Menu

Le vaccin chinois ‘made in Maroc’


Produire des vaccins anti-covid localement et en commercialiser sur le marché africain est l’excellente initiative promue par le Roi. Avec l’ambition affichée de faire du Maroc une plateforme biotechnologique sur le continent.



break_time500msle_vaccin1625594815.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (829.41 Ko)

Cela faisait déjà quelques temps que les médias bruissaient de rumeurs sur des tractations discrètes menées par le Maroc pour faire produire du vaccin anti-covid localement.

Le 5 juin, une cérémonie de signature de trois conventions pour la production du vaccin chinois Sinopharm est présidée à Fès par le Souverain, l’instant étant effectivement solennel.

C’est une décision stratégique sur plus d’un plan, qui ne pèse pas moins de 500 millions de dollars.

Il n’a été, toutefois, pas indiqué à quelle date le Maroc va commencer à produire les cinq millions de doses de vaccin mensuelles.

Sécuriser l’approvisionnement

Il est question, en premier lieu, de garantir l’autosuffisance du Maroc en doses de vaccin anti-covid, sachant toutes les difficultés qu’il y a actuellement à s’en procurer. Il s’agit, également, de se projeter dans l’avenir et de se préparer à faire face à toute éventualité.

Comme tout virus, le Srars-Cov2 ne va pas arrêter de muter. Il a, jusqu’à présent, généré des variants plus contagieux l’un que l’autre.

Disposer d’une capacité de production de vaccin est une assurance contre de possibles mauvaises surprises.

Par la même occasion, l’industrie pharmaceutique marocaine va se doter d’outils technologiques ‘Fill and finish’, portant sur le remplissage des flacons de vaccin jusqu’à la finition du produit.

C’est généralement à ce niveau que la production de doses de vaccin a buté au niveau mondial, les capacités installées ne suffisant à répondre assez rapidement à l’explosion de la demande suite à la pandémie.

Champion d’Afrique

En se positionnant dès à présent comme fournisseur potentiel de doses de vaccin anti-covid en Afrique, le Maroc renforce, par ailleurs, son image auprès des peuples africains, laissés pour compte dans la course actuelle aux doses de vaccin que se livrent tous les pays du monde, et anticipe la croissance du marché continental du médicament.

Le 1er janvier 2021 est entré en vigueur l’accord portant création de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), soit un marché de 1,376 milliard d’individus.

Si l’on tient compte de la solvabilité de la demande, ce chiffre est sûrement beaucoup plus réduit.

Mais comme l’Afrique est le dernier continent sur Terre qui connaît une croissance démographique, la classe moyenne africaine est, de toute manière, appelée à s’accroître.


Le lion et le dragon

Le fait que la Chine accepte d’accorder au Maroc le droit de fabriquer localement et d’écouler en Afrique l’un des vaccins anti-covid qu’elle a développé est aussi porteur d’un important message.

Le centenaire et ultra-pragmatique Parti communiste chinois voit en le Maroc un digne partenaire stratégique à l’échelle du continent.

Si l’on rapproche cet évènement d’un autre, tout aussi récent et concernant les capacités productives du pays, le Roi a approuvé, le 28 juillet, deux décrets portant création d’une industrie militaire nationale.

Fructueux équilibrisme

Là encore, il s’agit de couvrir les besoins en certains équipements, armes et munitions des Forces Armées Royales, mais pareillement de cibler le marché africain. Sauf que le partenaire, à ce sujet, ce sont plutôt les Etats-Unis.

Que ce soit la pharmacie ou l’armement, il s’agit là de deux secteurs d’une très haute importance stratégique et fortement concurrentiels, ne serait-ce que par les immenses chiffres d’affaires qu’ils brassent à l’échelle mondiale.

Quand la première puissance militaire de la planète, les Etats-Unis, et la première puissance économique par parité de pouvoir d’achat, la Chine, qui s’opposent pourtant sur plusieurs sujets, soutiennent tous deux le développement de l’outil industriel et technologique du Maroc, nul doute qu’ils voient en lui un partenaire de choix sur le continent.





Ahmed Naji
Journaliste par passion, donner du relief à l'information est mon chemin de croix. En savoir plus sur cet auteur
Mardi 6 Juillet 2021

Dans la même rubrique :
< >