L'ODJ Média



La question est de savoir si l'on travaille "suffisamment" au Maroc pour plus de croissance

Aïd Al-Fitr : Vers un congé exceptionnel de 3 jours ?


Rédigé par le Mercredi 3 Avril 2024

C’est l’idée proposée par Ghita Mezzour, ministre déléguée chargée de la réforme de l’administration et de la transition numérique, dans une correspondance rendue publique ce mardi 2 avril 2024, adressée au chef du gouvernement, Aziz Akhannouch.
Dans sa proposition, la ministre explique que l'Aïd Al-Fitr pourrait être célébré soit mercredi 10 avril soit jeudi 11 avril, mais la date exacte ne sera connue qu’après le coucher du soleil du mardi 9 avril ce qui pourrait poser des difficultés aux fonctionnaires voulant voyager durant ce congé. Avec un congé de trois jours, le gouvernement espère alléger la pression sur le réseau routier national et permettre aux citoyens de passer leur congé dans les meilleures des conditions.
Ainsi, le mercredi 10 avril sera exceptionnellement jour férié s’il correspond au 30 ramadan. Dans l’autre cas de figure, le vendredi 12 avril sera exceptionnellement jour férié s’il correspond au 3 shawwal.



A lire ou à écouter en podcast :


Au Maroc, la corrélation entre le volume de travail et la croissance économique, tout comme dans d'autres économies, constitue un débat central tant pour les décideurs politiques que pour les analystes économiques. En théorie économique, la croissance est souvent liée au nombre d'heures travaillées par la population active (le volume) et à la productivité de ces heures (la qualité).

Cependant, le contexte unique du Maroc, avec ses nombreuses fêtes religieuses et pratiques culturelles, soulève des questions spécifiques sur l'efficacité et la suffisance du travail dans le pays.

Premièrement, considérons le volume de travail. Le Maroc, comme beaucoup d'autres pays, suit une semaine de travail standard, mais il est important de noter l'impact des jours fériés et des pratiques culturelles sur ce volume. Les jours fériés officiels, y compris les fêtes religieuses telles que le Ramadan, l'Aïd el-Kébir, et l'Aïd el-Fitr, ainsi que les vacances d'été en août, réduisent le nombre de jours ouvrables. Pendant le Ramadan, par exemple, les heures de travail sont souvent réduites, ce qui peut affecter la productivité et le volume global du travail.

D'autre part, la productivité du travail, c'est-à-dire la qualité des heures travaillées par rapport au salaire, est également un facteur crucial. La productivité peut être influencée par divers facteurs tels que la formation, l'innovation, et l'efficacité des processus de travail. Dans une économie où le salaire ne correspond pas nécessairement à la productivité, des déséquilibres peuvent survenir, entraînant soit une surcompensation soit une sous-compensation des travailleurs.

La question de savoir si l'on travaille "suffisamment" au Maroc doit donc être abordée sous l'angle de ces deux dimensions :

volume et qualité. En ce qui concerne le volume, il est clair que les jours fériés et les pratiques culturelles réduisent le nombre d'heures de travail disponibles. Cela pourrait être perçu comme une limitation à la croissance économique, étant donné la corrélation entre le volume de travail et la croissance. Cependant, ces pratiques culturelles et ces jours fériés sont également essentiels pour le bien-être social et la préservation de l'identité culturelle, des facteurs qui, bien que moins quantifiables, contribuent à une société stable et cohésive.

En termes de qualité, la productivité au Maroc est un défi constant, comme dans de nombreux pays. L'investissement dans l'éducation et la formation, l'innovation technologique, et l'amélioration des conditions de travail sont essentiels pour augmenter la productivité. Il est important que les politiques publiques et les initiatives privées visent à améliorer ces aspects pour garantir que chaque heure de travail au Maroc soit aussi productive que possible.

En conclusion, la question de savoir si l'on travaille "suffisamment" au Maroc ne peut être réduite à une simple mesure du temps. Elle nécessite une approche holistique qui considère à la fois le volume de travail effectué et la qualité ou la productivité de ce travail. Alors que les jours fériés et les pratiques culturelles peuvent réduire le nombre total d'heures travaillées, ils sont vitaux pour le tissu social et culturel du pays. Parallèlement, des efforts continus pour améliorer la productivité du travail sont essentiels pour garantir que le Maroc puisse croître économiquement d'une manière qui bénéficie à tous ses citoyens.





Mercredi 3 Avril 2024

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.







Recherche






















Le bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail Web   , Application Mobile   , Magazine connecté   , e-Kiosque PDF  , Régies Arrissala
Menu collant à droite de la page