Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Le prochain gouvernement et les attentes des citoyens


Les élections du 8 septembre se sont déroulées, de l’avis de la majorité des participants et des différents observateurs à la fois nationaux et internationaux, dans des conditions relativement acceptables et saines. A l’issue de chaque consultation, et c’est la règle, on trouve des perdants et des gagnants. Et forcément, les premiers n’ont pas la même appréciation que les seconds.



Par Abdeslam Seddiki.

C’est ce qu’on relève à la suite de certains communiqués publiés jusqu’à présent par les formations politiques  en lice.  En termes de sièges obtenus au niveau de la Chambre des Représentants, les gagnants, à différents degrés,  sont au nombre de cinq : le RNI, le PI, l’USFP,  le PPS  et dans une moindre mesure le PAM.  

Les stagnants sont constitués par le MP et l’UC. Le grand perdant de ces consultations est sans conteste le PJD qui a subi un effondrement quasi-total ayant vu  le nombre de sièges  dégringoler de 125 en 2016 à seulement 13 en 2021, soit un chiffre qui ne lui permet même pas d’avoir un groupe parlementaire. 

On peut disserter à souhait sur les résultats de ces élections qui ont concerné, pour la première fois, les législatives, les communales et les régionales. Les différents partis politiques sont encore engagés dans les tractations   portant soit sur la formation du gouvernement, soit sur la constitution des bureaux des conseils communaux et régionaux. Ce n’est qu’une fois  le processus  achevé, et toutes les statistiques  sur les élections publiées, que l’on pourrait procéder à une évaluation d’ensemble et à une analyse fouillée.

Pour l’heure, tous les regards sont braqués  sur le siège central du RNI là où le Chef du Gouvernement désigné, Mr Aziz Akhannouche,  mène  ses consultations pour former sa majorité avant de passer à l’étape ultime qui consiste à répartir les portefeuilles sur les partis de la prochaine majorité et à élaborer le programme gouvernemental. 

Après un premier round  de consultations, Il semble que le contour du  prochain gouvernement se précise : il regrouperait  à  côté du RNI,  arrivé en tête, les deux autres partis arrivés respectivement  deuxième et troisième à savoir le PAM et le RNI.  Avec une telle composition, le gouvernement disposera d’une majorité confortable de 270 voix sur un total de 395 sièges, soit plus des deux tiers  des membres du parlement (68,3%). Face à une telle majorité qui se veut  « forte et homogène »,  à l’image du gouvernement  qu’elle soutient, on aura une opposition  formée d’une mosaïque de partis aux sensibilités opposées rendant toute coordination pratiquement impossible, sauf à faire émerger des blocs homogènes.

Dans cette hypothèse, on aurait trois blocs d’opposition : un bloc formé autour des partis de gauche, un deuxième autour des partis libéraux et conservateurs qui pourraient opter pour le soutien au gouvernement sans y être,  et le groupement  du PJD qui fera vraisemblablement jeu à part, en  attendant qu’il se remette de sa défaite pour voir clair et  procéder aux clarifications nécessaires qui le repositionneraient sur la scène politique.

Bien sûr, une telle  configuration de l’hémicycle n’est pas sans poser des interrogations sur la viabilité de l’exercice démocratique. En effet, une démocratie ne peut fonctionner correctement que  par l’existence d’un équilibre entre la majorité et l’opposition. Tel ne semble pas être le cas selon l’architecture envisagée.  Par conséquent, le risque est grand de voir la démocratie  virer vers un certain autoritarisme que d’aucuns  désignent par un vocable qui a fait son entrée dans le dictionnaire à savoir « la démocrature » !  (contraction de  démocratie et de dictature).

D’ailleurs,  on a vu comment le communiqué publié par  les   trois premiers partis  au sujet de la formation des majorités des collectivités territoriales, a  bloqué, sauf  de rares exceptions,   les autres partis d’accéder aux postes de responsabilité. Par un tel comportement qui relève d’un esprit hégémonique,  faisant jouer la seule majorité arithmétique,   on a éliminé des compétences  qui seraient d’une grande utilité   pour la collectivité concernée  et  le pays dans son ensemble.  Ce calcul courtermiste ne fait que sacrifier l’intérêt général pour assouvir des appétits  catégoriels et égoïstes.

Nous attendons maintenant la suite : connaitre le programme du futur gouvernement et les noms de ceux et celles qui seront chargés de sa mise en œuvre.  A en croire le Chef du Gouvernement désigné, le gouvernement sera formé  par des partis proches et dont les programmes électoraux respectifs se croisent. Soit. En procédant à une « lecture croisée » des programmes électoraux  des  trois partis censés former la prochaine majorité,  on trouve effectivement beaucoup de points de convergence.

