Menu



Le Mur de mon Maroc




Par El Montacir Bensaid

Je voulais sauter le mur de mon Maroc pour aller voir ailleurs mais, finalement, je me résous à rester ici.

Le mur que je vais sauter est celui de FB pour aller prêcher la bonne parole, là où on m’attend le moins.

Avant d’aller plus loin et pour que les esprits chagrins se calment, m’oublient ou me fassent l’honneur de ne pas me lire, je déclare que j’aime mon Maroc que je suis un patriote issu d’une lignée  de patriotes et de nationalistes.

Ceci dit, toute équivoque étant levée et parce que qui aime bien châtie bien, je dois dénoncer les dysfonctionnements flagrants d’une société qui se croit moderne.

Nous importons des logiciels, des applications, via une technologie en perpétuel mouvement et qui se développe à grande vitesse.

Nous sommes, parait-il, les plus grands consommateurs de réseaux sociaux.

Nous avons lancé de grandes opérations de dématérialisations de nos démarches administratives et de créations de plateformes virtuelles.

Alors pourquoi ça ne marche pas ? 

Parce qu’il y a la pétillance maghrébine !

Les informaticiens qui font l’architecture de ces plateformes sont probablement compétents, la preuve en ait qu’ils réussissent très bien en Europe et aux USA, mais, ici, ils sont sous les ordres de décideurs, incompétents, qui croient que la dématérialisation c’est tout simplement scanner de plus en plus de documents, en somme, mettre  dans nos pc les labyrinthes des bureaux administratifs, les avatars des fonctionnaires toujours en retard ou absents et les papiers cachetés, timbrés, signés, légalisés…

On nous parle de nouveau modèle de développement ! J’ai besoin d’un petit guili guili , qu’on me chatouille pour que je puisse rire tout mon saoul.

On développe quoi ? Avec qui ? Avec quels moyens ?

Dans certains services communaux il y a un ou deux pc, du siècle dernier, pour prendre en charge sur la plateforme Rokhas appelée aussi : « Sidi lfil khassou fila », des projets d’investissements de plusieurs milliards.

Quand un projet a passé toutes les étapes, pendant un chemin de croix, de 6 mois à un an au moins, qu’il a reçu l’avis favorable de toutes les instances et que le président de la commune refuse de signer pour les raisons que nous savons tous, pourquoi l’autorité de l’Etat ne s’impose-t-elle pas ?

Nous avons acquis les radars les plus sophistiqués mais le nombre d’accidents ne diminuent pas, pourquoi ?

Parce que les radars, toujours fidèles à la pétillance maghrébine,ne sont pas placés sur les tronçons routiers les plus dangereux mais les plus juteux, là où on peut, caché dans un buisson, ou derrière un arbre, piéger les gogos motorisés.

Tout m’énerve, je me demande si les patrons de certaines boîtes, les grands commis de l’Etat et un grand nombre de responsable, ne se lèvent pas parfois le matin en se disant :
 Qu’est-ce que je vais bien pouvoir inventer  pour rendre la vie dure à mes concitoyens,

Alors il y a celui qui décrète qu’il ne reçoit plus personne en dehors du jeudi entre 11h et 11h45.

Celui qui promet de répondre à nos courriers les années bissextiles.

Il y a les spécialistes de la paperasse, les documents qui dépassent 3 mois à jeter à la poubelle, alors qu’il est très simple, via nos plateformes informatiques, Hhhhh ! Pardon je ne peux pas m’en empêcher, de vérifier la validité du document.

Nous avons aussi les impunis, tels Maroc télécom, Inwi, Rédal…

Ils font ce qu’ils veulent et décident ce qu’ils veulent.

Tiens, il y a un petit malin d’Inwi, toujours avec l’intention,voir plus haut, d’enquiquiner les gens, qui a décidé qu’on ne peut s’abonner qu’à deux box wifi, résultat, j’en ai un dans mon bureau, l’autre chez moi à Rabat mais pour le 3ème dans mon modeste pied à terre à Marrakech, il est au nom de ma femme de ménage.

Non, non, il faut que je prenne mon bâton de pèlerin et que j’aille crier sur tous les toits nos défaillances, nos tâtonnements, notre manque de professionnalisme dans tous les domaines et par cela j’entends :

La formation, l’enseignement, les règlementations, les lois, la justice sociale, la représentation politique, les médias, les horreurs télévisées sur nos chaînes nationales, les prestataires de services, les banques, l’accueil et le traitement dans nos hôpitaux et cliniques, la qualité des produits alimentaires, le contrôle des prix, les abus en terme d’impôts et de taxations diverses, l’aménagement du territoire et les plans d’urbanisme, l’inexistence de structures de recours efficaces, l’état de nos mers, rivières et forêts, la pollution de notre environnement…

Je pourrai écrire des centaines de pages là-dessus, un véritable Atlas de nos errements mais personne n’écoute, soit par faiblesse, lâcheté ou passivité chronique et les réponses sont souvent les mêmes :
Laisse tomber, c’est comme ça !

Tu exagères, ce n’est pas aussi noir ni aussi grave ! Ça en général c’est un réponse de rentier ou de retraité avec une très bonne pension voire un riche héritier. 

Pourvu qu’on nous écoute un jour !!!

Rédigé par El Montacir Bensaid

Ps: Pour la télé marocaine, regardez une seule et unique fois, un épisode caméra cachée,vous seriez fixés sur ma navrance)



Jeudi 21 Avril 2022


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Juin 2022 - 13:01 Le "Nouveau monde"

Samedi 18 Juin 2022 - 01:13 I am her

Coup de cœur | Chroniqueurs invités



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.