Menu

La Banque centrale prévoit une croissance de 5,3 % en 2021

Tendance haussière de l’endettement du Trésor : 76,4 % du PIB en 2020, 77,8 % en 2021 et 80 % en 2022


Lors de sa seconde réunion, tenue le mardi 22 juin, le Conseil de Bank Al-Maghrib estimant que l’orientation de la politique monétaire reste largement accommodante et assurant des conditions de financement adéquates a jugé que le niveau actuel du taux directeur demeure approprié et a décidé ainsi de le maintenir inchangé à 1,5 %.



la_banque_centrale_prevoit_une_croissance_de_5,3___en_2021.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (3.49 Mo)

Cette décision, favorable à un maintien du statut quo, est aussi animée, du coté de la Banque centrale, par le fait que l’évolution de la situation sanitaire et la conjoncture économique aux niveaux national et international, ainsi que les projections macroéconomiques à moyen terme, vont dans le sens d’une poursuite de la reprise à un rythme soutenu de l’activité favorisée tant par l’assouplissement des restrictions que par les conditions de financement accommodantes et le stimulus budgétaire.

N’empêche qu’avec l’apparition de nouveaux variants du virus et les disparités entre pays en termes de rythme de vaccination, Bank Al Maghrib nuance ses propos et estime que la prudence est de mise tant que les perspectives demeurent entourées d’un niveau élevé d’incertitudes.

Pressions inflationnistes

Ce niveau, élevé d’incertitudes, est aussi nourri par la situation qui prévaut au niveau du marché des matières premières.
Façonnée par les perspectives favorables de la demande mondiale, cette situation témoigne d’une certaine tendance à la hausse des cours et de pression inflationniste qui en découlent.
Et c’est d’ailleurs ce que confirment les chiffres issus des projections de la Banque centrale dont les chiffres dégagent certaines tendances haussières du prix du Brent, du cours des phosphates et dérivés ainsi que de ceux de produits alimentaires.


Perspectives de croissance

Au niveau national, le Conseil de la Banque centrale juge que l’inflation devrait poursuivre son accélération tout en restant à des niveaux modérés, ressortant à 1 % sur l’ensemble de cette année et à 1,2 % en 2022 et estime, en termes de perspectives que la reprise observée ces derniers mois devrait se poursuivre.
Soutenue, d’une part, par les mesures de relance budgétaire et l’orientation accommodante de la politique monétaire et d’autre part, par les progrès notables de la campagne de vaccination et l’assouplissement des restrictions sanitaires, la croissance atteindrait 5,3 % cette année et serait ramenée à 3,3 % en 2022.

En 2021, les projections de Bank Al-Maghrib, tablent sur une hausse de 3,6 % de la valeur ajoutée des activités non-agricoles et un rebond de 17,6 % de celle du secteur agricole.
 

Tendance haussière de l’endettement du Trésor

En termes d’avoirs officiels de réserve et tenant compte notamment des tirages extérieurs du Trésor, ainsi que de l’allocation de DTS prévue par le FMI, Bank Al-Maghrib se prononce sur ses réserves qui, à fin 2021, avoisineraient 328,5 milliards de dirhams et 338,6 milliards à fin 2022, soit l’équivalent de plus de 7 mois d’importations de biens et services.
Et ce, au moment où l’endettement du Trésor, au titre des mêmes projections, continuerait d’augmenter, passant de 76,4 % du PIB en 2020, à 77,8 % en 2021 puis à 80 % en 2022. 






Noureddine Batije
Noureddine BATIJE est un journaliste spécialiste en investigation journalistique et traitement de... En savoir plus sur cet auteur
Jeudi 24 Juin 2021



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site