Menu

Les appréciations 2020 de Bank Al Maghrib


En application de l’article 50 de la loi n° 40-17 portant statut de Bank Al-Maghrib , le Wali Bank Al-Maghrib vient de présenter au Souverain le Rapport annuel de la Banque centrale sur la situation économique, monétaire et financière au titre de l’année 2020, soixante-deuxième exercice de l’Institut d’émission.



Après avoir livré les chiffres afférents à l’exercice 2020 et passé en revue les tenants et les aboutissants de tout ce qui avait été entrepris pour atténuer en termes de financement et de refinancement, l’impact économique de la pandémie ayant prévalu le long de cette année soldée par la pire des recessions, M. Abdellatif Jouahri aborde ce qui reste à entreprendre et les prérequis nécessaires à la mobilisation de l’ensemble des parties prenantes pour faire aux multiples répercussions de la pandémie , en atténuer ses effets, quitte à en faire une opportunité à même d’enclencher un nouvel élan dans la perspective d’une croissance voulue forte, durable et inclusive .

Impulsion

Aussi, met-il l’accent, en ce sens, sur l’opérationnalisation du Fonds Mohammed VI pour l’investissement, le recours plus conséquent aux partenariats public-privé, en plus de la mise en œuvre du plan de relance de 120 milliards de dirhams et l’impulsion qui en découle, en termes d’investissement et de création d’opportunités d’emploi.

Pour M. Jouahri, « les nombreux chantiers en cours, dont plusieurs sont lancés suite à des instructions royales, contribuent à cette reprise et à accélérer le rythme de croissance à plus long terme » et que  le grand défi, aujourd’hui, est de réussir leur mise en œuvre de façon harmonieuse et dans les délais prévus.


Priorités

Pour le Wali de la Banque centrale, la reforme du système éducatif, le chantier de la régionalisation avancée, la reforme du secteur public, l’application rigoureuse de la loi relative à l’instance chargée de la lutte contre la corruption, la lutte conte un certain nombre de pratiques dont la concurrence déloyale, l’évasion fiscale, les subventions publiques non-rentables sont autant d’initiatives à ériger en priorités absolues.

Toujours est-il que de l’avis du Wali de Bank Al-Maghrib, « le chantier qui sera l’un des plus déterminants dans l’ère post-Covid est celui de la généralisation de la protection sociale que Sa Majesté a annoncé dans son discours du Trône en 2020. De par ses effets prévus notamment sur les niveaux de vie, la cohésion sociale et l’intégration des activités informelles, il devrait permettre au Maroc de réaliser un saut qualitatif en matière de développement humain, mais également en termes de compétitivité et de croissance.
Pour cela, la mobilisation de tout un chacun est requise pour assurer sa réussite dans les délais prévus ».

Préalables

Et c’est d’ailleurs cette même mobilisation de l’ensemble des ressources et des capacités dont le Maroc dispose qui est requise pour justement déployer ou faire aboutir l’ensemble des en cours.
Une mobilisation qui, aux yeux du Wali de la Banque centrale, est conditionnée par un certain nombre de préalables dont une élite dotée du leadership nécessaire en plus d’une contribution effective de toutes les parties prenantes dans le cadre d’une gouvernance transparente consacrant méritocratie et compétence.
 
Cliquer ci-joint pour consulter le rapport annuel de Bank Al Maghrib
https://www.bkam.ma/





Noureddine Batije
Noureddine BATIJE est un journaliste spécialiste en investigation journalistique et traitement de... En savoir plus sur cet auteur
Lundi 2 Août 2021

Dans la même rubrique :
< >