L'ODJ Média




Le trou de mémoire du Boucher de Gaza, en fait le nouvel héros national algérien


Par Aziza Benkirane



A lire ou à écouter en podcast :


L’espace d’un soir, une réaction épidermique algérienne a transformé le boucher de Gaza, Benyamin Netanyahou, dès la fin de son discours sur LCI, en héros national algérien pour avoir brandi une carte du Maroc sans son Sahara.

Oublié le slogan « Avec la Palestine, victime ou bourreau » ! C’était juste une stratégie pour combattre le Maroc.
 
On pourrait avoir envie de remercier Netanyahou - s’il n’était pas l’assassin notoire que l’on sait - pour avoir détruit en un discours émaillé de mensonges, une rhétorique bien huilée depuis 49 ans : le parallèle constamment fait par l’Algérie entre l’affaire palestinienne et la question du Sahara marocain. 
 
Aujourd’hui, s’il y a un parallèle utile à faire, pour mettre en lumière des problèmes fondamentaux, en matière de droit de l’homme et justice sociale, c’est entre le pouvoir bipolaire ultra militaire algérien, et celui schizophrène ultra suprématiste religieux de Netanyahou. Il existe des similitudes certaines dans les politiques de conflit, et les actions de répression et de privations inhumaines que mènent les deux pays.
 
Ici, en Algérie, on nie l’existence des sahraouis marocains, là-bas en Israël, on nie l’existence d’un peuple palestinien.
Le pouvoir algérien a classé le MAK, comme une organisation terroriste, et considère tous les kabyles comme des terroristes.

Le pouvoir en Israël a classé le Hamas comme une organisation terroriste, et considère tous les palestiniens comme des terroristes potentiels
 
Ici, en Algérie, on emprisonne des sahraouis dans l’archipel des camps de Tindouf, là-bas, en Israël on emprisonne les palestiniens dans la bande de Gaza. 
Ici on tue les jet skieurs qui se perdent en mer, et on brûle les orpailleurs amateurs dans le désert …, là-bas on concentre les gazaouis au sud pour les tuer en masse plus facilement, et on les brûle à Rafah. 
Ici on prive d’eau et de nourriture les « réfugiés », là-bas on affame et assoiffe les gazaouis qu’on a obligé au déplacement.
Ici on ne fournit pas les soins de base, là-bas on empêche les soins en détruisant les hôpitaux.
Les 2 pays ont créé des conflits qui s’éternisent, qui empoisonnent les relations internationales, et n’acceptent aucune solution pacifique. 
Ils énoncent des contre-vérités pour s’accaparer des terres qui ne leur appartiennent pas. 
Ils poursuivent des rêves chimériques. Ici ils veulent réaliser le rêve colonial de donner à l’hexagone africain un accès à l’océan. Là-bas celui de reconstituer le grand Israël, en effaçant la filiation historique avec Abraham. 
 
L’Algérie nouvelle est bloquée en 1976, au temps de Boumédiane – alias Boukharouba. L’Israël de Netanyahou – alias Mileikowsky - bloquée au retour à Sion. C’est à se demander qui s’inspire de l’autre. 
 

Par Aziza Benkirane




Lundi 3 Juin 2024

Experts invités | Coup de cœur | Quartier libre | Replay vidéo & podcast outdoor



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse