Menu

La monétisation des complexes


Lorsque les influenceurs profitent de la naïveté de leur communauté



L’adolescence n'a certainement pas le monopole des complexes, pourtant c’est à cette période là que la plupart des complexes apparaissent. En effet, l’adolescent quitte son corps d’enfant afin de le voir se transformer en celui d’un adulte. Cet âge de puberté transforme le corps. On voit alors un corps en pleine mutation que l’adolescent ne peut subir.

La plupart des adolescents sont sujets à des complexes souvent sans importance. 

Cependant, ces ados sont plusieurs à suivre sur les réseaux sociaux, notamment sur Instagram et Snapchat des influenceurs, que se soient des “Instagram models” ou simplement des candidats de télé-réalité, les adolescents, notamment les filles en sont fans.

 

Des complexes souvent entretenus par des modèles de perfections physique


Le problème qui se pose est que ces influenceurs profitent de la crédulité et la naïveté de leur communauté afin de leur vendre des produits, qui dans la plupart des cas ne marchent pas. Ces placements de produits passent par des agences, dont l’objectif consiste à négocier des contrats avec des marques pour les personnages de télé-réalité. Des agences e-influenceurs, qui ont réussi à démocratiser les placements de produits sur les réseaux sociaux. 

 

Souvent, la cible visée par ces produits est majoritairement féminine, cependant, ce sont surtout des adolescentes, vu que ce sont elles qui suivent principalement ces influenceurs. En effet, les produits qui reviennent le plus sur les story de ces influenceurs sont des produits qui tournent autour du physique. On retrouve énormément de produits "healthy" que ces influenceurs vendent comme soit disant bons pour la santé et qui permettent de garder la ligne. On retrouve également des kits de blanchiment dentaires, des gélules à consommer pour avoir une belle chevelure, des ventouses anti-cellulite et des produits amincissants. 

 

Tout un business créer sur des complexes et pas des moindres mais sur des complexes d’adolescentes en pleine puberté. Étant fans de ces influenceurs, le plus souvent le but de ces ados est de leur ressembler, étant donné que ces personnes représentent un idéal pour eux. Cela pousse ces jeunes à complexer encore plus sur leur corps à un âge très précoce. 

 

Ces produits destinés à corriger les défauts reviennent souvent sur le fil d’actualité de ces jeunes filles. La suite est logique, tout faire pour se procurer ces produits. Car dans la plupart des cas ces ados ne traitent pas l’information mais la digèrent automatiquement vu que cela vient de leur idole. 

 

Ce qu’il faut savoir c’est que le physique de ces influenceurs n’est en aucun cas naturel et que ce ne sont surtout pas ces produits qui les gardent en forme, ce sont plutôt les chirurgies esthétique qu’ils subissent, ou pire encore, des photos postés totalement trafiqués par photoshop. 

Ces influenceurs sont conscients du fait que la majorité de leur communauté est composée de collégiens et de lycéens en pleine puberté et profitent quand même de leur naïveté afin de se faire de l’argent. Tout en sachant que dans notre société actuelle, l'apparence n'a jamais autant compté que ce soit professionnellement ou socialement parlant. 

 

En mettant en avant tous ces produits et en faisant passer ces pubs pour des conseils d’amis, ils normalisent le fait de tricher sur son physique et de tout faire pour se modeler selon les standards de beauté de la société actuelle. Pour ces marques, tous les moyens sont bons, comme des code promo, des mots techniques et compliqués afin de faire croire au consommateur que c’est professionnel. Du marketing pur et dur au prix de la santé mentale de millions d’adolescentes mal dans leur peau. 

 

Ces produits sont loin d'être efficaces, au final ce n’est rien de plus que de la publicité mensongère. En effet, ces marques jouent sur la proximité que peuvent avoir ces influenceurs avec leur communauté. Ils savent pertinemment que ces personnalités ont énormément d’influence sur leur public. Ce sont tout simplement des sociétés faisant un véritable business autour des complexes de ces jeunes. 

 

Il faut savoir que de récentes études ont démontré que le fait de passer beaucoup de temps sur des plateformes comme Instagram ou encore Snapchat favorise les troubles alimentaires et qu’ils seraient extrêmement nocives pour la santé mentale. 

 





Rédigé par le Samedi 17 Avril 2021

Dans la même rubrique :
< >


 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site