lodj
YouTube
Facebook
Instagram
Twitter
LinkedIn
Tiktok
Podcast
L'ODJ TV
Other







Les stocks mondiaux de riz pourraient atteindre en 2022/2023 leur plus bas niveau


Depuis près d’une décennie, les prix mondiaux du riz ont été relativement stables. Cette accalmie favorable à la sécurité alimentaire est remise en cause depuis quelques mois sur fond de restrictions commerciales et de récolte mondiale en baisse.



Selon L'agence Ecofin

Les stocks mondiaux de riz pourraient atteindre en 2022/2023 leur plus bas niveau

Dans son dernier rapport pour le mois d’octobre, le Département américain de l’agriculture (USDA) indique que les stocks mondiaux de riz devraient atteindre 171,2 millions de tonnes durant ladite saison. Il s’agirait du niveau le plus faible depuis la saison 2018/2019 (177 millions de tonnes) et du deuxième plus bas en 5 ans après le volume de 163,7 millions de tonnes enregistré en 2017/2018.
 

Ces estimations de l’agence américaine tiennent d’abord à une baisse anticipée de la production de riz blanchi à 505 millions de tonnes en 2022/2023 contre 515,5 millions de tonnes. Cette contraction serait un coup d’arrêt de l’appareil mondial de production qui connaissait une croissance annuelle depuis la saison 2016/2017.   
 

A l’origine de ces prévisions, des conditions météorologiques qui devraient affecter l’offre au niveau de plusieurs poids lourds de la filière. Ainsi, en Chine, premier producteur mondial, la hausse des températures et la sécheresse pourraient faire chuter l’offre de riz blanchi de 1,3 % à 147 millions de tonnes alors qu’en Inde, la succession du temps sec et des fortes pluies de la mousson devrait faire passer la récolte à 124 millions de tonnes contre 130 millions un an plus tôt.
 

Le Bangladesh, les Philippines et le Pakistan, respectivement 3ème, 8ème et 9ème producteurs mondiaux devraient également enregistrer des baisses de leur production en raison de perturbations climatiques.
 

Selon les observateurs, la baisse des stocks devrait ajouter plus de tensions sur un marché mondial qui souffre déjà des interdictions d’exportation de riz brisé et des restrictions commerciales sur certaines variétés non basmati, imposées en septembre dernier par l’Inde, le plus grand exportateur de riz au monde.
 

Déjà en septembre dernier, l’indice mondial des prix du riz de la FAO a grimpé de 2,2 % pour atteindre son plus haut niveau depuis 18 mois.     
 

S’il est vrai que d’autres fournisseurs majeurs comme le Vietnam et la Thaïlande pourraient connaître une embellie de leur offre en 2022/2023, ceux-ci disposent de stocks insuffisants pour compenser la baisse des expéditions indiennes qui comptent pour 40 % du commerce mondial. Celles-ci avaient atteint 21,5 millions de tonnes avec un prix à la tonne 30 % plus bas que l’offre des fournisseurs rivaux selon plusieurs négociants. 
 

En 2022/2023, les analystes estiment que les exportations de riz de l’Inde devraient diminuer de près de 25 % à 16,2 millions de tonnes.  


Lundi 31 Octobre 2022



Dans la même rubrique :
< >

L'ODJ Lifestyle | Les Chroniques Radio | Breaking news | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Room | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Quartier libre | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | L'ODJ Stories



Magazine créé avec Madmagz.

























Revue de presse