un gouvernement qui tient, depuis deux ( mauvaises ) années.

Netanyahu, qui, à l’approche des élections, se démène  comme faire se peut, mise sur la seule carte sécuritaire.

Netanyahu pour qui cette escalade est une aubaine pour exhiber son forceps... 
 
Merci qui ? Merci au Hamas, qui, depuis la bande de Gaza, s’improvise en sauveur, mobilise ses missiles  portées sur  Jérusalem et Tel-Aviv. 
 
1500 missiles tirés, interceptés, si ce n’est le peu, par le « dôme de fer », ce système anti-missile israélien...

sauf que ce « peu » fit des morts, et que, du côté Israélite, La Défense déploya ses  missiles, ses  tirs de chars,  tua  jusqu’au chef de la commanderie adverse, et d’autres...
 
En même temps, Hamas, au-delà du « treillis » de sauveur enfilé dans la Hâte, enfiévré de par l’idée d’une Palestine, une et indivisible, s’affaire  à  galvaniser de ces  palestiniens, par-delà son bord, pour les rallier à sa cause « dégagiste »...
 
Oui mais quels Palestiniens ? Comme s'ils formaient une entité  homogène...

ceux-là sont-ils  à l’abri des dissensions ?  Oh que non...

Les réduire aux deux camps que l’on connaît, Cisjordanie d’un côté, Bande de Gaza de l’autre, est, somme toute, minimaliste. 
 
Leur greffer de ces Palestiniens  de l’Est, citoyens israéliens à part entière, n’est en rien concluant..
 
 
 
Et si les palestiniens n’avaient d’autre choix…
 
De retour au  Hamas, ce pas  de trop, qui fit sauter les verrous d’un reste de raison , jusqu’à nous confondre dans notre jugement...quel camp  serait-il  prêt à cesser  ses velléités, alors qu’une guerre est enclenchée ? 
 
 
 
Hamas, qui n’a d’autres nom  pour  Netanyahu, que  le Hezbollah, bras armé de l’Iran... et quel ennemi que  l’Iran ! Cette  bête noire d’Israël ! 
 
Hezbollah qui s’agite également sur les frontières libanaises , donne  du fil à retordre à Israël.

C’est dire que Hamas a ouvert la boîte de Pandore, et  que rien ne saurait aboutir sans une unité palestinienne.

C’est dire que des boucs-émissaires palestiniens, de l’autre bord, subissent l’incartade du Hamas... 
 
«  Morts aux arabes » entend-on dans l’Est de Jérusalem... De même, des palestiniens s’en prennent  aux israéliens...

Des synagogues brûlés, une mosquée profanée...c’est un calvaire des deux côtés . 
 
Avancer que Trump y est pour ce délitement de la Palestine, que Trump est  loin d’être Bill Clinton ou Georges Bush le père... n’est pas se tromper.

Que Biden,  mis sous pression de la gauche pro-palestinienne…essaie, tant bien que mal,  de ménager la chèvre et le chou...est chose qui se défend bien
 
Qu’Israël se moque des résolutions du conseil de la sécurité, à l’exemple des États-Unis...Non, il n'y a pas de coïncidence...

Que les palestiniens, ne pourraient, aux mieux, que de devenir des citoyens israéliens...
 
S’il est vrai que les accords d’Abraham insistent sur la solution à deux États, il reste qu’insister est un verbe qui se refuse à se conjuguer à la réalité israélo-palestinienne.
 
Hicham Aboumerrouane 





Vendredi 14 Mai 2021

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 28 Juin 2022 - 09:44 La Françafrique rétrécit

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.