Menu
lodj lodj
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
search





Le Maroc sort de la liste grise de l’UE pour entrer dans celle du Gafi


En trois jours, entre les 22 et 25 février, les Marocains se sont félicités, puis affectés, de sortir de la liste grise des paradis fiscaux de l’Union européenne, pour figurer juste après sur celle du Groupe d'action financière. Adapter continuellement la législation aux normes de cette organisation intergouvernementale est indispensable pour préserver la crédibilité du système financier.



Efforts et sacrifices

Le Maroc a consenti de grands efforts pour sortir de la liste grise de l’Union européenne, sur laquelle il figurait depuis 2017. Il a réformé les régimes fiscaux qui posaient problème, dont ceux de Casablanca Finance City et des zones industrielles, avec toute la perte d’avantages compétitifs que cela entraîne.

Ces sacrifices n’ont pas été au goût de plusieurs opérateurs économiques marocains, dont les exportateurs, mais il fallait bien faire contre mauvaise fortune bon cœur pour sortir de la fameuse liste grise de l’UE.

Aussi, quand c’est enfin arrivé, le 22 février, c’était autant un grand soulagement qu’un réel motif de satisfaction. Le Maroc ne cesse de prouver à la communauté internationale que c’est un bon élève.

Sous-surveillance

La joie n’a pas été de longue durée. Le 25 février, les Marocains ont dû déchanter. Cette fois, c’est le Gafi qui a placé le Maroc sur sa liste grise de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (LCB/FT).

Sur quarante critères à remplir, le Maroc est « conforme » à deux, « largement conforme » à dix, « partiellement conforme » à vingt-quatre et « non-conforme » à quatre. 

C’était suffisant pour que le Gafi, qui publie trois fois par an deux listes, celle des pays à « haut risque » (actuellement l’Iran et la Corée du Nord) et ceux « sous-surveillance », estime que le Maroc devait être inscrit dans la seconde catégorie.


Mise en conformité

Le Maroc, ainsi placé sous « procédure de suivi », dispose de deux ans pour mettre sa législation en conformité avec les recommandations LCB/FT et prouver l’efficacité des mécanismes mis en place. 

En l’absence de progrès dans la mise en œuvre des recommandations, au terme de cette période, le Maroc risque de passer sous « procédure de suivi renforcé ».

Dans un article publié sur le site de l’Observatoire de lutte anti-blanchiment et contre le financement du terrorisme, portant sur le fonctionnement des listes grises et noires du Gafi, l’auteure, Marie Djedri, indique que « chaque année, de nouveaux pays sont ajoutés à la liste, alors que le nombre de pays qui en est retiré reste très faible. 

En clair, il est plus facile pour un pays de figurer sur cette liste que d’y être retiré ».


Géopolitique

Pour Marie Djedri, « les défaillances dans le dispositif national de LBC/FT ne sont pas les seuls facteurs justifiant le maintien de certains pays sur ces listes ». 

Mais considérations géopolitiques ou pas, gare aux pays qui ne se conforment pas aux normes « non-impératives » du Gafi. L’accès aux marchés financiers internationaux en sera plus difficile et coûteux et son attractivité amoindrie à l’international.

Par Ahmed NAJI





Ahmed Naji
Journaliste par passion, donner du relief à l'information est mon chemin de croix. En savoir plus sur cet auteur
Dimanche 28 Février 2021