Les Beaux jours...




Écouter le podcast en entier :


Par El Montacir Bensaid

Les beaux jours sont de retour, les Bencouscous aussi.

Leurs parasols s'épanouissent sur la plage de Skhirate, tels des fleurs sauvages aux appellations exotiques:
Coca-cola, Orangina, Inwi, Sidi-Ali.

Il y avait même une rareté, aujourd'hui, Al Omrane.

J'ai repéré aussi une fleur, pas de chez nous, elle était rouge avec des pétales sur lesquels figuraient des bus londoniens.

Sûrement, une plante introduite clandestinement par un Bencouscous d'importation.

La Bencouscousserie ne relève pas seulement de l'apparence, c'est une attitude, une philosophie de vie, "A way of life".

Il faut se rendre à la plage en véhicule utilitaire genre pick-up, Kangoo, triporteur et transporter au moins sept personnes et autant de chaises en plastique.

Le Bencouscous n'est pas méchant, il ne cherche pas à nuire, il vit bruyamment, mange tout son saoul, fait la sieste, occupe une grande surface sur la sable où il a planté sa guitoune. 

Il pollue un max mais il ne le sait pas car on ne lui a jamais dit.

Il trouve normal de ponctuer son environnement immédiat de déchets de toutes sortes, arêtes de poissons, morceaux de pain, pelures de fruits, tranches de pastèque, bouteilles en plastique.

Il encourage sa femme à enterrer les couches de bébé à ses pieds.

Son enfant peut allègrement uriner, la quequette à l'air, entre les parasols.

Le Bencouscous estime que les nuisances sonores qu'il impose à ses voisins leurs font du bien, qu'ils apprécient d'écouter ses cheikhates préférées s'egosillant, forts décibels à l'appui.

Il pense que ses conversations privées, au téléphone  sont passionnantes et que les estivants présents dans un périmètre d'une vingtaine de mètres, sont sous le charme de la description minutieuse de sa diarrhée après l'absorption d'une quantité invraisemblable de Boulfaf.

La Bencouscousserie est devenue une marque de fabrique sur nos plages.

Ceux qui ne sont pas dans la mouvance Bencouscoussienne se font tout petits sur leurs serviettes, essayant tant bien que mal de cohabiter de juin à septembre. 

Je prends mon mal en patience, j'irai nager au mois d'octobre quand les Bencouscous repartiront chez eux pour que leur progéniture reprenne le chemin des écoles où on lui apprend rien du tout.
 
Rédigé par El Montacir Bensaid



Mardi 12 Juillet 2022


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2022 - 00:58 L'arroseur, arrosé

Samedi 26 Novembre 2022 - 12:12 A la femme et l’homme que nous sommes

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.