Le Maroc doit également "se facher" contre la taxe carbone


La taxe carbone sera payée en 2026, et on ne voit pas comment nos industries à l'export vers l'Europe, vont pouvoir se decarboner en deux ans et demi.



Écouter le podcast de cet article :


Par Dr Said GUEMRADr Energy Transition Operator

La taxe carbone aux frontières de l'Europe est discriminatoire, c'est effectivement un transfert du coût climat aux pays en développement, qui n'ont presque aucune responsabilité en matière de dégradation du climat.

L'Afrique avec ses 4% d'émissions monde, est loin d'être la source des problèmes climatiques. Le Maroc est cité parmi les huit pays africains qui seront les plus touchés par cette taxe, et la position de l'Afrique du Sud est à saluer, dans la mesure où ce pays a réagi fermement auprès de l'union européenne...Le Maroc doit également se fâcher contre cette taxe injuste.

En application du principe universel du pollueur payeur, il était question de consacrer une enveloppe annuelle de 100 MM$, pour aider les pays en développement à s'engager dans la decarbonation de leurs économies, à ce jour, aucun projet de decarbonation n'a été aidé par ce fonds virtuel.

Le cadre réglementaire ne permet pas aux entreprises marocaines de se decarboner facilement, au mieux, les entreprises industrielles sont à 15/20% comme taux de decarbonation de l'énergie électrique, suite à l'installation sur site de plaques photovoltaiques. Elles sont dans l'impossibilité d'acheter de l'électricité renouvelable en hors site par manque du décret d'application (article 26, loi 13/09): achat en moyenne tension d'une électricité produite en haute tension...sans compter l'énergie thermique industrielle qui doit également être décarbonée.

La taxe carbone sera payée en 2026, et on ne voit pas comment nos industries à l'export vers l'Europe, vont pouvoir se decarboner en deux ans et demi.

Il est impératif de négocier la réciprocité de la taxe carbone qui doit s'appliquer aux marchandises en provenance de l'Europe, aux mêmes taux appliqués par l'Europe, dans le cadre du Mécanisme d'Ajustement Carbone aux Frontières, et hors quotas CO2 gratuits, pour alimenter un fonds de transition énergétique marocain afin d'aider à la decarbonation des entreprises exportatrices.

Il serait très injuste que les exportations marocaines payent une taxe carbone, aux frontières de l'Europe, et pas l'inverse.

Si le principe des quotas gratuits attribuées aux entreprises européennes persiste après 2026, le Maroc doit également doter les entreprises à l'export de quotas gratuits.

Un délai supplémentaire d'application de la taxe carbone, de quatre ans, doit être demandé : 2030, afin de permettre aux entreprises marocaines d'avancer dans leur processus de decarbonation....si le cadre réglementaire le permet dans un avenir proche.



Samedi 22 Juillet 2023

Lu 408 fois

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Septembre 2023 - 10:54 En mémoire de Mme Aïcha Khattabi

Chroniqueurs invités | Experts invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




















Revue de presse







Menu collant à droite de la page