L'ODJ Média




Mauritanie : Des élections test pour...2024


Le 13 et 27 mai courant, les Mauritaniens se sont rendus aux urnes pour élire les 176 membres de l'Assemblée nationale -une chambre unique- des 13 conseils régionaux et des 238 conseils municipaux. Des scrutins qui ont été un test pour 1e président Mohamed Ould Ghazouani au pouvoir depuis 2019.



Écouter le podcast de cet article :


Par Mustapha Sehimi

Le parti présidentiel, Insaf, avec ses alliés, a remporté une large victoire, améliorant ses résultats de manière majoritaire tant par rapport à 1'Assemblée sortante qu’aux institutions territoriales. Même si le chef d’Etat n'a pas annoncé officiellement sa candidature pour la magistrature suprême l'année prochaine, celle-ci ne fait aucun doute...

Participation massive mais... fraudes

Vingt-cinq partis se sont disputés 1e vote de quelque 1,8 million d'électeurs dans le premier scrutin du 13 mai, la participation électorale a été élevée, à hauteur de 71,8 % - un taux significatif de mobilisation citoyenne.

Le parti présidentiel a obtenu 80 sièges et ses alliés 36, soit 116 au-dessus de la majorité absolue (89). L'opposition, elle, n'a pu décrocher que 24 sièges dont 9 seulement pour le mouvement islamiste Tewassol, les autres répartis entre des petites formations et Sawab d'obédience nationaliste arabe.

Ce dernier a tiré profit d'une alliance avec le militant anti-esclavagiste, Biram Dah Abeid, classé deuxième qui avait réussi à obtenir 18,60 % des voix au premier tour de l'élection présidentielle de 2019.

Dès la proclamation des résultats, le 13 mai dernier, les partis de l'opposition ont dénoncé des "fraudes énormes". Même une dizaine de partis de la majorité présidentielle ont mis en cause des "manquements et des faiblesses notoires dans le fonctionnement de la CENI (commission nationale électorale indépendante ».

Ce que conteste le président de cette institution, Dah Ould Abdeljalil, qui a salué" lui, la participation massive du peuple mauritanien dans le calme et la discipline..." en relevant cependant au passage" les difficultés énormes auxquelles elle a dû faire face dans la tenue de ce triple scrutin".

Les scrutins des 13 et 27 mai ont sans doute pour le président Ghazouani le goût de la victoire. Mais en même temps, il ne peut évacuer cette interrogation: celle de l'inconnu dans un avenir prévisible lié à l'élection présidentielle prévue en  2024.

C'est qu'en effet il doit faire face désormais à une opposition : elle conteste avec force les résultats électoraux ; et elle s'est totalement reformée autour de nouveaux profils.

Ses principaux challengers sont le mouvement islamiste Tewassol ainsi que le Sawab, dirigé par Abdesselam Ould Horma. Ce parti fait le procès du bilan du président El Ghazouani soldé par " la mauvaise gestion des richesses économiques du pays qu'elles soient piscicole, animale, minière, agricole ou la mauvaise gestion des richesses économiques autres".

Quant au parti Tewassol, i1 rêve toujours de victoire et d'application stricte de la loi islamique qui "créera la richesse et redonnera espoir au pays"

 


Pacte social problématique

Cela dit, il vaut de noter cet acquis de ces scrutins des dernières semaines: celui d'un consensus sur leur organisation. Par ailleurs, au plan économique, un ralentissement est intervenu avec la pandémie de Covid- 19 en 2020-2021.

Aujourd'hui, la tendance est à la reprise due pour 1'essentiel à la bonne performance de la consommation et de l'investissement et du secteur tertiaire. Après 2020 (-0.9%) 2021, la croissance a rebondi à 2,4%.

En 2022, elle s'est encore redressée à hauteur de 5,2 %. Selon les prévisions de la Banque mondiale, la croissance économique pourrait atteindre 6,5% en 2023-2024.

Une tendance confortée par la prochaine mise en service du champ gazier Grand Tortue- Ahmeyin (GTA) ainsi que par 1'augmentation de la production de fer par la SNIM et de celle de l'or (extension de la mine de Tasiast).

Pour autant, l'inflation a été de 10% environ en 2022 et elle pèse sur le pouvoir d'achat des ménages. Ce qui a poussé le président El Ghezouani à mener un programme social ambitieux accompagné de distributions de vivres et d'argent aux catégories les plus démunies. 

Le Chef de l'Etat bénéficiera d'un autre crédit en ce sens qu'il a été - comme général - 1'un des grands artisans de la lutte et de la réussite mauritanienne face au jihadisme.

Il dispose désormais d'un dispositif en vue du scrutin présidentiel de l'année prochaine : les élus de son parti à la tête des 13 conseils régionaux et de la majorité des municipalités avec ses alliés.

Le scrutin présidentiel a cependant une autre dimension : il polarise la compétition entre lui président sortant et un - ou des candidats - de l'opposition.

La démocratie y gagne aujourd'hui peut-être formellement mais le pacte social, lui, reste problématique...

Rédigé par Mustapha Sehimi sur Quid 



Lundi 5 Juin 2023


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page