L'ODJ Média




La France a-t-elle échappé au pire des scénarios ?


Le premier tour des législatives en France, tenu le 30 juin 2024, a vu une victoire du « Rassemblement national » d'extrême droite, qui a pris la tête. Cependant, lors du second tour le 7 juillet 2024, ce parti a chuté à la troisième place. L’Alliance de gauche (Front populaire) a pris la tête, suivie par le centre macroniste



A lire ou à écouter en podcast :


Que s'est-il passé en une semaine ?

Lahcen Haddad
Lahcen Haddad
Les partis de gauche et du centre sont parvenus à créer un obstacle face à l'avancée de l'extrême droite. Ainsi, les candidats du NFP, qui avaient terminé en troisième position au premier tour, se sont retirés et ont invité leurs électeurs à soutenir les candidats du centre libéral (Macron) ou d'autres candidats, à l'exception de ceux de l'extrême droite. L’objectif était d’empêcher les candidats d'extrême droite du Rassemblement national de prendre la première place. En retour, les partisans de Macron ont souvent laissé la place à la gauche, excepté lorsqu'il s'agissait du parti de Mélenchon, La France insoumise.

Le résultat a été un blocus solide contre l'extrême droite, un renouveau du parti de Macron après qu'il a failli chuter, et une avancée notable du Front populaire de gauche. Ce dernier aurait même reçu plus de voix si tous les supporteurs de Macron retirés lui avaient apporté leur soutien, y compris face au parti de Mélenchon.

Tout ceci montre qu'une grande partie de la population française reste active contre l'éventualité d'une domination de l'extrême droite au sein de l'Assemblée nationale et de la Primature française. Néanmoins, les menaces des solutions protectionnistes et nationalistes de l'extrême droite en matière européenne, économique et de diverses questions internes persistantes—comme l'immigration et la sécurité—ont-elles véritablement été neutralisées ?

Marine Le Pen voit plutôt les événements de ce 7 juillet comme un simple retard du moment de leur victoire, affirmant qu'aucun autre parti ne propose de solutions assez audacieuses pour résoudre les problèmes de la France.

Le prochain gouvernement Macron a donc une mission cruciale et historique : il doit répondre aux attentes des citoyens de manière active et audacieuse, faute de quoi, dans deux ans, il pourrait bien voir une croissance significative du soutien à l'extrême droite.

Entre 30 % et 40 % des électeurs ont voté en faveur des idées d'extrême droite, un pourcentage qui risque d’augmenter si la crise politique et la polarisation continuent. Les acteurs du centre, regroupant les partisans de Macron, ne pourront gouverner seuls ; ils se verront contraints de construire une nouvelle alliance nécessaire à l’adoption des réformes attendues. Miser sur le réalisme plutôt que sur l'idéologie pourrait ainsi mener à la formation d’un gouvernement de coalition, capable de fournir des solutions concrètes aux préoccupations des Français.

Le principal problème de notre époque reste le pouvoir d’achat, qui s’est érodé sous l’effet conjugué de l’inflation et des marges bénéficiaires exorbitantes des grandes entreprises.

La proposition du RN de réduire la valeur ajoutée est absurde, et Macron ainsi que les partis de gauche devraient formuler des alternatives plus concrètes et séduisantes pour la population française. La question de la sécurité est bien réelle en France, mais les solutions avancées par le Rassemblement National s’ancrent dans une vision jugée raciste par leurs adversaires. Cependant, cette approche attire de nombreux Français, en particulier ceux qui considèrent les coutumes et l’apparence des immigrés comme une menace à leur vision de l’identité française, et perçoivent les jeunes issus de l’immigration dans l’espace public comme synonymes de dégradation dans les villes et quartiers défavorisés.

Le Rassemblement National a réussi à persuader une part significative de la population que l’Union Européenne met en péril la souveraineté nationale tout en favorisant l’immigration et les accords de libre-échange. Ils prônent ainsi une réforme des institutions européennes pour transformer la Commission en simple secrétariat du Conseil européen, redonner aux États leur pleine souveraineté, et remplacer l’action commune par des accords bilatéraux.

Les opposants au RN doivent proposer de vraies alternatives et adopter des visions audacieuses pour réformer les institutions de l’Union, afin de neutraliser les propositions populistes de l’extrême droite.

La classe politique anti-extrême droite a su prévenir le risque d’une cohabitation impossible entre un président libéral-centriste et un parti d’extrême droite, prévenant une crise politique majeure susceptible de déstabiliser la Ve République.

Cependant, cet accomplissement restera temporaire et insatisfaisant si les dirigeants actuels ne rompent pas réellement avec les politiques du passé. Les idées de l’extrême droite persistent et pourront être ravivées par des erreurs flagrantes commises par le RN avant et pendant une campagne discordante. Le RN pourrait bien revenir en force si la vie des Français n’apporte aucun changement significatif.

Désormais, la balle est entre les mains de ceux qui ont triomphé au second tour. Ils sont sous les feux de la rampe, et l’histoire sera impitoyable envers ceux qui ne sauront saisir ce signal d’alarme avant qu’il ne soit trop tard.

Par Lahcen Haddad ancien Ministre du Tourisme (2012-2016), Gouvernement du Maroc, et parlementaire
Traduction de la rédaction



Mercredi 10 Juillet 2024


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Juillet 2024 - 09:50 Le Maroc aura son industrie de défense

Experts invités | Coup de cœur | Quartier libre | Replay vidéo & podcast outdoor | Chronique : À charge et à décharge



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 



















Revue de presse