lodj
YouTube
Facebook
Instagram
Twitter
LinkedIn
Tiktok
Podcast
L'ODJ TV
Other







Le Conseil National de la Presse et le Club des magistrats réagissent à la résolution du Parlement Européen sur la liberté des médias au Maroc


Dans son communiqué, le Conseil national de la presse (CNP) rappelle que la condamnation des trois journalistes concernés par le vote du Parlement européens « n’a aucun lien avec leur métier« . Il dénonce également le fait que le texte voté par l’instance européenne généralise les propos « sur tous les journalistes« , et estime que les parlementaires se sont reposés sur des rapports provenant d’organisation ouvertement hostiles au Maroc, ignorant ainsi les différents rapports produits par les institutions marocaines. « Il n’est pas possible de rester silencieux face à cette dénigration intentionnée envers des institutions représentées par le peuple marocain«



Le Conseil National de la Presse et le Club des magistrats réagissent à la résolution du Parlement Européen sur la liberté des médias au Maroc
 "Le contenu de la résolution du Parlement européen révèle des jugements tout faits contre le Maroc. D’une part, il considère que tout ce qui est émis par son autorité judiciaire est corrompu ou injuste. D’autre part, ce même contenu repose sur des rapports d’organisations étrangères, et dénonce le recours des autorités marocaines à la justice espagnole, contre un journaliste originaire de ce pays qui prétendait avoir fait l’objet de d’espionnage électronique de la part du Maroc […], ce qui est vraiment surprenant, selon la logique des rédacteurs de la résolution et de ceux qui ont voté en sa faveur" .

Dans ce contexte, le CNP exprime sa grande surprise vis-à-vis de la méthodologie avec laquelle la résolution a traité les affaires portées devant la justice marocaine. Le texte « a adopté un point de vue unilatéral, qui a été promu par des organisations étrangères dont la crédibilité est contestée même par des parties européennes« . Aucune considération n’a été portée non plus aux personnes qui ont déposé ces plaintes qui n’ont pas été consultées, mais qui ont été considérés en tant que « complices« , poursuit le CNP.

« De même, le Parlement européen doit respecter le droit des plaignants à saisir la justice […] d’autant plus que les accusations de viol et d’agression sexuelle reçoivent une attention particulière de la part des instances et des pays européens. »

Le CNP s’étonne par ailleurs du timing choisi par le Parlement européen pour évoquer « des affaires qui remontent à 2021 et à début 2022« , alors que le Royaume vit une période stable qui ne nécessite aucune ingérence politique étrangère, que ce soit dans le respect des droits des journalistes ou des droits de l’Homme. Et d’ajouter qu’au Maroc « chaque camp défend acharnement ses positions, le journalisme critique les autorités et autres institutions et personnalités, et exige des réformes dans le cadre du débat national et dans un système de pluralisme d’opinion et de droit à la différence« .

« Et si le Parlement européen considère qu’il a le droit d’exercer cette ingérence flagrante et inacceptable, il continue d’ignorer explicitement les terribles abus contre les journalistes, contre la liberté de la presse et la liberté d’expression dans de nombreux autres pays, y compris en Afrique du Nord« .

Pour toutes ces raisons, le Conseil national de la presse considère que la résolution du Parlement européen n’a rien à voir avec les droits de l’Homme, mais représente une tentative désespérée de pression diplomatique sur le Maroc, pour servir un agenda géostratégique, au profit de certaines parties européennes, "encore nostalgiques de l’hégémonie et du passé révolu" .
 


Le Club des juges marocains annonce dans un communiqué son rejet absolu de toute forme d’ingérence dans la souveraineté judiciaire marocaine.

Le Conseil National de la Presse et le Club des magistrats réagissent à la résolution du Parlement Européen sur la liberté des médias au Maroc

Dans un communiqué, le Club des magistrats du Maroc exprime son rejet absolu de toute ingérence externe dans les affaires judiciaires du Maroc, faisant référence à la récente résolution du Parlement européen. Le bureau exécutif du Club a en effet tenu, ce vendredi, une réunion d’urgence pour discuter de la résolution votée le jeudi 19 janvier, dont le contenu critique la situation des droits de l’homme au Maroc, et est sorti avec les annonces suivantes :

1- Son rejet absolu des diverses formes d’ingérence dans la souveraineté judiciaire marocaine, ainsi que de toutes les tentatives d’influencer les décisions de la justice, qu’elles soient internes ou externes […]

2- La justice marocaine est la seule institution constitutionnellement habilitée, conformément à l’article 117 de la Constitution, à protéger les droits, les libertés et la sécurité judiciaire des individus et des groupes.

A cet égard, le Club exprime sa dénonciation et sa condamnation de l’atteinte aux institutions judiciaires marocaines dans la résolution adoptée par le Parlement européen, et considère qu’il s’agit d’une ingérence flagrante dans l’autorité judiciaire du Royaume du Maroc, et d’une atteinte à sa souveraineté.

3- Le Club confirme son adhésion aux valeurs et principes constitutionnels relatifs aux droits et libertés fondamentaux, notamment : la liberté de pensée, d’expression, d’opinion et de la presse.


Samedi 21 Janvier 2023



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 6 Février 2023 - 11:18 Séismes meurtriers en Turquie et en Syrie

L'ODJ Lifestyle | Les Chroniques Radio | Breaking news | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Room | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Quartier libre | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | L'ODJ Stories



Magazine créé avec Madmagz.

























Revue de presse