Mais il y a aussi des appréciations et des propositions différentes sur lesquelles les différentes composantes doivent engager un débat afin de dégager des positions consensuelles.  A moins que ces partis préfèrent passer sous silence ces divergences portant dans certains cas sur des questions stratégiques et d’une grande sensibilité politique. Auquel cas, ils n’auront pas respecté une partie de leurs engagements vis-à-vis des électeurs.  Ce qui  ne serait pas de nature à réconcilier le citoyen avec le politique.

En tout état de cause, et eu égard au fait que les points de convergence l’emportent largement  sur les points de divergence, il faut s’attendre à  un bouclage  du programme gouvernemental dans un laps de temps relativement  court, d’autant plus qu’une grande partie des chantiers qui seront retenus sont déjà en cours, dont notamment la généralisation  de la protection sociale, la réforme des EEP ( entreprises et établissements publics), la poursuite de la mise en œuvre de la loi-cadre sur l’éducation, la mise en œuvre progressive de la loi-cadre sur la fiscalité.

Cependant, le prochain exécutif n’aura pas la tâche facile face aux attentes des citoyens dans un environnement économique qui est loin de retrouver la normale. En outre, certaines réformes inévitables et risquées socialement doivent être lancées sans tarder : c’est le cas de la réforme des retraites et de  la réforme de la caisse de compensation pour ne citer que ces deux.

Mais là où le prochain exécutif sera attendu et suivi de près, c’est justement là où le gouvernement sortant a brillé par son inaction  face aux urgences et son hésitation à traiter les  problèmes posés  dans la clarté et à communiquer suffisamment et en temps opportun avec le peuple pour le rassurer et lui ouvrir des perspectives.  

La phase historique que nous vivons  est pleine d’incertitudes et de risques. Le gouvernement doit être capable d’y faire face en permanence sans se détourner des objectifs que le NMD  s’est fixé à l’horizon 2035.

Pour l’ensemble de ces raisons,  nous ne pouvons que souhaiter plein succès au  Chef du Gouvernement et à son équipe. Dans l’intérêt bien compris de notre peuple et pour la grandeur   de notre pays.

Abdeslam Seddiki. 



Mardi 21 Septembre 2021


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Mai 2022 - 22:16 Dieu est plus Clément que ses serviteurs

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 

Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html














L’ODJ : Invitation à collaboration & contribution


Chèr Monsieur, Chère Madame

Je suis le Web Master de L'ODJ Média,

j’ai le plaisir de superviser le nouveau média “L’ODJ” pour le groupe de presse Arrissala 
 

L’ODJ est un bouquet de publication en format presse numérique : (7)
 

Nous lire : Portail Web   & Magazine mensuel

Nous écouter : Web Radio   & Portail Radio   & APP Mobile

Nous voir : Web TV    & Portail vidéos replay   & Youtube

Nous suivre : Instagram   / FaceBook    / TiK To  K / Linkedin   / Twitter

 

“L’ODJ” c'est quoi ?: « L’opinion des jeunes » de 7 à 77 ans 

 

L’esprit : Faire revivre l’esprit de l’Opinion Des Jeunes, sans nostalgie aucune, ni c'était mieux avant,  mais bien pour la nouvelle génération connectée avide de plus de liberté responsable, de changement durable, d'horizon positif, d'avenir partagé, d'ouverture soutenue et de culture sans modération.
 

Le Bouquet L'ODJ n'est pas un simple canal d'actualités ou d'informations en continu, mais un bouquet multimédia et multi-canal pour du contenu à l’ordre du jour.

 

Contenu : À travers des articles, des podcasts, des vidéos, des émissions Web TV, notre couverture médiatique cible des thématiques qui intéressent la jeunesse marocaine (Bien être, Santé, Culture, Environnement, Digital, Economie, Politique, Sport, Lifestyle, Musiques  .....), sans pour autant être dans l'information éphémère ni soumis à la dictature de l'actualité immédiate.

 

Soit, une actualité durable qui ne suit d'autre ligne que la volonté d'éclairer et d'approfondir les enjeux d'un monde, devenu plus complexe et parfois difficilement compréhensible.
 

L’ouverture (liberté et responsabilité): Le challenge et la réussite du projet restent, avant tout, l’ouverture vers les internautes (propositions en ligne), des partenariats Win Win, et des chroniqueurs invités à travers essentiellement trois rubriques :
 

Quartier libre : https://www.lodj.ma/Quartier-libre_r4.html   
 

Chroniqueurs invités : https://www.lodj.ma/Chroniqueurs-invites_r20.html   
 

Coup de cœur : https://www.lodj.ma/Coup-de-coeur_r11.html  



Partager ce site