Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








La diplomatie de Mohammed VI : Style et méthodes

Par Mustapha Sehimi


Avec la double tension marquant les relations avec deux pays européens, l'Allemagne et l'Espagne, SM Mohammed VI offre un précipité - au sens chimique du terne - de sa conception de la diplomatie marocaine. Plus de deux décennies depuis son accession au Trône, en juillet 1999, ont permis au Souverain d'imprimer sa marque ; conduire la politique étrangère suivant son tempérament personnel, ses inclinations aussi mais avec un référentiel de principes et de valeurs. Cela porte un nom : le style et les méthodes.



A lire ou à écouter en podcast :

la_diplomatie_de_mohamed_vi_style_et_methodes___par_mustapha_sehimi.mp3 LA DIPLOMATIE DE MOHAMED VI STYLE ET METHODES - PAR MUSTAPHA SEHIMI.mp3  (4.89 Mo)

Vision et déclination

Pour s'en tenir à la décennie écoulée et à l'année en cours, l'expression diplomatique de cette vision témoigne d'une déclinaison qui ne peut que retenir l'intérêt. En mai 2012, Rabat fait savoir que Christopher Ross, alors envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU, n'a plus sa confiance dans sa mission sur le Sahara marocain. Motif : la partialité de ce diplomate onusien. En avril 2013, à propos de ce même dossier, le Maroc s'oppose à la proposition faite en au Conseil de sécurité par l'administration Obama d'étendre le mandat de la Minurso aux questions des droits de l'homme. Le Roi suspend alors un programme de manœuvres militaires communes dans le cadre de l'Opération Africain Lion.

Avec Paris, c'est une autre affaire - celle de la convocation d'un haut responsable, patron de la DGST, à Paris, dans des conditions contraires à tous les usages et les procédures diplomatiques. Elle se conclut par la décision du Maroc de suspendre toute coopération judiciaire avec la France. Il faudra attendre pratiquement un an pour qu'elle soit rétablie dans des conditions reformatées …

Une ardente obligation

En mars 2016, c'est de nouveau l'Organisation mondiale qui est mise en cause à travers son secrétaire général, Ban Ki-moon, affichant à Tindouf, devant des responsables séparatistes, une attitude inacceptable. Ces semaines -ci, voilà Berlin et Madrid qui font l'actualité - et les frais, si l'on ose dire - d'une diplomatie marocaine proactive, ombrageuse parce que ce sont les fondamentaux du Royaume qui sont en cause, en l'occurrence sa souveraineté, son indépendance et son intégrité territoriale. Sur un autre registre, à noter que c'est cette même approche qui prévaut. Par exemple, à la suite de la crise des relations entre l'Arabie saoudite et le Qatar, en juin 2017, le Maroc ne soutiendra pas le boycott décidé par Riyad contre Doha et veillera à une ligne de neutralité. La suite lui a donné raison... 

Sur le Roi, pèse une ardente obligation. Il y a à ses yeux, me semble-t-il, une réalité transhistorique qu'on nommera peuple, nation, Maroc. I1 s'agit de veiller, dans un monde peu pacifique, à la préservation de la spécificité du Royaume. De sa liberté. Et de son identité. Une mission, qu'au plus fort des tournantes internationales, il lui faut accomplir debout. Il s'agit de défendre l'indépendance nationale, préserver l'intégrité territoriale si elle est mise en cause ou menacée. Plus encore : conforter et consolider l'influence et le rayonnement du Maroc. Dans cette même ligne, Mohamed VI prend en charge toute une doctrine qui est sienne, adossée à une certaine conception des relations internationales : celle de principes et de pratiques de coopération, de recherche de la paix et de la stabilité de bon voisinage.

Le seul guide : la raison d’Etat

Primauté de la raison d’Etat : voilà la grille de lecture. Le seul guide est- et doit être- les intérêts supérieurs. L'on vient d'en avoir une illustration historique avec la déclaration conjointe en date du 22 décembre 2020 entre le Maroc, les Etats-Unis et Israël… 

Bien des usages conventionnels de la diplomatie sont ainsi bousculés tant avec cet acte qu'en d'autres circonstances. Il y a là une vision, assurément, mais couplée à une forte dose de détermination, Le Roi ne minore pas la place et le rôle de la négociation : tant s'en faut. Il mesure qu'une action internationale ne peut que la privilégier. Son attitude a, logiquement, une préférence à l'égard de l'institutionnalisation de la négociation qu'incarnent les organisations régionales, continentales et internationales.  Mais pour autant, il n'évacue pas le recours à l’action quand il estime que sont épuisées les possibilités du dialogue. 

Un style, une personnalité, une culture, une éducation, une hérédité aussi, un messianisme d'Etat enfin : voilà sans doute l'alchimie de la diplomatie royale. Et puis le Maroc de 2021 a ses lettres de crédit auprès de la communauté internationale par les valeurs et les principes qui l'animent et le guident. Une politique étrangère servie de surcroît par de grands chantiers et des réformes continues dans la perspective d'un modèle de société moderniste, démocratique et solidaire.

Rédigé par Mustapha Sehimi sur https://quid.ma



Lundi 24 Mai 2021

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.