Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search





Marché des tests Covid : Le Conseil de la concurrence livre ses constats et recommandations

Des marges bénéficiaires, importantes malgré la fixation par l’Etat des prix


Le Conseil de la concurrence livre une étude relative au suivi de l’évolution de la situation du marché des tests Covid où il est question d'un examen des conditions établies pour accéder au marché des tests et leur compatibilité avec les règles de concurrence et d'une analyse de la structure offre/demande et du processus de formation des coûts.



Il est tout aussi question d'une analyse de l’aspect concurrentiel du marché des intrants, de leurs sources d’approvisionnement, et leurs circuits de distribution, ainsi que l’examen des marchés amont, aval et connexes qui y sont liés. Bref, un document de 143 pages, le tout soldé par des recommandations à même de stimuler la concurrence sur ce marché.

Un premier bilan

De prime abord, l'on retiendra un premier bilan : Ce conseil précise qu'au 3 mars 2022, le Maroc, avec une population de près de 37 millions d'habitants, avait effectué un cumul de près de 11 millions de tests (soit 297 tests par 1000 habitants), avec un taux de positivité qui dépasse 10 %. Ce qui le place au 2e rang à l’échelle africaine après l’Afrique du Sud qui avait réalisé un cumul de 23,2 millions de tests (soit 386 tests par 1000 hab.).

Des constats

Toujours est-il que de l'analyse des données relatives aux tests au niveau du secteur public et privé ressort un certain nombre de constats.

Tels qu'énumérés par ce Conseil, ces constats mettent l'accent sur un certain nombre d'indicateurs :


Primo : En raison de l’absence d’une industrie nationale à grande échelle des réactifs et des équipements nécessaires au diagnostic, le système national de santé est fort dépendant des chaînes de production et d’approvisionnements mondiaux.

Livré à lui même , il était incapable de faire face à une telle pandémie avec des capacités locales modestes.

 

Secondo : Le cadre législatif entrave la mise sur le marché des réactifs des tests de diagnostic du COVID-19, de manière accélérée.

 

Tertio : Un marché d’importation de produits de tests COVID-19 fortement concentré.

 

Quarto : La prestation des tests COVID-19 dans le secteur privé, reste un marché concentré au niveau de quatre régions, à raison de 82% de l’ensemble des laboratoires privés autorisés.

 

Quinto : Des marges bénéficiaires, importantes malgré la fixation par l’Etat des prix des tests COVID  

 

A ce niveau, le Conseil soutient que ces marges varient d'un laboratoire à l'autre est sont essentiellement en fonction de la taille de chaque entité, du nombre de tests réalisés et du choix d’investissement adopté. Et précise , à cet effet, que les calculs réalisés par les services d’instruction du conseil, ont permis de constater que les résultats nets annuels des laboratoires privés peuvent varier de plus de 952 milles dirhams, si le laboratoire ne réalise que la prestation de PCR conventionnelle, à plus de 1,7 million en cas de réalisation simultanée de tous les types de tests.



Des recommandations

Et c'est sans nul doute à la lumière de l'ensemble de ces constats que l'étude en question retient un ensemble de recommandations dans l'essentiel verse dans le sens d'une atténuation de la dépendance du marché national des chaînes d’approvisionnement mondiales en matière de réactifs de diagnostic du COVID;

Un soutien de l’amont du marché des tests de dépistage ;

Une amélioration des conditions d’accès au réseau de diagnostic du COVID-19 pour encourager les laboratoires sur l’ensemble du territoire national ;

Un développement de nouveaux leviers pour améliorer la situation de la concurrence dans le marché des tests de dépistage qui passe, entre autres, par une modulation la prise en charge des frais des tests COVID selon des critères à fixer au préalable, une révision du régime fiscal appliqué au marché des réactifs et dispositifs médicaux nécessaires au diagnostic en cas de crise et une publication des prix des tests pratiqués par les entités autorisées pour le diagnostic du COVID-19.






Noureddine Batije
Noureddine BATIJE est un journaliste spécialiste en investigation journalistique et traitement de... En savoir plus sur cet auteur
Lundi 30 Mai 2022

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 25 Juin 2022 - 07:40 Le prix du blé a (enfin) chuté

Mercredi 22 Juin 2022 - 12:36 Le tournant africain

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.